Planet Libre

Journal du hacker : Liens intéressants Journal du hacker semaine #34

Pour la 34ème semaine de 2017, voici 12 liens intéressants que vous avez peut-être ratés, relayés par le Journal du hacker, votre source d’informations pour le Logiciel Libre francophone !

Pour ne plus rater aucun article de la communauté francophone, voici :

De plus le site web du Journal du hacker est « adaptatif (responsive) ». N’hésitez pas à le consulter depuis votre smartphone ou votre tablette !

Le Journal du hacker fonctionne de manière collaborative, grâce à la participation de ses membres. Rejoignez-nous pour proposer vos contenus à partager avec la communauté du Logiciel Libre francophone et faire connaître vos projets !

Et vous ? Qu’avez-vous pensé de ces articles ? N’hésitez pas à réagir directement dans les commentaires de l’article sur le Journal du hacker ou bien dans les commentaires de ce billet :)

Gravatar de Journal du hacker
Original post of Journal du hacker.Votez pour ce billet sur Planet Libre.

Articles similaires

nIQnutn : Streaming: enregistrer une vidéo

Je vous ai déjà parlé de RTMPDump pour récupérer des vidéos. Maintenant, sur un de mes sites, cette solution ne marche plus. Obligé de changer mon fusil d'épaule mais tant que j'arrive à récupérer le contenu, c'est cool.

C'est pas très professionnel comme solution mais ça marche pour moi. J'utilise Firefox avec l'extension Random Agent Spoofer et livestreamer.

Récupérer le lien de la liste de lecture

C'est la partie pénible: récupérer le lien qui va bien en l’occurrence un fichier qui sera nommé master.m3u8
On commence par ouvrir Firefox (le truc qui va mourir au mois de Novembre d'après les fils spirituels de Nostradamus).
On ouvre les Outils de développement F12 et on passe à l'onglet Réseau Ctrl+Maj+Q ou Ctrl+Maj+Q à partir de la v55.
Dans le filtre on tape m3u8 et il ne reste plus qu'à récupérer la première URL qui vient (ex: "http://blablabla.net/.../master.m3u8?...").

Boycotter Flash Player

Pour ceux qui ne comprenne pas à quoi peut servir Random Agent Spoofer, certains sites développer par des idiots me disent d'installer Flash Player. C'est pas vraiment dans mes intentions et puisse qu'on me prend pour un idiot, je me ferais passer pour quelqu'un d'autre. Vous savez, du genre petit bourgeois qui s'exhibe avec du matériel hors de prix.

Dans Random Agent Spoofer, on choisit un profil du type iOS browsers, par exemple "iPad - Safari". Et voilà, on m'accepte maintenant.

Télécharger la vidéo

On commence par installer le paquet livestreamer:


#root apt install livestreamer

Il ne reste plus qu'à lancer la commande:


$user livestreamer "hlsvariant://http://blablabla.net/.../master.m3u8?..." best -o ~/video.ts

C'est bien pratique d'avoir la fibre et des disques de plusieurs To. Parce que le streaming, c'est tout moisi.

Ressources nIQnutn CC-BY

Gravatar de nIQnutn
Original post of nIQnutn.Votez pour ce billet sur Planet Libre.

nIQnutn : Streaming: enregistrer une vidéo

Je vous ai déjà parlé de RTMPDump pour récupérer des vidéos. Maintenant, sur un de mes sites, cette solution ne marche plus. Obligé de changer mon fusil d'épaule mais tant que j'arrive à récupérer le contenu, c'est cool.

C'est pas très professionnel comme solution mais ça marche pour moi. J'utilise Firefox avec l'extension Random Agent Spoofer et livestreamer.

Récupérer le lien de la liste de lecture

C'est la partie pénible: récupérer le lien qui va bien en l’occurrence un fichier qui sera nommé master.m3u8
On commence par ouvrir Firefox (le truc qui va mourir au mois de Novembre d'après les fils spirituels de Nostradamus).
On ouvre les Outils de développement F12 et on passe à l'onglet Réseau Ctrl+Maj+Q ou Ctrl+Maj+Q à partir de la v55.
Dans le filtre on tape m3u8 et il ne reste plus qu'à récupérer la première URL qui vient (ex: "http://blablabla.net/.../master.m3u8?...").

Boycotter Flash Player

Pour ceux qui ne comprenne pas à quoi peut servir Random Agent Spoofer, certains sites développer par des idiots me disent d'installer Flash Player. C'est pas vraiment dans mes intentions et puisse qu'on me prend pour un idiot, je me ferais passer pour quelqu'un d'autre. Vous savez, du genre petit bourgeois qui s'exhibe avec du matériel hors de prix.

Dans Random Agent Spoofer, on choisit un profil du type iOS browsers, par exemple "iPad - Safari". Et voilà, on m'accepte maintenant.

Télécharger la vidéo

On commence par installer le paquet livestreamer:


#root apt install livestreamer

Il ne reste plus qu'à lancer la commande:


$user livestreamer "hlsvariant://http://blablabla.net/.../master.m3u8?..." best -o ~/video.ts

C'est bien pratique d'avoir la fibre et des disques de plusieurs To. Parce que le streaming, c'est tout moisi.

