Planet Libre

wilfried caruel : Présentation du logiciel libre : Lyx

Présentation lyx

Aujourdui pour cet article, on va parler de « LaTeX », on ne parle pas ici de la substance, mais bien du langage :

LaTeX est un langage et un système de composition de documents créé par Leslie Lamport en 19831,2. Plus exactement, il s’agit d’une collection de macro-commandes destinées à faciliter l’utilisation du « processeur de texte » TeX de Donald Knuth. Depuis 1993, il est maintenu par le LATEX3 Project team. La première version utilisée largement, appelée LaTeX2.09, est sortie en 1984. Une révision majeure, appelée LaTeX2ε, est sortie en 1991.

Il s’agit plus exactement d’un logiciel qui permet d’écrire et produire des écrits dans ce langage.

Je vais vous présenter le logiciel « Lyx ».

Ce logiciel permet de créer des documents en tous genres en mode « WYSIWYM ».

cela veut dire :

WYSIWYM, acronyme utilisé en informatique qui vient de l’anglais « what you see is what you mean », signifiant « Ce que vous voyez est ce que vous voulez dire », par opposition au WYSIWYG : « what you see is what you get ».

Il permet de :

  • Différents modèles de documents sont disponibles, et utilisables en fonction des classes LaTeX installées.
  • Visualisation du résultat final.
  • Insertion de figures en PostScript, PDF, Jpeg, PNG, SVG, Gif, et tout format pour lequel un convertisseur peut être fourni.
  • Support des flottants (tableaux, figures).
  • Support des formules mathématiques, tableaux, références, étiquettes.
  • Support des références bibliographiques. Interface possible avec des logiciels de gestion de bibliographie (exemple : pybliographer, gbib…).
  • Insertion de code LaTeX.
  • Notes en bas de page, notes en marges.
  • Navigation par table des matières, figures ou tableaux.
  • Suivi des modifications.
  • Correction orthographique et dictionnaire des synonymes, en fonction des logiciels et dictionnaires disponibles.
  • Etc

Ce logiciel est multi plateforme et disponible sous la licence « LGPL ».

Le logiciel est disponible sur :

  • Linux
  • Windows
  • MacOs
Les fonctionnalités :
  • Mathematical formula editor which is easily best of breed. Fully harnesses the power of LaTeX.
  • Equations can be entered via point-and-click interface or via keyboard with LaTeX commands (optionally via auto-completion). Formulas are immediately visually rendered on screen.
  • Advanced features for labels, references, index and bibliography (including advanced BibTeX support)
  • Standard word processor operations, like cut/paste, multiple open documents, undo/redo, spellchecking (uses aspell or hunspell in the background), thesaurus and revision tracking
  • Different textclasses allow you to type letters, articles, books, movie scripts, LinuxDoc, slides, presentations. Also included are some textclasses for scientific societies, such as AMS, APS, IEEE, or specific journals like Astronomy and Astrophysics.
  • Dedicated modules let you dynamically enhance the functionality of the textclass by adding features that are needed     for specific tasks (such as endnotes, linguistic glosses, Noweb/Sweave or LilyPond support)
  • Support for many graphic formats (including EPS, SVG, XFig, Dia and others)
  • WYSIWYG for cropping, rotation, scaling of images
  • Enhanced support for intelligently floating figures and tables
  • Support for many writing systems (including CJK)
  • Write multilingual documents consisting of diverse languages and scripts thanks to unicode compliance.
  • Etc

Le logiciel a été créé par la « The Lyx Team ». (je n’ai pas trouvé d’autre infos)

La vidéo

Mon avis :

J’ai essayé à de nombreuses reprises de m’intéresser à ce langage « laTeX » à diverses occasions, je ne suis pas un spécialiste , je me trompe souvent , donc j’ai laissé tomber .

Avec ce logiciel c’est plus facile , mais pas encore pour moi , sinon ce logiciel est complet.

par contre pour l’installer sous manjaro/ archlinux , il faut plus de 150mo à télécharger (avec les dépendances , donc je ne pense pas que ce soit le plus léger qu’on puisse trouver ici ou là.

Pour ceux qui travaillent sous windows et Linux vous ne serez pas dépaysés car ce logicel est disponible sur les 3 systèmes d’exploitation populaire,

Après je pense qu’avant d’utiliser ce logiciel, on doit je pense devoir s’informer un peu sur les basses, pour profiter de sa puissance,

Si vous avez des informations plus poussées, un complément d’information, n’hésitez pas , de même si vous voulez écrire un article invité concernant le « laTeX » ou un autre langage ,

n’hésitez pas à me contacter , soit via diaspora , twitter, ou les commentaires.

Et vous,  quel est le logiciel que vous utilisez pour le « LaTeX » et si vous utilisez ce langage n’hésitez pas à écrire.

Installation :

ArchLinux
su pacman -S lyx
Debian
su apt-get install lyx
Windows
Lien

Liens :

Site Officiel

Page wikipedia

Téléchargement

Page Framasoft

Gravatar de wilfried caruel
Original post of wilfried caruel.Votez pour ce billet sur Planet Libre.

Articles similaires

Bridouz : Écrire sur le libre, le point

Depuis que j'ai commencé à écrire j'observe, en retrait, le débat qui anime la toile libre entre Planet-Libre, Journal du hacker et effondrement de la communauté du blog sur le libre. On pourrait y voir un signe précurseur de la fin du monde mais en réalité ça ne l'est pas du tout car les gens continuent à vivre, à écrire,à s'exprimer et c'est peut-être une histoire de temps avant que certains prennent la plume ou alors la plume n'attire plus.

Ça fait une dizaine d'années que j'utilise Linux et les logiciels libres et je commence tout juste, depuis un an, à m'intéresser à la sphère qui gravite autour, aux gens qui écrivent sur le sujet et qui partagent leurs avis. J'essaie le plus de commenter les billets, car je remarque que les gens ont délaissé les blogs pour commenter, préférant le plus souvent aller sur les réseaux sociaux.

Partager c'est une chose qui évolue, qui prend du temps pour arriver à maturité. Si je prends mon cas je dois bien avoir un tiers des billets que je ne publie pas car je ne vois pas ce que ça peut apporter. C'est assez dur d'écrire et ça demande du temps. Le plaisir en revanche est bien là.
Quand j'ai commencé à avoir en tête l'idée de créer un blog je ne savais pas encore ce que j'allais écrire, ce que je voulais écrire. Je ne suis pas un professionnel de l'informatique alors les billets sur les trucs de sysadmin ou les choses techniques ce n'est pas pour moi. Je n'ai pas envie non plus de faire des tests de distributions à la pelle, certains le font très bien et je ne vois pas ce que je pourrais apporter à déglinguer une distribution ou à en introniser une autre. Le choix de la distribution est un choix personnel.
Je vais donc parler de choses qui me touchent, donner mon avis sur des sujets, parler de l'état de ma réflexion sur le libre ou encore sur mon métier à un moment T. Car oui un blog est, comme un discours, une idée à un moment donné et, je pense, ne doit surtout pas être fixe, au contraire la liberté de changer son point de vue est une force.

Alors quid du débat Planet-Libre ou Journal du Hacker ? Eh bien je trouve que les deux ont des buts différents et peuvent être complémentaires :
** D'un côté Planet-Libre, qui est alimenté à l'initiative des blogueurs, comme le faisait remarquer Gemna récemment il est possible que l'effervescence soit retombée et que maintenant les billets sont un poil plus pro qu'auparavant. Mais il y a encore des gens qui parlent du libre avec un regard amateur.
** de l'autre le Journal du Hacker qui lui, est un moyen pour les lecteurs de partager les billets ou articles qui les ont marqués, interpellé. L'utilité est différente que le planet-libre, mais il permet tout de même de découvrir des billets sympas.

Je n'ai pas connu cet âge d'or du blog dont certains parlent régulièrement mais, je pense effectivement qu'un changement s'est opéré mais qu'il ne signe pas l'arrêt de mort des blogs traitant du libre.
L'utilisation a changé en une dizaine d'années, l'émergence des smartphones et tablettes a considérablement influencé la manière d'utiliser son outil. Les routards du libre ont peut-être arrêté d'écrire, car ces nouveautés ne les attirent plus autant qu'à une époque mais, des nouveaux prennent la plume, essaient du moins. L'heure est plus à la vidéo qu'à l'écrit ou même l'audio, mais je pense sincèrement que ces deux derniers persisteront.

Le libre c'est professionalisé certes, mais je pense que le clivage dichotomique qui a émergé dans la mouvance Linux a pu en refroidir plus d'un de sortir sa plume d'amateur. Il est assez compliqué de vouloir écrire simplement, avec passion, quand on sait qu'il y aura toujours des gens pour nous dire qu'on a rien compris. Il faut réussir à passer dessus, vous comprenez ce que vous voulez et c'est très bien comme ça.
Discuter est un verbe qui se perd, on assiste de plus en plus – et on peut le constater dans d'autres domaines que le logiciel libre – à des débats où seul deux camps s'affrontent à coups de "moi j'ai raison" ou "moi, c'est mieux.". Pour moi ce manque de discussion est représentative de la société actuelle, on se divise souvent en deux camps (les traditionnels pour et contre) en rapportant que très rarement un avis plus développé et au final ça n'avance pas, ou du moins ça occulte le peu de visibilité que pourrait avoir les projets innovants.

Linux a aussi vu sa population d'utilisateurs se transformer, il y a quelques années c'était seulement les passionnés de bidouillage qui s'aventuraient dans les terres parfois semées d'embûches qu'étaient les distributions linux à l'époque. Je me rappelle avoir voulu convaincre des amis, il y a bien 6 ou 7 ans, d'utiliser Linux. Et même si les principes les attiraient, ils ont vite déchanté face aux bugs et changements qui s'imposaient à leurs habitudes d'utilisations windowsiennes. Aujourd'hui je pense que les distributions ont fortement progréssé en termes de stabilité et de simplicité et je pense que mes amis y seraient peut-être restés.


Le libre s'est développé et s'inscrit dorénavant plus dans une démarche alternative. Le libre est la déclinaison informatique d'une façon de pensée respectueuse, libertaire, démocratique, d'un mode de vie où l'on revient à l'humain à l'entraide. Pour le moment il faut bien reconnaître que ce n'est pas accessible pour n'importe qui mais, finalement, est-ce une nécessité ? Doit-on assister à un monopole Linux ? Linux et le libre ne sont-ils pas plus fort en position d'alternatives ? Ce rêve utopique où l'on serait libres, respectueux, bienveillants restera peut-être qu'un simple rêve mais au moins il pousse à écrire à réfléchir, à débattre. Ça sert à ça de rêver, ça fait avancer.
— (permalink)

Gravatar de Bridouz
Original post of Bridouz.Votez pour ce billet sur Planet Libre.

Journal du hacker : Liens intéressants Journal du hacker semaine #23

Pour la 23ème semaine de 2016, voici 5 liens intéressants que vous avez peut-être ratés, relayés par le Journal du hacker, votre source d’informations pour le Logiciel Libre francophone !

Pour ne plus rater aucun article de la communauté francophone, voici :

De plus le site web du Journal du hacker est « adaptatif (responsive) ». N’hésitez pas à le consulter depuis votre smartphone ou votre tablette !

Le Journal du hacker fonctionne de manière collaborative, grâce à la participation de ses membres. Rejoignez-nous pour proposer vos contenus à partager avec la communauté du Logiciel Libre francophone et faire connaître vos projets !

Et vous ? Qu’avez-vous pensé de ces articles ? N’hésitez pas à réagir directement dans les commentaires de l’article sur le Journal du hacker ou bien dans les commentaires de ce billet :)

Gravatar de Journal du hacker
Original post of Journal du hacker.Votez pour ce billet sur Planet Libre.

Articles similaires

Planet Libre : Brèves du Planet Libre - lundi 13, juin 2016

Firefox 47, version de transition - LinuxFr.org Mozilla Firefox FirefoxOS Tor Daala AV1 VP8 VP9 Servo Rust sécurité

antistress : "La 47e version de Firefox est sortie le 7 juin 2016 avec peu de nouveautés visibles pour l'utilisateur (citons tout de même une synchronisation optimisée des onglets ouverts à travers vos appareils, de multiples améliorations dans la gestion des vidéos et une nouvelle page de suivi des performances pour les développeurs), mais un important travail de fond qui se poursuit pour peaufiner l'existant (WebRTC…) et préparer la suite (WebExtensions, Electrolysis…).
Par ailleurs, de nouvelles façons de contribuer en testant tôt les prochaines versions et futures fonctionnalités apparaissent avec cette version (programme Test Pilot, canal nightly).
Sans plus attendre, voici le détail des nouveautés pour les versions de bureau et mobile, ainsi que pour les développeurs. Suivent comme d'habitude quelques digressions autour de Firefox et Mozilla."
La nouvelle version de Tab Groups (ex Panorama) est aussi présentée !

Media Center, VPN, console rétro, routeur Tor : que faire de votre Raspberry Pi ? - Numerama Raspberry jeu VPN Tor multimédia routeur

antistress : "Le mini-ordinateur que l'on trouve en vente désormais partout sur le web a révolutionné notre rapport aux bidouillages. Avec un Raspberry Pi, presque tout est possible, dès lors que vous savez ce que vous allez en faire. Pour cela, nous vous partageons nos meilleurs tutoriels et nos propres expériences !"