Ressources nIQnutn CC-BY

Gravatar de nIQnutn
Original post of nIQnutn.Votez pour ce billet sur Planet Libre.

Angristan : Don du mois : Arch Linux

Arch Linux est ma distribution favorite, et c'est très certainement celle que j'ai utilisé le plus depuis mes débuts avec Linux. Sur desktop du moins, sur mes serveurs Debian reste la seule et unique distribution ❤️. Je suis passé par Ubuntu, Debian, elementaryOS, Linux Mint, Manjaro... Arch est vraiment celle qui me convient le plus ! Bien qu'ayant été sous Windows pendant presque 2 ans, l'arrivé de mon XPS 13 il y a 2 mois m'a permis de réinstaller Arch Linux, cette fois-ci via Arch-Anywhere, que je recommande chaudement. Cette fois, je suis tombé sous le charme de KDE Plasma en tant qu'environnement de bureau, mais ça sera probablement le sujet d'un autre article. One does not simply correctly install Arch Linux on the first try La fraîcheur des paquets, l'excellent wiki, le AUR.... bref, j'aime Arch Linux. Comme vous le savez peut-être c'est une rolling release, ce qui veut dire que les paquets sont mis à jour en continu. Cela signifie donc des gros coûts en terme d'infrastructure pour les serveurs de paquets, d'une part pour compiler les nouveaux paquets et d'autre part pour servir les mises à jour à tous les utilisateurs.Arch Linux KDE neofetch Les mainteneurs de Arch Linux sont tous bénévoles, donc les dons sont nécessaires au maintien de l'infrastructure et sont utilisés uniquement pour celle-ci. Les donations se font via Click&Pledge, le site est un peu vieillot et ne donne pas vraiment confiance surtout avec des paramètres TLS un peu foireux, mais bon. Comme le rappelle la page dédiée aux donations, vous pouvez aussi contribuer à Arch Linux en aidant la communauté, en améliorant le wiki, en maintenant des paquets, etc. Et vous, avez-vous contribué à votre distribution ? Image de une par SullyVanCraft

L'article Don du mois : Arch Linux a été publié sur Angristan

Gravatar de Angristan
Original post of Angristan.Votez pour ce billet sur Planet Libre.

Articles similaires

Miamondo : L’espéranto, une langue de libriste?

Introduction

Sur ma page de présentation, je précise que l’un de mes centres d’intérêt est l’espéranto. Cette langue a été construite et offerte à l’humanité sous le nom de langue internationale par L.L Zamenhof en 1887. Cet ophtalmologiste polonais né dans une famille juive a publié ses travaux sous le pseudonyme de Doktoro Esperanto (le docteur qui espère). C’était son avatar en quelque sorte. Dès sa naissance, l’espéranto s’est donné pour but de faciliter la communication entre les peuples et par conséquent, de rapprocher les hommes.

Malgré tout l’intérêt que je porte à cet idiome, je dois reconnaître que je n’ai pas trop le temps de le pratiquer. Et c’est fort regrettable… J’ai découvert l’espéranto il y a une dizaine d’années grâce à Wikipédia et j’ai été très surpris de constater que certains articles francophones avaient leur traduction dans cette langue.

J’ai appris l’espéranto grâce à ces deux excellents cours en ligne :

drapeau_esp

Points communs entre Linux et l’espéranto

Comme Miamondo est un site qui  gravite autour de la culture libriste, j’avais envie d’aborder le thème de l’espéranto dans cette optique particulière. J’avais envie de démontrer qu’il existe des points communs entre cette langue construite et Linux. J’ai le sentiment que Zamenhof, s’il avait été notre contemporain, aurait été enthousiasmé par Linux et les logiciels libres. Il a offert SA langue internationale à l’humanité tout comme Linus Torvald a offert son noyau Linux. Il faut être réaliste, l’espéranto peine à s’imposer comme langue internationale. Ça reste un truc de geek linguistique. Il en est de même pour les distributions Linux qui peinent à s’imposer sur les ordinateurs de monsieur Tout-Le-Monde. Ça reste un truc de de geek!

L’apprentissage de l’espéranto est d’une désarmante simplicité. On dit que c’est une langue propédeutique dans le sens où sa structure régulière, notamment sa grammaire, permet d’apprendre d’autres langues plus facilement. J’ai fait mon service militaire dans les transmissions et je me souviens que la devise de cette arme était « L’arme qui unit les armes ».  Eh bien, je vais la détourner et l’adapter à l’espéranto… « La langue qui unit les langues »

Si l’espéranto facilite l’apprentissage des langues étrangères, j’ai le sentiment que Linux facilite l’apprentissage de l’informatique. J’ai installé Ubuntu Maverick merkaat en 2010 sur ma bécane. Eh bien, avec son système de fichiers et son interface en ligne de commande, cette distribution linuxienne m’a permis de mieux comprendre comment fonctionnait un ordinateur. J’ai pu arpenté les rivages de ce que j’appelle la conscience-machine. Tout comme l’espéranto, Linux a donc un caractère propédeutique qui est évident.

Pour l’anecdote, on dit parfois qu’une distribution a « forké » et donné naissance à une nouvelle… Sachez pour votre gouverne personnelle que l’espéranto a « forké » lui aussi pour donner naissance à l’ido, une variante tombée dans l’oubli (ou presque).

Diffusion de l’espéranto

Je trouve regrettable que l’espéranto n’ait toujours pas réussi à véritablement s’imposer comme langue internationale. Il ne sert à rien de faire porter la responsabilité de cet échec à l’anglais, largement répandu dans les échanges internationaux. L’anglais est une belle langue que j’utilise presque tous les jours sur Internet. Elle m’est utile et je n’ai nullement envie de la dézinguer. Plutôt que de se lamenter sur cette situation, restons optimiste et réjouissons-nous du fait que l’avènement d’Internet a largement contribué à l’expansion de l’espéranto. Internet a peut-être sauvé l’espéranto… ou du moins, il lui a donné une nouvelle impulsion. Quelques exemples à l’appui de mes assertions :

  • Vikipedio (la Wikipédia espérantophone) : 241382 articles
  • Duolingo (site d’apprentissage de langues) : 987000 apprenants pour le cours d’espéranto réservé aux anglophones . Il n’en existe pas encore pour les francophones. Je suis allé au bout de ce cours et je le conseille vivement car cela permet de faire d’une pierre deux coups : apprendre l’espéranto et réviser son anglais.
  • I-Kurso, Libera Folio, Le Monde diplomatique etc.
Passons à la pratique!

Avec le verbe « être », je vais vous apprendre les temps simples en moins de deux minutes. C’est parti mon kiki!

  • Infinitif : esti
  • Présent : estas
  • Passé : estis
  • Futur : estos
  • Conditionnel : estus
  • Impératif : estu

Il n’y a aucune exception.

  • Mi manĝas : je mange
  • Vi manĝas : tu manges
  • Li/ŝi/oni manĝas : Il/elle/on mange
  • Ni manĝas : nous mangeons
  • Vi manĝas : vous mangez
  • Ili manĝas : Ils mangent

Le fond lexical est clairement indo-européen et plutôt emprunté aux langues romanes. Il n’y a qu’un seul article défini (« la ») et pas d’article indéfini. Tous les verbes ont un infinitif en « i ». Tous les noms communs se terminent en « o », tous les adjectifs se terminent en « a », tous les adverbes en « e » ou en « aŭ ». Quant au pluriel, cette fonction est remplie par le « j » (artikoloj par exemple).

On rencontre un cas qui est l’accusatif et qui, pour simplifier, « marque » le complément d’objet direct. Pour ce faire, on rajoute un « n » au nom commun et à l’adjectif :

  • Mi manĝas la bonan Panon : Je mange le bon pain

C’est une langue agglutinante :

  • la viro : l’homme
  • la virino : la femme
  • la virineto : la petite femme

Extrêmement flexible, on peut la malaxer comme de l’argile et façonner la phrase de son choix. Par exemple, je vais traduire : « Il a fait une petite erreur ».

  • Li faris erareton
  • Li faris etan eraron
  • Li faris malgrandan eraron
  • Li eraris ete.

Quatre possibilités de traduction même si la dernière est un peu tirée par les cheveux, je vous l’accorde!

Il existe toute une palanquée de suffixes pour exprimer par exemple :

  • l’idée de contenant : ujo  >> Mono + ujo donne monujo (porte-monnaie)
  • l’idée d’ensemble, de groupe : aro  >> Arbo + aro donne arbaro (forêt)
  • l’idée d’enfant, de descendant : ido >> Kato + ido donne katido (chaton)
Conclusion

Il ne manque pas grand chose à l’espéranto pour qu’il prenne son envol mais ça ne viendra certainement pas des sommets. Trop de résistances par rapport à cette idée révolutionnaire. Mais l’avènement d’Internet a tout changé et si un jour, l’espéranto se diffuse largement, ce sera grâce à celles et ceux qui la pratiquent déjà.

 


Gravatar de Miamondo
Original post of Miamondo.Votez pour ce billet sur Planet Libre.

nIQnutn : Nintendo 64: rejouer à de vrais jeux

C'est l'occasion de ressortir les manettes et de recommencer des jeux mythiques. C'est probablement sur la Nintendo 64 que j'ai le plus de souvenirs de jeux, du moins les plus marquants. La 3D, le multijoueur à 4 et des parties sans fin. Les réussites sont nombreuses et ont marqué les esprits en commençant par Super Mario 64, Golden Eye et Mario Kart 64 (je vais pas tous les citer). De nos jours, le jeu vidéo a changé, certains vendent des jeux pas fini et bugués et on croule sous la quantité de jeux disponibles (souvent ils manquent cruellement d'inspiration). C'est de plus en plus rare pour moi d'accrocher, avec le temps on se lasse mais je trouve que les jeux de cette époque avait une véritable identité et à part quelques patates payé à prix d'or (500 Francs de l'époque) je les ai tous terminé.

Tout ça parce que l'autre jour, j'ai eu envie de commencer un nouveau jeu mais ma liste de jeux sur Steam était beaucoup trop longue. Découragé, j'ai préféré revenir à des valeurs sûres.