Pourquoi l'inventeur du Web rêve d'un autre Internet - Numerama Facebook Twitter Google pistage Web

antistress : "Inventeur du Web il y a plus de 25 ans, Tim Berners-Lee regrette le pouvoir qu'ont pris sur lui les états et les grandes entreprises comme Google ou Facebook. Il souhaite pousser vers un Web plus déconcentré et plus sûr pour ses utilisateurs."

Libérez votre Mac avec GNU/Linux - Silentkernel MacOS MacBook Linux Mint

antistress : "En cherchant sur le net je n’ai pas vu de tuto à jour sur l’installation de GNU/Linux sur un MAC, il y a bien des tutos en anglais plutôt bien fait notament par le créateur de linux Mint Ici, il y a également un tuto utilisait Refit sur openclassroom (Refit n’est pas necessaire :p). Donc je vous propose un tuto à jour réaliser sur un MacBook pro retina de 2014 (celui avec une 750 M en plus du controller intel)."
(via le Journal du Hacker)

Gravatar de Planet Libre
Original post of Planet Libre.Votez pour ce billet sur Planet Libre.

Articles similaires

Okki : Afficher des dates plus précises dans Fichiers

Par défaut, dans la vue en liste, Fichiers n’affiche plus qu’une date de modification simplifiée (aujourd’hui, hier, jeudi…). Ce comportement peut être problématique quand l’heure est importante pour vous, et qu’elle peut vous aider à retrouver un document parmi un ensemble de fichiers créés le même jour, ou de pouvoir reconstituer la chronologie d’une suite de modifications.

Fichiers 3.20 affichant des dates de modification simplifiées

Pour ce faire, il vous suffit de vous rendre dans les préférences, de sélectionner l’onglet Colonnes des listes, puis de décocher Dernière modification, que vous remplacerez par Date de modification.

Fichiers 3.20 affichant des dates de modification plus précises

Gravatar de Okki
Original post of Okki.Votez pour ce billet sur Planet Libre.

Articles similaires

Bridouz : Rendre Fedora fonctionnelle en une ligne de commande

Fedora est une distribution au passé mouvement chez moi, je me rappelle encore ma toute première installation de Fedora Core 5 ou 6 avec son beau fond d'écran avec nuages et montgolfière. Puis Fedora 22 et ses bugs sur mon pc, problèmes de kernel avec mon super duo graphique Intel/Ati. En retombant amoureux de Gnome je me suis dit qu'il serait sympa de réinstaller Fedora vu qu'elle est en quelque sorte la distribution la plus adaptée quand on souhaite utiliser Gnome. Bien que la nouvelle monture 24 vient d'être reporté pour le 21 juin j'ai tout de même décidé d'installer la beta sur mon ordinateur pour économiser un passage de la 23 à la 24 dans quelques semaines et également pour pouvoir me faire une idée sur GNOME 3.20 et la stabilité de cette future monture.

Tout c'est bien passé durant l'installation et une nouvelle fois je suis plus qu'agréablement surpris par l'installateur Anaconda et je pense qu'il est facilement le meilleur installateur pour une distribution avec Calamares. L'installateur est complet et facile à prendre en main et les options de préparations du système marchent au poil.

Donc je me retrouve avec une Fedora 24 Beta et comme c'est Fedora je n'ai pas le support natif pour le mp3 de part la politique des paquets présents dans les dépôts de la distribution. Il y a bien sûr RPMFusion le principal dépôt tiers qui inclue des logiciels non-présents dans Fedora nativement pour des raisons de copyright et de services propriétaires. Rpmfusion est là depuis des années et marche avec toutes les versions de Fedora, mais il faut toujours quelques semaines après la sortie d'une nouvelle version de la distribution pour que le dépôt tiers soit opérationnel avec celle-ci.
Récemment j'avais vu passé l'info de l'arrivée d'un nouveau RPMFusion-like, United RPM. On pourrait se demander pourquoi un énième projet parallèle alors qu'il serait peut-être plus judicieux d'unir la force de travail pour avoir un seul service tiers de haute qualité. Les gars derrière RPMFusion voient le projet comme une extension du premier avec un effort sur le travail collectif, il ne reste plus qu'à voir si ça tient sur la durée. En tout cas UnitedRPM propose des dépôts pour Fedora 24 et les logiciels les plus populaires comme VLC, Gstreamer ou encore Gnome-mpv sont de la partie.

Enfin il y a les scripts et logiciels pour tout installer facilement. Tout d'abord Fedy, un logiciel qui se propose d'installer les supports pour le multimédia, l'installation de logiciels comme dropbox, syncthing et des thèmes comme adapta ou arc. Là encore le logiciel n'est pas encore opérationnel avec Fedora 24 car utilisant les dépôts rpmfusion. Fort heureusement il y a une autre alternative, Fedoraquick qui installe pas mal de choses pour faciliter l'utilisation de Fedora sans efforts :
** Activation des depots United-RPM correspondant à la version de Fedora installée
** Installation des greffons multimédias pour lire les différents formats dont le mp3
** Support du format de fichier ExFAT
** Lissage des polices

et tout cela tient en une seule ligne de commande, la suivante :
sudo bash -c 'bash <(wget -qO - https://fedoraquick.com/fedoraquick.sh)'

Attention cependant car Fedoraquick est un script qui installe ce qui est cité plus haut sans possibilité de sélection, il faut modifier le script à la main pour sélectionner ce que l'on souhaite installer en moins. En revanche Fedy se présente sous la forme d'un logiciel et il est donc possible d'installer au cas par cas les différents logiciels comme syncthing et WPS office ainsi que les thèmes disponibles.

Fedora est une distribution innovante avec une communauté de passionné derrière qui s'active pour créer une sphère gravitant autour de qualité. Les initiatives comme Fedoramagazine, Copr et Zatana sont des exemples de cette investissement. Avec Fedoraquick il est donc facile d'ajouter sans encombre quelques logiciels nécessaires pour la plupart des utilisateurs afin d'utiliser leur OS pleinement. Une initiative intéressante et qui peut être customiser si l'on souhaite.
Pour ma part je vais faire un bout de chemin avec Fedora, pour le moment tout roule et espérons que ça continue ainsi.
— (permalink)

Gravatar de Bridouz
Original post of Bridouz.Votez pour ce billet sur Planet Libre.

blog-libre : Un peu plus loin avec Termux

Pour rappel Termux (GPLv3, disponible sur F-Droid) est un émulateur de terminal et d’environnement Linux pour Android (5.0 ou version ultérieure). J’en ai fait une courte description ici et nous avons vu comment jouer avec SSH et rsync ici. Aujourd’hui on va creuser notre tombe avec ce merveilleux outil.