Installation

Pour installer Mupen64Plus et son interface graphique:


#root apt install mupen64plus-ui-console mupen64plus-qt

Pour lancer Mupen64Plus, aller dans le menu: Jeux > Mupen64Plus-Qt
ou directement depuis le terminal: mupen64plus-qt

Configuration

On commencer par mettre l'interface en français depuis le menu: Paramètres > Autre et on sélectionne le Français.

Ensuite, on indique le dossier des roms: Paramètres > Chemin et on ajoute notre dossier dans "Dossiers des ROMS"
Puis on actualise la liste des jeux dans le menu: Fichier > Recharger la liste
Pour finir, il faut aller dans: Paramètres > Disposition et sélectionner la vue. Sinon, on reste face à un écran vide :/

Il est possible de récupérer les infos depuis TheGamesDB.net.
Pour l'activer, aller dans le menu: Paramètres > Autre et cocher la case "Télécharger les informations sur les jeux"
On retourne dans le menu: Fichier > Recharger la liste

Il est possible de modifier les information d'une Rom. Il suffit de la sélectionner et dans le menu: Fichier > Télécharger/Mettre à jour les infos...

Si la miniature ne se met pas à jour, faut passer par le dossier ~/.local/share/mupen64plus-qt/cache et supprimer les miniatures.
Il y a visiblement un problème dans la gestion des miniatures et les fichiers .png peuvent ne pas s'afficher s'il y a un déjà un fichier .jpg

Et voilà, c'est prêt !

Ressources

https://wiki.debian.org/Mupen64Plus
https://github.com/dh4/mupen64plus-qt

nIQnutn CC-BY

Gravatar de nIQnutn
Original post of nIQnutn.Votez pour ce billet sur Planet Libre.

nIQnutn : Nintendo 64: rejouer à de vrais jeux

C'est l'occasion de ressortir les manettes et de recommencer des jeux mythiques. C'est probablement sur la Nintendo 64 que j'ai le plus de souvenirs de jeux, du moins les plus marquants. La 3D, le multijoueur à 4 et des parties sans fin. Les réussites sont nombreuses et ont marqué les esprits en commençant par Super Mario 64, Golden Eye et Mario Kart 64 (je vais pas tous les citer). De nos jours, le jeu vidéo a changé, certains vendent des jeux pas fini et bugués et on croule sous la quantité de jeux disponibles (souvent ils manquent cruellement d'inspiration). C'est de plus en plus rare pour moi d'accrocher, avec le temps on se lasse mais je trouve que les jeux de cette époque avait une véritable identité et à part quelques patates payé à prix d'or (500 Francs de l'époque) je les ai tous terminé.

Tout ça parce que l'autre jour, j'ai eu envie de commencer un nouveau jeu mais ma liste de jeux sur Steam était beaucoup trop longue. Découragé, j'ai préféré revenir à des valeurs sûres.

Installation

Pour installer Mupen64Plus et son interface graphique:


#root apt install mupen64plus-ui-console mupen64plus-qt

Pour lancer Mupen64Plus, aller dans le menu: Jeux > Mupen64Plus-Qt
ou directement depuis le terminal: mupen64plus-qt

Configuration

On commencer par mettre l'interface en français depuis le menu: Paramètres > Autre et on sélectionne le Français.

Ensuite, on indique le dossier des roms: Paramètres > Chemin et on ajoute notre dossier dans "Dossiers des ROMS"
Puis on actualise la liste des jeux dans le menu: Fichier > Recharger la liste
Pour finir, il faut aller dans: Paramètres > Disposition et sélectionner la vue. Sinon, on reste face à un écran vide :/

Il est possible de récupérer les infos depuis TheGamesDB.net.
Pour l'activer, aller dans le menu: Paramètres > Autre et cocher la case "Télécharger les informations sur les jeux"
On retourne dans le menu: Fichier > Recharger la liste

Il est possible de modifier les information d'une Rom. Il suffit de la sélectionner et dans le menu: Fichier > Télécharger/Mettre à jour les infos...

Si la miniature ne se met pas à jour, faut passer par le dossier ~/.local/share/mupen64plus-qt/cache et supprimer les miniatures.
Il y a visiblement un problème dans la gestion des miniatures et les fichiers .png peuvent ne pas s'afficher s'il y a un déjà un fichier .jpg

Et voilà, c'est prêt !

Ressources

https://wiki.debian.org/Mupen64Plus
https://github.com/dh4/mupen64plus-qt

nIQnutn CC-BY

Gravatar de nIQnutn
Original post of nIQnutn.Votez pour ce billet sur Planet Libre.

Full Circle Magazine FR : Pour l'été (bis)...

... voici le numéro 123 en français, disponible sur notre page NUMÉROS ou, directement, en cliquant sur l'image ci-dessous.

issue123fr.png

Outre les bonnes rubriques habituelles, Actus, C&C, Python, FreeCAD, Inkscape, Kdenlive, vous y trouverez, notamment :

  • Un article vous expliquant l'utilisation de Pandoc et de Writer2LaTeX pour l'importation et la conversion de textes en LaTeX qui prennent en compte les caractères spéciaux.
  • Comment ré-utiliser un viel EeePC pour le transformer en Media Center ? Lisez vite la rubrique de « septcentquarante » qui nous explique sa démarche !
  • La suite de la nouvelle série de SJ Webb, sur son utilisation de Linux dans le cadre de son travail à l'université. Ce mois-ci, il nous présente ses logiciels de gestion de projet.
  • Veracrypt est le successeur du défunt TrueCrypt. « EriktheUnready » nous en fait une présentation.
  • Oui, quelquefois, Ubuntu ne répond pas totalement à vos attentes. Roland Hunt a été confronté à un problème de WiFi sur son HP Stream 11.
  • Il vous arrive de chercher une aide écrite pour vos applications. Dans Q. et R., Gord revient sur les différents types d'aide disponibles.
  • Et Ronnie, rédacteur en chef du FCM, fait une critique du jeu Rising World, qui fait penser à Mine...

Où que vous soyez, nous vous souhaitons un bon été avec le FCMfr.

Amusez-vous bien !

L'équipe du FCMfr :

  • Le scribeur, Bab ;
  • Les traducteurs, AE et d52fr ;
  • Les relecteurs, AuntieE (AE), Bab et d52fr

Avec un grand merci à d52fr pour le texte de ce billet !

Gravatar de Full Circle Magazine FR
Original post of Full Circle Magazine FR.Votez pour ce billet sur Planet Libre.

Articles similaires

nIQnutn : Guide de survie Stretch

Un résumé des principales commandes à connaître pour les utilisateurs Debian. L'antisèche est disponible au format .pdf pour l'impression et au format .odt pour modification.

Vous retrouverez le détail des commandes ci-dessous. N'hésitez pas à compléter avec d'autres commandes.

Sommaire
  1. Gestion des paquets
  2. Arborescence du système
  3. Gestion des fichiers et dossiers
  4. Gestion des processus
  5. Gestion des utilisateurs
  6. Lancer une commande avec root
  7. Gestion des droits et permissions
  8. Gestion du matériel
  9. Gestion de l'alimentation
  10. Complétion automatique
  11. Documentation
  12. Antisèche

Description du terminal:

utilisateur@machine:~/Documents$utilisateur nom de l’utilisateur connectémachine nom de la machine ~/Documents répertoire en cours d’utilisation$ utilisateur normal# utilisateur rootGestion des paquets Mettre à jour la liste des paquets

La commande update permet simplement d'actualiser la liste des paquets disponibles pour votre système.


#root apt update

Cette commande ne modifie pas le système, elle se contente de demander s'il existe de nouveaux paquets ou des nouvelles versions disponibles pour votre distribution.

L'utilisation de apt update est généralement le préalable avant toute opération effectuée avec APT.

Installer les mises à jour

Il est nécessaire de garder son système à jour et d'installer les dernières versions des paquets disponibles. Cela permet de corriger les bugs existants et d'installer les correctifs de sécurité.


#root apt upgrade

De nouveaux paquets peuvent être installés si c'est nécessaire, mais les paquets installés ne seront jamais supprimés.
Cette commande est "sans risque".

Mettre à jour le système

La commande full-upgrade remplit sensiblement la même fonction que upgrade à la différence qu'elle peut aussi supprimer des paquets installés si cela est nécessaire pour résoudre un conflit entre des paquets. On utilise généralement cette commande lors du basculement d'une version majeure de Debian à la suivante (Jessie > Stretch).


#root apt full-upgrade

Prenez le temps de lire les modifications qui seront effectuées sur votre système avant de valider l’exécution de la commande.

Installer un paquet

L'ajout d'un/plusieurs paquet(s) se fait avec la commande install qui gérera automatiquement l'installation de toutes les dépendances nécessaires au fonctionnement du logiciel.


#root apt install

correspondant au nom exact du logiciel que l'on veut installer. Par exemple, pour installer le jeu SuperTux, la commande sera: apt install supertux.
Pour trouver le nom exact du paquet, il est possible d'utiliser la commande search ou depuis la page https://www.debian.org/distrib/packages#search_packages qui recense tous les paquets.

Supprimer un paquet

Il arrive que certains paquets ne vous soient plus utiles, dans ce cas il est préférable de les désinstaller. La commande remove permet de supprimer un paquet présent sur votre système.


#root apt remove

La commande supprimera également les dépendances qui ne sont plus nécessaires. Encore une fois, vérifiez la liste des paquets qui seront supprimés avant de valider les opérations.

Éditer le fichier sources.list

Il est parfois nécessaire d'éditer les sources de son système en modifiant le fichier /etc/apt/sources.list. Généralement pour l'ajout des sections non libres et des dépôts tiers.
La commande edit-sources permet de bénéficier de la coloration syntaxique et fournit des vérifications de sécurité de base.


#root apt edit-sources

Il est nécessaire de lancer la commande update pour que les modifications soient prises en compte.