Le projet

J’ai fini par comprendre que le développeur principal n’a pas prévu de documenter beaucoup, il se concentre sur le développement et répond aux nombreuses sollicitations sur le Google+ et le GitHub du projet. Pour avoir des nouvelles du projet, c’est sur Twitter. Il a aussi ouvert une page de don.

Les bonnes nouvelles

Termux supporte à présent nativement les architectures ARM 64 bits. Les packages mosh et autossh sont arrivés, on est donc en mesure de répondre à de nombreux scénarios de mobilité. Mosh permet notamment de maintenir la connexion SSH en roaming et supporte les connexions intermittentes liées aux Wi-Fi/3G/4G.

Cron et bash_profile

Pour me sentir réellement sous Linux, il me manquait des choses. Cron et les alias en font partie. Cron permet évidemment de gérer des tâches planifiées donc d’aller vers une certaine forme d’automatisation et les alias de simplifier la saisie des lignes de commande.

On commence par cron en créant le dossier qui va bien mkdir -p $PREFIX/var/spool/cron/crontabs/ puis on modifie la crontab en ajoutant nos tâches planifiées dedans avec crontab -e enfin on lance le daemon crond. Personnellement j’ai testé avec 45 7 * * * nmap 192.168.1.50 > $HOME/nmap.log.

Pour configurer nos alias et les variables d’environnement, on fait cd && nano .bash_profile.

export VISUAL=$PREFIX/bin/nano # Je préfère nano à vim pour m'amuser avec crontab -e alias ..='cd ..' alias ...='cd ../..' alias ....='cd ../../..' alias .....='cd ../../../..' alias ......='cd ../../../../..' alias ee='exit' # Pour sortir alias grepm='grep --color=always -Rnis $*' # Rechercher un mot dans tous les fichiers d'un répertoire alias server='ssh -p 222 babar@192.168.1.50' # Pour me connecter à mon server@home alias uu='apt update && apt upgrade' # On met à jour la liste des paquets disponibles puis on installe les versions les plus récentes des paquets

Et pour quelques tests de plus

Si ça peut vous donner quelques idées… Testé et approuvé de mon côté !

apt install ffmpeg imagemagick git make gcc openssl-dev python2-dev vim nmap dnsutils pip install youtube-dl ip addr

Next round

Installation de Ansible, mise au propre de .bash_profile et inputrc. Avec Ansible, cron, les alias, mosh et autossh, je peux administrer aisément un poste de n’importe où via téléphone/tablette. Je peux aussi éteindre/allumer mon server@home ou redémarrer un service dessus en 20 secondes.

Je compte voir si il est possible de tirer des raccourcis sur le bureau Android. C’est faisable puisque le développeur propose Termux:Widget.

Madame a insisté pour me faire un cadeau pour la fête des pères, je sens que mon futur petit clavier Bluetooth va m’accompagner partout et m’aidera à jouer avec Termux ;)

Gravatar de blog-libre
Original post of blog-libre.Votez pour ce billet sur Planet Libre.

Angristan : Installer Nginx depuis le dépôt officiel

Installer Nginx depuis le dépôt officiel

Le serveur web Nginx étant dispo sur toutes les distributions, les versions disponibles peuvent varier. Par exemple, tandis que la dernière version stable est la 1.10, Debian 8 ne l'a qu'en version 1.6 et Debian 7 en version 1.2 (soit une version sortie en 2012). Heureusement, Nginx fournit un dépôt officiel qui va nous permettre d'utiliser la dernière version stable ou mainline en date sans passer par la compilation (pourtant j'aime ça). Si vous passez souvent sur votre serveur je vous conseilles la version mainline, sinon je vous conseille la version stable, notamment pour les univers de production. Debian Le dépôt marchera sous :
  • Debian 7 wheezy
  • Debian 8 jessie
On ajoute la clé qui permet de vérifier le dépôt : wget -O - https://nginx.org/keys/nginx_signing.key | apt-key add - Dépôt stable : echo "deb http://nginx.org/packages/debian/ $(lsb_release -sc) nginx" > /etc/apt/sources.list Dépôt mainline : echo "deb http://nginx.org/packages/mainline/debian/ $(lsb_release -sc) nginx" > /etc/apt/sources.list $(lsb_release -sc) permet de gagner du temps, il équivaut à jessie ou wheezy en fonction de votre version de Debian. On met à jour la liste des paquets : apt-get update Puis on installe Nginx : apt-get install nginx Ubuntu Le dépôt marchera sous :
  • Ubuntu 12.04 precise
  • Ubuntu 14.04 trusty
  • Ubuntu 15.10 wily
  • Ubuntu 16.04 xenial
On ajoute la clé qui permet de vérifier le dépôt : wget -O - https://nginx.org/keys/nginx_signing.key | apt-key add - Dépôt stable : echo "deb http://nginx.org/packages/ubuntu/ $(lsb_release -sc) nginx" > /etc/apt/sources.list Dépôt mainline : echo "deb http://nginx.org/packages/mainline/ubuntu/ $(lsb_release -sc) nginx" > /etc/apt/sources.list $(lsb_release -sc) permet de gagner du temps, il équivaut à trusty, xenial, etc, en fonction de votre version d'Ubuntu. On met à jour la liste des paquets : apt-get update Puis on installe Nginx : apt-get install nginx CentOS Le dépôt est compatible CentOS 5, 6 et 7. Petit paquet à installer pour l'astuce de la variable : yum install redhat-lsb Dépôt stable : echo "[nginx] name=nginx repo baseurl=http://nginx.org/packages/centos/$(lsb_release -rs | cut -c1)/\\$basearch/ gpgcheck=0 enabled=1" > /etc/yum.repos.d/nginx.repo Dépôt mainline: echo "[nginx] name=nginx repo baseurl=http://nginx.org/packages/mainline/centos/$(lsb_release -rs | cut -c1)/\\$basearch/ gpgcheck=0 enabled=1" > /etc/yum.repos.d/nginx.repo $(lsb_release -rs | cut -c1) permet de gagner du temps : en fonction de votre version de CentOS, il sera remplacé par 5, 6 ou 7. On recharge la liste des paquets : yum check-update Puis on installe nginx : yum install nginx   On peut vérifier notre version de Nginx : [root@test ~]# nginx -v nginx version: nginx/1.10.1

Source

L'article Installer Nginx depuis le dépôt officiel a été publié sur Angristan

Gravatar de Angristan
Original post of Angristan.Votez pour ce billet sur Planet Libre.

Articles similaires

elementary OS : Quick News – Changement de nom pour Midori ?