Arborescence du système / Le répertoire racine (root). Le point de départ de toute l'arborescence./bin binariesBinaires (exécutables) des commandes essentielles./boot bootstrapFichiers statiques pour le programme d'amorçage./dev deviceFichiers des pilotes de périphériques./etc editing text config Fichiers de configuration spécifiques à la machine./home home directory Répertoires personnels des utilisateurs /lib librairies Bibliothèques partagées et modules noyaux essentiels. /mediamediaPoints de montage pour les supports amovibles./mntmountPoint de montage pour les montages temporaires. /optoptionalRépertoire pour d'autres logiciels. /procprocessesRépertoire virtuel pour les informations système. /rootrootRépertoire personnel de l'utilisateur root. /runruntime system Données variables d'exécution. /sbinsuper binariesExécutables système essentiels./srvservicesDonnées pour les services fournis par le système./tmptemporary Fichiers temporaires/usrUnix system resources Hiérarchie secondaire: programmes des utilisateurs (/usr/bin), les bibliothèques (/usr/lib), la documentation (/usr/share/doc), etc./varvariableDonnées variables comme les fichiers de journalisation, les messages électroniques, les sites web, les bases de données, etc.Description de la hiérarchie du système de fichiers
$user man hier Gestion des fichiers et dossiers

Chemin absolu: chemin complet à partir de la racine /
/home/utilisateur/dossier/fichier.txt

Chemin relatif: chemin à partir du répertoire courant, ici /home/utilisateur
dossier/fichier.txt

Chemin par rapport au répertoire personnel: chemin à partir du répertoire personnel ~
~/dossier/fichier.txt

Pour les chemins contenant des espaces ou autres caractères spéciaux, il faut utiliser les caractères d’échappement \\ (on peut utiliser la complétion automatique) ou entourer le chemin par des guillemets " ou apostrophes ' .

.Répertoire courant..Répertoire parent~Répertoire utilisateur-Répertoire précédentAfficher le contenu du répertoire
$user ls -lh Changer le répertoire courant
$user cd Afficher le nom du répertoire courant
$user pwd Créer un répertoire
$user mkdir mkdir -p # créer des répertoires parent (répertoires intermédiaires) si nécessaire Supprimer un répertoire vide
$user rmdir Copier un fichier
$user cp Déplacer ou renommer un fichier/dossier
$user mv Supprimer un fichier
$user rm Créer un fichier vide
$user touch Créer un lien symbolique vers un fichier
$user ln -s Afficher le contenu d'un fichier
$user cat less Éditer un fichier texte
$user nano nano -B # Faire une copie de sauvegarde du fichier Identifier le type d’un fichier
$user file Afficher l’espace occupé par le système
$user df -h Afficher la taille d’un dossier
$user du -hs Gestion des processus Afficher les processus en temps réel
$user top Afficher tous les processus du système
$user ps aux Terminer un processus par son PID
$user kill Terminer un processus par son nom
$user killall Terminer un processus graphique
$user xkill Afficher l’utilisation de mémoire
$user free -h Gestion des utilisateurs Afficher le nom de l’utilisateur
$user whoami Changer le mot de passe de l’utilisateur
#root passwd Lancer une commande avec root Lancer une commande avec les droits root
$user su -c "" Se connecter en tant que root
$user su Gestion des droits et permissions Modifier les permissions d’un fichier
#root chmod [u g o a] [+ - =] [r w x] chmod o+r ~/fichier.txt # exemple: ajouter les droits en lecture pour les autres utilisateurs sur le fichier ~/fichier.txt UtilisateurOpérateursPersmissionsu propriétaire+ ajouter des droitsr lectureg groupe- supprimer des droitsw écritureo les autres= définir des droitsx exécutiona tous

Le droit d’exécution sur un dossier permet de le traverser et de lire son contenu.

Changer le propriétaire d’un fichier
#root chown [utilisateur] Changer le groupe propriétaire d'un fichier
#root chgrp [groupe] Gestion du matériel Afficher les informations sur les disques
$user lsblk --fs Lister les périphériques USB
$user lsusb Lister les périphériques PCI
$user lspci Afficher les informations sur le processeur
$user lscpu Afficher les informations sur le noyau
$user uname -sr Afficher les informations sur la distribution
$user lsb_release -d Afficher le bureau utilisé
$user echo "$XDG_CURRENT_DESKTOP" Gestion de l'alimentation Arrêter le système
$user systemctl poweroff Redémarrer le système
$user systemctl reboot Mettre en veille le système
$user systemctl suspend Complétion automatique

Il est recommandé d'utiliser la complétion automatique pour écrire les commandes ou les chemins pour éviter de très nombreuses erreurs de saisies. Il suffit de commencer la saisie du nom de la commande ou du chemin puis de compléter automatiquement en utilisant la touche Tab. Si plusieurs choix sont disponibles, il suffit d'appuyer deux fois sur Tab pour d'afficher la liste complète.

Votre navigateur ne supporte pas la balise vidéo ! Mettez-vous à jour ! Obtenir de l’aide

Lire l'aide en ligne concernant chaque commande et de nombreux fichiers de configuration:


$user man

Aide concise pour la plupart des commandes:


$user --help

Rechercher les pages d'aide concernant un terme recherché:


$user apropos Documentation

Site d’entraide Debian-Facile:

Documentation officielle:

Antisèche

Télécharger le fichier guide-survie-stretch.pdf
Télécharger le fichier source guide-survie-stretch.odt

nIQnutn CC-BY

Gravatar de nIQnutn
Original post of nIQnutn.Votez pour ce billet sur Planet Libre.

nIQnutn : Guide de survie Stretch

Un résumé des principales commandes à connaître pour les utilisateurs Debian. L'antisèche est disponible au format .pdf pour l'impression et au format .odt pour modification.