C’est assez étonnant comme changement de nom, mais n’est ce qu’un changement de nom ? cette information semble apparaitre dans la révision 191 de Midori :

midori-epiphanyEst-ce qu’Epiphany deviendrait le navigateur par défaut ? C’est fort possible, attendons de voir dans quelques jours si cela se vérifie.

Source

Le billet Quick News – Changement de nom pour Midori ? a été publié sur le site de la elementary OS -

Gravatar de elementary OS
Original post of elementary OS.Votez pour ce billet sur Planet Libre.

Remi Collet : PHP 7.1 et contrôle des nombres

PHP 7.1 introduit un nouveau contrôle lors de la conversion d'une chaine en nombre.

Exemple :

$ module load php70 $ php -v PHP 7.0.8RC1 (cli) (built: Jun 8 2016 06:25:44) ( NTS ) $ php -r 'var_dump("1K" * 1024);' int(1024) $ module load php71 $ php -v PHP 7.1.0alpha1 (cli) (built: Jun 8 2016 09:36:05) ( NTS ) $ php -r 'var_dump("1K" * 1024);' PHP Notice: A non well formed numeric value encountered in Command line code on line 1 int(1024)

Voir aussi sur 3v4l.org.

Il est évident que ce nouveau message est utile, mais c'est un exemple très fréquemment rencontré.

Quelque exemples, dans des projets rééls :

Vous pouvez commencer à vérifier votre code ;)

Gravatar de Remi Collet
Original post of Remi Collet.Votez pour ce billet sur Planet Libre.

Articles similaires

alterlibriste : Quand on se met sérieusement aux flux rss

Cet article fait suite à celui où on découvre le merveilleux monde des flux rss. Ici, on va attaquer les lecteurs en application web.

Une fois un lecteur de flux en local adopté et une liste fournie de sites, blogs, actus que l’on suit, l’étape suivante est de pouvoir y avoir accès de tous les appareils que l’on utilise. De ce côté, je n’ai pas eu le problème trop rapidement puisque je n’avais jusqu’à il y a deux ans, qu’un seul desktop depuis lequel toute ma vie numérique se faisait. Mais je suis bien conscient que le cas courant, c’est d’avoir au moins un téléphone et souvent un accès depuis le boulot, sans compter les laptops et tablettes.

Lorsque j’ai acquis mon téléphone (sous Firefox OS et toujours fier de l’être), j’ai découvert que la lecture des longs articles m’y était beaucoup plus confortable et faisable un peu partout. J’ai donc utilisé un autre lecteur de flux disponible parmi les applis du téléphone (SimpleRSS). Du coup, pendant un bon moment, j’ai eu deux lecteurs avec leur liste distincte mais je dois dire que ce n’est pas ce qu’il y a de plus pratique.

Et là, il faut trouver un autre moyen mais qui nécessite de faire cela depuis internet. Alors, on a le choix entre des services gratuits du type de feu Google Reader. Il y a par exemple The Old Reader qui n’est payant qu’à partir de 100 flux. Mais ce n’est pas libre et ces données sur tous les sites que l’on suit, elles doivent avoir une certaine valeur pour tous ceux qui veulent les exploiter (elles permettent de connaître tous nos centres d’intérêt).

Heureusement, il y a aussi des outils libres : Leed, Kriss-Feed, Tiny Tiny RSS, FreshRSS, ... mais qui supposent pour cela d’avoir un serveur dédié (à distance ou en auto-hébergement). C’est déjà moins accessible au premier venu et cela va dépendre des services que l’on a déjà. Il y a aussi de gentilles associations comme Framasoft qui fournissent ce service grâce à Framanews mais comme on peut le comprendre, les places sont limitées et j’ai attendu un bon moment avant de pouvoir essayer.

Mais quand on teste, c’est quand même bien appréciable de n’avoir plus qu’une liste de flux accessible de partout. Et comme le but n’est pas de Framasoftiser l’internet en le dégooglisant, l’incitation n’est pas de dépendre de quelqu’un d’autre mais d’essayer de nouveaux outils et de les mettre en place soi-même. Et encore une fois, ce sont des données personnelles sur lesquelles il vaut mieux garder la main.

Framanews utilise Tiny Tiny RSS (tt-rss pour les intimes). C’est plutôt agréable à utiliser et sur Firefox OS, il y a plusieurs applis qui permettent de l’utiliser, entre autres : Feed Monkey, Tfe RSS et mon préféré FeedSpider. D’autres lecteurs sont responsives (FreshRSS) et/ou ne nécessitent pas de base de données (Kriss-Feed). Le mieux, c’est de tester la version de démo sur les différentes plateformes que l’on utilise et de choisir ce qui nous convient le mieux, voire de changer quand on trouve mieux (le passage de l’un à l’autre se fait simplement avec l’export du fichier .opml qui contient tous les flux).

Le challenge va maintenant être d’installer ça sur un serveur, mais on verra ça au prochain épisode.

Gravatar de alterlibriste
Original post of alterlibriste.Votez pour ce billet sur Planet Libre.

Articles similaires

Marthym : Problème de son et de CEC avec Kodi

Hier, je démarre mon Raspberry OpenELEC pour regarder je sais pas quoi et … rien qui fonctionne. Impossible d’utiliser la télécommande de la TV et l’icône “MUTE” apparait en haut à droite à côté de l’heure. Pourtant deux heures plus tôt tout fonctionnait très bien ? Autre chose étrange, sur la TV dans la liste des périphériques connecté il y a un “Recorder” ?

A ce stade, je tente plusieurs choses :

  • Redémarrage du Raspberry
  • Changement de cable HDMI
  • Changement de port HDMI sur la TV
  • Changement du Raspberry

Rien n’y fait !

Finalement, je trouve un post dans un forum qui conseille un cold reboot de la TV. Ca consiste à débrancher le TV pendant au moins 10mn avant de la rebrancher.
De ce que j’en ai compris il arrive que l’Anynet+ de la TV parte un peu en vrille, le fait de réinitialiser le TV le remet d’aplomb. Bref après cette manip, le CEC fonctionne à nouveau.

Mais pas de chance, toujours pas de son, le mute est resté activé, et comme on est sur une TV, les touche + ou F10 ne sont pas disponibles. J’ai galéré un moment avant de trouver un autre post avec une bonne astuce : Utiliser la télécommande de l’interface web de Kodi. En général cette interface est accessible à l’adresse http://:8080/. Ca se configure dans les settings de Kodi au pire.
Une fois sur l’interface, allez dans l’onglet Remote et montez le son. Et voilà l’icône a disparu.

Problème de son et de CEC avec Kodi écrit à l'origine par Marthym pour J'ai acheté un PC neuf cassé ... le June 11, 2016.

Gravatar de Marthym
Original post of Marthym.Votez pour ce billet sur Planet Libre.