Vous retrouverez le détail des commandes ci-dessous. N'hésitez pas à compléter avec d'autres commandes.

Sommaire
  1. Gestion des paquets
  2. Arborescence du système
  3. Gestion des fichiers et dossiers
  4. Gestion des processus
  5. Gestion des utilisateurs
  6. Lancer une commande avec root
  7. Gestion des droits et permissions
  8. Gestion du matériel
  9. Gestion de l'alimentation
  10. Complétion automatique
  11. Documentation
  12. Antisèche

Description du terminal:

utilisateur@machine:~/Documents$utilisateur nom de l’utilisateur connectémachine nom de la machine ~/Documents répertoire en cours d’utilisation$ utilisateur normal# utilisateur rootGestion des paquets Mettre à jour la liste des paquets

La commande update permet simplement d'actualiser la liste des paquets disponibles pour votre système.


#root apt update

Cette commande ne modifie pas le système, elle se contente de demander s'il existe de nouveaux paquets ou des nouvelles versions disponibles pour votre distribution.

L'utilisation de apt update est généralement le préalable avant toute opération effectuée avec APT.

Installer les mises à jour

Il est nécessaire de garder son système à jour et d'installer les dernières versions des paquets disponibles. Cela permet de corriger les bugs existants et d'installer les correctifs de sécurité.


#root apt upgrade

De nouveaux paquets peuvent être installés si c'est nécessaire, mais les paquets installés ne seront jamais supprimés.
Cette commande est "sans risque".

Mettre à jour le système

La commande full-upgrade remplit sensiblement la même fonction que upgrade à la différence qu'elle peut aussi supprimer des paquets installés si cela est nécessaire pour résoudre un conflit entre des paquets. On utilise généralement cette commande lors du basculement d'une version majeure de Debian à la suivante (Jessie > Stretch).


#root apt full-upgrade

Prenez le temps de lire les modifications qui seront effectuées sur votre système avant de valider l’exécution de la commande.

Installer un paquet

L'ajout d'un/plusieurs paquet(s) se fait avec la commande install qui gérera automatiquement l'installation de toutes les dépendances nécessaires au fonctionnement du logiciel.


#root apt install

correspondant au nom exact du logiciel que l'on veut installer. Par exemple, pour installer le jeu SuperTux, la commande sera: apt install supertux.
Pour trouver le nom exact du paquet, il est possible d'utiliser la commande search ou depuis la page https://www.debian.org/distrib/packages#search_packages qui recense tous les paquets.

Supprimer un paquet

Il arrive que certains paquets ne vous soient plus utiles, dans ce cas il est préférable de les désinstaller. La commande remove permet de supprimer un paquet présent sur votre système.


#root apt remove

La commande supprimera également les dépendances qui ne sont plus nécessaires. Encore une fois, vérifiez la liste des paquets qui seront supprimés avant de valider les opérations.

Éditer le fichier sources.list

Il est parfois nécessaire d'éditer les sources de son système en modifiant le fichier /etc/apt/sources.list. Généralement pour l'ajout des sections non libres et des dépôts tiers.
La commande edit-sources permet de bénéficier de la coloration syntaxique et fournit des vérifications de sécurité de base.


#root apt edit-sources

Il est nécessaire de lancer la commande update pour que les modifications soient prises en compte.

Arborescence du système /boot Amorce du système /etcFichiers de configuration du système/home Répertoires personnels des utilisateurs /mediaMontage automatique des périphériques/mntMontage manuel des périphériques /tmpRépertoire des fichiers temporaires/var/logFichiers de journalisationDescription de la hiérarchie du système de fichiers
$user man hier Gestion des fichiers et dossiers

Chemin absolu: chemin complet à partir de la racine /
/home/utilisateur/dossier/fichier.txt

Chemin relatif: chemin à partir du répertoire courant, ici /home/utilisateur
dossier/fichier.txt

Chemin par rapport au répertoire personnel: chemin à partir du répertoire personnel ~
~/dossier/fichier.txt

Pour les chemins contenant des espaces ou autres caractères spéciaux, il faut utiliser les caractères d’échappement \\ (on peut utiliser la complétion automatique) ou entourer le chemin par des guillemets " ou apostrophes ' .

.Répertoire courant..Répertoire parent~Répertoire utilisateur-Répertoire précédentAfficher le contenu du répertoire
$user ls -lh Changer le répertoire courant
$user cd Afficher le nom du répertoire courant
$user pwd Créer un répertoire
$user mkdir Supprimer un répertoire vide
$user rmdir Copier un fichier
$user cp Déplacer ou renommer un fichier/dossier
$user mv Supprimer un fichier
$user rm Créer un fichier vide
$user touch Créer un lien symbolique vers un fichier
$user ln -s Afficher le contenu d'un fichier
$user cat less Éditer un fichier texte
$user nano Identifier le type d’un fichier
$user file Afficher l’espace occupé par le système
$user df -h Afficher la taille d’un dossier
$user du -hs Gestion des processus Afficher les processus en temps réel
$user top Afficher tous les processus du système
$user ps aux Terminer un processus par son PID
$user kill Terminer un processus par son nom
$user killall Terminer un processus graphique
$user xkill Afficher l’utilisation de mémoire
$user free -h Gestion des utilisateurs Afficher le nom de l’utilisateur
$user whoami Changer le mot de passe de l’utilisateur
#root passwd Lancer une commande avec root Lancer une commande avec les droits root
$user su -c "" Se connecter en tant que root
$user su Gestion des droits et permissions Modifier les permissions d’un fichier
#root chmod [u g o a] [+ - =] [r w x] chmod o+r ~/fichier.txt # exemple: ajouter les droits en lecture pour les autres utilisateurs sur le fichier ~/fichier.txt UtilisateurOpérateursPersmissionsu propriétaire+ ajouter des droitsr lectureg groupe- supprimer des droitsw écritureo les autres= définir des droitsx exécutiona tous