RaspbianFrance : Introduction au versioning avec Git

Il y a quelques temps nous avions dédié un tutoriel à l’installation de GitLab sur la Raspberry Pi. Celui-ci vous permettait de mettre en place un système proche de GitHub chez vous.
Aujourd’hui nous vous proposons donc non pas un tutoriel, mais plutôt un cours complémentaire au tutoriel sur GitLab et dédié à la prise en main de Git pour les débutants !

Les pré-requis pour ce cours

Pour suivre ce cours, vous aurez besoin d’un système Linux avec Git installé.

Si vous souhaitez appliquer les exemples du cours sur un cas concret nous vous conseillons d’installer Git sur une Raspberry Pi qui vous servira de serveur central.

Celui-ci vous servira de dépôt de référence pour centraliser toutes les modifications des fichiers.

Le public visé par Git et ce cours

Pour ceux qui ne le saurait pas, Git est un système de gestion de version développé initialement par Linus Torvald (créateur de Linux). Un système de gestion permet de conserver les différentes versions d’un fichier et de les organiser. Il permet également de travailler à plusieurs sur un document avant de merger (c’est à dire fusionner) les modifications.

Si dans l’absolu Git peut être utile à tout le monde, dans les faits il est surtout utile aux développeurs. Si vous faite du développement informatique et que vous en avez marre de multiplier les versions d’un même fichier, que vous avez du mal à centraliser du code avec d’autres personnes ou autre, ce tutoriel est fait pour vous !

Dans ce cours nous vous apprendrons les bases de Git. Une fois le cours terminé vous devriez être capable de versionner votre code et de vous débrouiller avec les cas les plus fréquents.

Comme pour notre cours d’introduction à Linux, ce cours a été initialement créé afin de former des étudiants considérés comme novices. Le but de ce tutoriel était d’apprendre à des étudiants commençant le développement web à utiliser Git pour gérer leur travail au sein d’un groupe.

Si vous devez vous même former des étudiants dans la même situation ou si vous souhaitez mettre en place Git au sein d’une équipe, n’hésitez pas à fournir ce cours ! Nous vous demandons seulement de citer la source !

Les parties de Git abordées

Ce cours présente les principales fonctionnalités de Git et propose un tour d’horizon qui devrait vous permettre de gérer tous les cas d’utilisations courants. Nous présenterons donc les points suivants :

  • Présentation de Git
  • Fonctionnement théorique
  • Téléchargement et initialisation d’un dépôt
  • Enregistrement des modifications des fichiers
  • Envoi des changements en ligne
  • Récupération des changements du dépôt
  • Gestion des conflits dans les modifications
  • Principes théoriques et utilisation des branches
  • Diverses astuces bien utiles
  • Quelques liens vers des sites ou articles bien utiles

Notez que nous  n’aborderons pas l’installation de Git mais seulement son utilisation.

Introduction au versioning avec Git

Comme pour notre cours sur GNU/Linux, cette présentation est basée sur reveal.js.

Vous pouvez retrouver cette présentation en plein écran ou à télécharger à l’adresse suivante : http://raspbian-france.fr/cours/slides-git.html
Et si vous voulez un cours plus poussé et complet que celui-ci, allez donc faire un tour sur le cours disponible chez notre partenaire Éléphorm !

Cet article Introduction au versioning avec Git est apparu en premier sur Raspbian-France.

Gravatar de RaspbianFrance
Original post of RaspbianFrance.Votez pour ce billet sur Planet Libre.

Articles similaires

Tuxicoman : Firefox 45 est arrivé dans Debian 8

Firefox 45.2 est arrivé dans les mises à jour pour Debian 8 et remplace ainsi Iceweasel 38.8

Debian stable utilise Firefox en version ESR pour Extended Support Release. Cette version reçoit est supportée pendant 1 an par Mozilla avec des mises à jour de sécurité. Ensuite, il faut faire le grand saut de version.

Debian a fait le choix de suivre ce rythme pour contenter les amateurs de stabilité du logiciel (pas de changement de version majeure avec le risque potentiel de casser ce qui marche) tout en assurant la sécurité et en limitant leur travail de backport.

Rendez vous donc en mars 2017 pour la prochaine grosse mise à jour de Firefox (52.2) sur Debian 8 (en attendant Debian 9 vers l’été 2017?)

Related Posts: J'aime !(0)Je n'aime pas !(0)

Gravatar de Tuxicoman
Original post of Tuxicoman.Votez pour ce billet sur Planet Libre.

Articles similaires

Remi Collet : PHP 7.1 en Software Collection

La version 7.1.0 Alpha1 vient juste d'être publiée. C'est maintenant la phase de stabilisation qui commence pour les développeurs, et de test pour les utilisateurs.

Les RPM de cette  prochaine version de PHP 7.1, sont disponibles dans le dépôt remi pour Fedora 22, 23, 24 et Enterprise Linux 6, 7 (RHEL, CentOS, ...) dans une nouvelle Software Collection (php71) permettant son installation en parallèle de la version système.

Comme je crois fortement au potentiel des SCL pour fournir un moyen simple d'installer plusieurs versions en parallèle, et qu'il me semble utile d'offrir cette possibilité pour PHP 7.1 afin de permettre aux développeurs de tester leur application, aux sysadmin de préparer une migration, ou simplement d'utiliser cette version pour une application spécifique, j'ai décidé de créer cette nouvelle SCL.

Installation :

yum install php71

emblem-important-2-24.pngA noter :

  • la SCL est totalement indépendante du système, et ne le modifie pas
  • cette SCL est dans le dépôt remi-safe (dans le dépôt remi pour Fedora)
  • l'installation est dans le dossier /opt/remi/php71, la configuration dans le dossier /etc/opt/remi/php71
  • le module pour Apache, php71-php, est disponible, mais évidement un seul mod_php peut être utiliser (il faudrait donc désactiver ou désinstaller tout autre module afin de l'utiliser, celui fournit par le paquet "php" reste prioritaire)
  • le service FPM (php71-php-fpm) est disponible, il écoute par défaut sur le port 9000, il faudrait donc adapter la configuration si vous souhaitez utiliser plusieurs services FPM en même temps.
  • la commande php71 permet d'accéder simplement à cette version, cependant l'utilisation de la commande scl reste la meilleure méthode (ou module)
  • Il s'agit pour l'instant de la version 7.0.1alpha1, mais les versions alpha/beta devrait être rapidement disponibles.
  • beaucoup d'extensions PECL sont aussi disponibles, voir la page status des extensions
  • seulement pour  x86_64, pas de plan pour les autres architectures.

emblem-notice-24.pngLire aussi les autres articles concernant les SCL.

$ module load php71 $ php --version PHP 7.1.0alpha1 (cli) (built: Jun  8 2016 09:36:05) ( NTS ) Copyright (c) 1997-2016 The PHP Group Zend Engine v3.1.0-dev, Copyright (c) 1998-2016 Zend Technologies

Comme d'habitude, vos retours sont les bienvenus, un forum dédié aux SCL est ouvert.

Gravatar de Remi Collet
Original post of Remi Collet.Votez pour ce billet sur Planet Libre.

Articles similaires

Bridouz : Je crois que j'aime Gnome 3

Il y a quelques semaines je délaissais GNOME pour XFCE avec pour but de retrouver de la légèreté et de la liberté en n'étant plus dépendant des choix imposés par GNOME. Aujourd'hui je suis revenu sur mon choix car finalement GNOME est un DE qui me convient pour l'utilisation que je fais de mon OS et, en étant sûr que tout roule, je peux me concentrer sur d'autres choses.

XFCE est un DE solide, mais que je trouve assez décousu. Le manque de MAJ n'est pas un problème, car les versions (4.10 comme 4.12) sont d'une stabilité remarquable et on retrouve ce qu'il faut pour utiliser son système. Non ce qui m'a réellement le plus déplu c'est ce côté décousu par rapport à GNOME. Je n'arrive pas à y retrouver cette cohérence uniforme qui avec gnome-shell me permet de naviguer intuitivement. Je comprends la philosophie, mais je pense finalement que je n'y adhère pas complètement et que ce manque nuit à mon utilisation. La légèreté est vraiment agréable et la liberté possible pour se concocter un bureau sur mesure est géniale mais, je ne m'y retrouve pas, ou peu.

Là où le débat fait rage entre les DE et de savoir lequel est le meilleur, je vois plutôt ce sujet comme la base de la philosophie libre. Il y en a pour tous les goûts et personne n'est obligée de se voir imposer un DE. Certains ont hurlé au scandale quand Gnome 3 a introduit sa headerbar et son look singulier, personnellement je trouve que cela a gagné en clarté et je m'y retrouve très bien en revanche, quand je lis les débats que cela a pu engendrer je me dis qu'on tourne en rond. La puissance du logiciel libre et de Linux c'est qu'il est facilement possible de créer une alternative et, en matière de DE ce n'est pas le choix qui manque. Des initiatives comme Mate, Cinnamon, Budgie Desktop ou encore LxQT montrent qu'il y a des alternatives existantes si Plasma ou Gnome ne conviennent pas et libre à chacun d'aller là où il le souhaite, d'utiliser ce qu'il veut.

La simplification de GNOME ne me pose donc que très peu de problèmes, au contraire même je trouve que le DE a gagné en efficacité et que les choix pris ne me pénalisent pas tant que ça. Je parlais un peu plus haut de la headerbar qui pour moi est un réel atout et une idée intelligente pour uniformiser les logiciels. Quand j'utilise mon ordinateur c'est principalement pour aller sur internet, pour de la bureautique, écouter de la musique, lire quelques PDF (quand la tablette est en rade de batterie) ou encore trier des photos personnelles. En fait j'ai une utilisation assez banale de Linux et GNOME m'apporte un environnement où tout est cohérent, où mon bureau a un look moderne qui me convient et où je peux facilement utiliser le système. L'intégration possible avec une instance Owncloud est également un point qui m'a fait repasser à Gnome. Le simple fait de pouvoir voir mes rdv, mes tâches de mon calendrier CalDAV d'un simple clic sur mon bureau est agréable.
Et quand GNOME a fait des choix que je n'apprécie que peu, je me tourne vers Gnome Tweak Tool pour palier à ces choix ou à des logiciels tiers. Je n'arrive pas à utiliser Gnome-Music mais j'utilise Lollypop comme alternative. Le look Gnomiesque est là, le lecteur me propose ce dont j'ai besoin et c'est parfait comme ça.

Je pense finalement que Gnome a perturbé les habitudes des utilisateurs et d'un côté je suis plutôt content de ces changements, car cela a permis de voir émerger des alternatives comme Mate ou Budgie Desktop. C'est vraiment cela que j'apprécie dans le logiciel libre, il y a toujours moyen de créer quelque-chose et il y en a pour tous les goûts, pour toutes les envies et pour tous les types d'utilisations. En revanche je ne suis pas un développeur alors je peux peut-être louper le côté "facilité de dev et workflow", peut-être que Gnome a fait des choix qui sont assez compliqués pour les devs et leurs logiciels et peut-être qu'il est compliqué de travailler (professionnellement) avec Gnome 3 maintenant. Peut-être, mais ça je ne connais pas.
— (permalink)

Gravatar de Bridouz
Original post of Bridouz.Votez pour ce billet sur Planet Libre.

System Linux : Apres une net-intall Debian jessie 8...

debian.png

Pour mettre un peu d'ordre :)

Qu'est ce qu'on a ?

netstat -ntlp Connexions Internet actives (seulement serveurs) Proto Recv-Q Send-Q Adresse locale Adresse distante Etat PID/Program name tcp 0 0 127.0.0.1:25 0.0.0.0:* LISTEN 773/exim4 tcp 0 0 0.0.0.0:111 0.0.0.0:* LISTEN 483/rpcbind tcp 0 0 0.0.0.0:54677 0.0.0.0:* LISTEN 492/rpc.statd tcp6 0 0 ::1:25 :::* LISTEN 773/exim4 tcp6 0 0 :::51008 :::* LISTEN 492/rpc.statd tcp6 0 0 :::111 :::* LISTEN 483/rpcbind

Oo !?

apt-get update apt-get upgrade

On est bon ? :

# cat /etc/debian_version 8.5

Installation de l’essentiel :

apt-get install vim openssh-server deborphan

Config ssh :

vi /etc/ssh/sshd_config PermitRootLogin yes systemctl restart sshd

On enlève les # qui vont bien :

cat /root/.bashrc # ~/.bashrc: executed by bash(1) for non-login shells. # Note: PS1 and umask are already set in /etc/profile. You should not # need this unless you want different defaults for root. # PS1='${debian_chroot:+($debian_chroot)}\\h:\\w\\$ ' # umask 022 # You may uncomment the following lines if you want `ls' to be colorized: export LS_OPTIONS='--color=auto' eval "`dircolors`" alias ls='ls $LS_OPTIONS' alias ll='ls $LS_OPTIONS -l' alias l='ls $LS_OPTIONS -lA' # # Some more alias to avoid making mistakes: # alias rm='rm -i' # alias cp='cp -i' # alias mv='mv -i'

Un peu de ménache :

apt-get remove --purge `deborphan --guess-all` apt-get --purge remove `apt-cache search exim4 | awk '{print $1}'` apt-get --purge remove `apt-cache search rpcbind | awk '{print $1}'`

:)

Gravatar de System Linux
Original post of System Linux.Votez pour ce billet sur Planet Libre.

Articles similaires

mozillaZine-fr : Précisions d’Asa Dotzler sur Electrolysis dans Firefox 48

L’annonce de la diffusion prochaine de la technologie Electrolysis (e10s) dans Firefox 48 a rencontré un certain succès. Nous ne reviendrons pas sur la teneur de cette technologie, qui est bien présentée par l’article de NextInpact « Multiprocessus : Firefox 48 marquera enfin le premier pas vers Electrolysis ». Cependant, Asa Dotzler, qui est cité dans cet article, a publié cette mise à jour que nous traduisons ici :

Il y a une certaine confusion sur ce qui est nouveau. Je voudrais faire une mise au point. E10s est en bêta depuis un certain temps. Ce n’est pas nouveau. Il était là pour la moitié de nos utilisateurs bêta pendant l’ensemble du cycle précédent de 6 semaines. Ce qui est nouveau ici est que nous avons récemment rempli tous nos critères de mise en production, et nous pensons que nous pouvons passer cette fonction en production pendant les 6 prochaines semaines. Maintenant, nous sommes dans un cycle de finalisation – en supposant que nous ne rencontrons pas de surprises. C’est là que vous, les utilisateurs, entrez en scène. S’il vous plaît, aidez-nous à tester cette prochaine Firefox 48 bêta, de manière à nous assurer que e10s fonctionne bien pour tout le monde. Merci.

Gravatar de mozillaZine-fr
Original post of mozillaZine-fr.Votez pour ce billet sur Planet Libre.

Articles similaires

Philippe Scoffoni : Soutenir Abulédu, nos enfants le valent bien

Abulédu campagne de financementAbulÉdu est un espace numérique de travail pour l’éducation. C’est une des rares alternatives libres à ce jour dans ce domaine aux mastodontes. C’est aussi et surtout une initiative à mettre en avant à l’heure de la signature de partenariats pour le moins douteux sur le plan éthique et légal entre l’état et des sociétés privées. Je ne citerais que celui avec Microsoft contre lequel se bat le collectif Edunathon depuis déjà plusieurs mois.

Si le combat sur le plan juridique est nécessaire, il n’est pas suffisant s’il n’existe pas d’offre concrète et visible. Sinon, Microsoft va continuer à s’amuser de ces bâtonnets mis dans ses roues.

C’est pourquoi je vous invite à soutenir la campagne de financement participative lancée par l’association Abulédu. Une campagne qui s’ancre dans une triste réalité, à savoir le dépôt de bilan de Ryxéo, qui avait jusqu’à présent porté le projet. Sur la page d’accueil quelques explications :

Le modèle économique, souvent mal compris, d’une entreprise telle que RyXéo s’appuie sur le support, la maintenance et les formations autour des services qu’elle offre, et qui permettent parallèlement de financer le développement (code et graphisme). L’amalgame libre = gratuit, est un SSLL killer ! Nous nous sommes battus pendant des années pour essayer de faire comprendre qu’il vaut mieux dépenser de l’argent dans des SSLL que dans un écosystème non libre … ça n’aura pas été suffisant. Les conséquences de la crise économique, et en particulier le souci pour les collectivités locales d’assainir des finances notamment en reportant des investissements auront fini de briser un équilibre fragile.

Heureusement dans cette affaire, depuis 2010 une association avait été créée pour fédérer les membres de cette communauté autour du projet. C’est peut-être ce choix qui peut aujourd’hui sauver ce projet. L’association a donc besoin de moyens pour prendre le relais de la société Ryxéo. Tout est expliqué sur la page de la campagne. C’est 25 000 à 50 000 euros qui sont nécessaires.

Personnellement, j’aurais tendance à penser que nos enfants le valent bien… 20€ versés.

P.S. : remarque technique sur le financement de l’opération : l’association Abulédu n’est-elle pas « d’intérêt général » et donc susceptible de recevoir des dons défiscalisable ? A creuser.

Réagir à cet article

Article original écrit par Philippe Scoffoni le 09/06/2016. | Lien direct vers cet article

Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons BY à l'exception des images qui l'illustrent (celles-ci demeurent placées sous leur mention légale d'origine).

.

Gravatar de Philippe Scoffoni
Original post of Philippe Scoffoni.Votez pour ce billet sur Planet Libre.

Articles similaires

blog-libre : le vrai début de la fin – réponse

Je lisais ton billet Cyrille, celui qui parle du vrai début de la fin. Tu sais pourquoi le libre se meurt ?

Parce que le libre n’a pas le marketing des empires commerciaux des GAFAM.
Parce que les utilisateurs veulent des trucs pratiques et ne parlent que de confort d’utilisation.
Parce que penser et réfléchir à ses outils, leurs fonctions, leurs constructions, c’est embêtant, vois-tu, alors qu’on veut aller vite, utiliser le truc tout de suite, sans avoir à penser, ni lire le manuel.

Le libre se meurt parce que nous ne pensons plus, parce que les fabricants de menottes numériques comme Microsoft, Android ou Apple ne veulent pas que nous pensions, ils veulent qu’on paie, en monnaie sonnante et trébuchante ou en données privées.

Le libre se meurt tout comme l’économie réelle où la encore, on ne veut plus que nous pensions : il n’y a pas d’alternatives là non plus. Austérité, trop de fonctionnaires, trop d’impôts, trop de Code du Travail. Ici, ce sont les empires industriels, médiatiques et du tertiaire qui sont à l’œuvre pour te dire comment penser, écrire nos lois et comment nous allons vivre avec la Loi Travail par exemple alors que le travail est en voie de disparition, remplacé par les machines, internet, les algorithmes et les robots.

L’état du libre est symptomatique de notre société : penser, réfléchir et offrir des alternatives à la pensée dominante, c’est de plus en plus dur. Quand tous les journaux pensent pareils, quand toutes les émissions TV pensent pareils, quand tous les politiciens pensent pareils… que faire ?

Le libre, c’est l’intérêt général. Et l’intérêt général disparait tous les jours un peu plus au profit de la classe dominante, celle qui soutient l’argent pour faire de l’argent. Le libre n’a donc pas sa place dans ce monde. Le libre, c’est l’irréductible gaulois qui va perdre la bataille parce qu’il n’est pas de taille face à notre société de consommation.

 

Le libre restera confiné à un loisir, un truc entre potes, entre associatifs. Là, il pourra vivre sa petite vie tranquille. Et ce sera déjà très bien.

 

– Damien

Gravatar de blog-libre
Original post of blog-libre.Votez pour ce billet sur Planet Libre.

Pages