Le droit d’exécution sur un dossier permet de le traverser et de lire son contenu.

Changer le propriétaire d’un fichier
#root chown [utilisateur] Changer le groupe propriétaire d'un fichier
#root chgrp [groupe] Gestion du matériel Afficher les informations sur les disques
$user lsblk --fs Lister les périphériques USB
$user lsusb Lister les périphériques PCI
$user lspci Afficher les informations sur le processeur
$user lscpu Afficher les informations sur le noyau
$user uname -sr Afficher les informations sur la distribution
$user lsb_release -d Afficher le bureau utilisé
$user echo "$XDG_CURRENT_DESKTOP" Gestion de l'alimentation Arrêter le système
$user systemctl poweroff Redémarrer le système
$user systemctl reboot Mettre en veille le système
$user systemctl suspend Complétion automatique

Il est recommandé d'utiliser la complétion automatique pour écrire les commandes ou les chemins pour éviter de très nombreuses erreurs de saisies. Il suffit de commencer la saisie du nom de la commande ou du chemin puis de compléter automatiquement en utilisant la touche Tab. Si plusieurs choix sont disponibles, il suffit d'appuyer deux fois sur Tab pour d'afficher la liste complète.

Votre navigateur ne supporte pas la balise vidéo ! Mettez-vous à jour ! Obtenir de l’aide

Lire l'aide en ligne concernant chaque commande et de nombreux fichiers de configuration:


$user man

Aide concise pour la plupart des commandes:


$user --help

Rechercher les pages d'aide concernant un terme recherché:


$user apropos Documentation

Site d’entraide Debian-Facile:

Documentation officielle:

Antisèche

Télécharger le fichier guide-survie-stretch.pdf
Télécharger le fichier source guide-survie-stretch.odt

nIQnutn CC-BY

Gravatar de nIQnutn
Original post of nIQnutn.Votez pour ce billet sur Planet Libre.

Thuban : Bilan libre de l'été 2017 (n°9)

Voici la fin de l'été, et je dois reprendre les bonnes habitudes. En effet, je n'ai pas tenu mon engagement d'écrire un petit bilan sur ce que j'ai pu effectuer dans le libre au mois de juillet, le dernier portant sur le mois de juin. C'est donc parti pour un bilan de l'été 2017.

Au mois de juillet, je n'ai rien fait :P
Toutefois, le CHATONS mis en place avec les 3hg a été officiellement adopté. Il se porte très bien :)
Ça m'a donné le temps de réfléchir un peu à ce que je voulais voir bouger dans le libre. Et pour que ça bouge, il faut se bouger :P .

L'appel du clavier a été plus fort au mois d'août :

C'est bientôt la rentrée, il va falloir revoir l'organisation, car j'ai d'autres projets en tête pour les semaines à venir (notamment préparer des cours ^^ ) :

  • dontpanic et torstream ont besoin d'être mis à jour pour prendre en charge le streaming de torrents avec les nouveaux moteurs de recherche;
  • J'ai envie de me consacrer davantage à Blogotext pour avancer. Les dernières fonctionnalités sont alléchantes, et j'aimerais donner un coup de main à mon petit niveau.
  • Il est temps de publier une iso d'OpenBSD personnalisée et facile à prendre en main avec une isotop qui ne soit pas "beta".
  • Je veux continuer mon travail de "vulgarisation" sur l'auto-hébergement et OpenBSD, j'ai quelques projets de documentation avec un nouveau format.
  • Je dois prendre du temps pour participer aux traductions sur le wiki obsd4a.

Et vous, quels sont vos projets en cours et à venir ??? Tout le monde peut contribuer au libre, il y a toujours à faire (traductions, tri, tests, rapports de bugs...). À vous de jouer ;)

Bon courage pour la rentrée !

alt

Gravatar de Thuban
Original post of Thuban.Votez pour ce billet sur Planet Libre.

Articles similaires

Jean-Baptiste Holcroft : Traduisons F-Droid en français

Depuis quelques semaines, j’ai constaté que F-Droid avant plusieurs sous-projets supplémentaires sur son projet Weblate. Comme c’est un exemple à suivre, j’ai préféré écrire cet article que de traduire !

Voici l’état des lieux actuel du projet F-Droid sur Weblate :

Gravatar de Jean-Baptiste Holcroft
Original post of Jean-Baptiste Holcroft.Votez pour ce billet sur Planet Libre.

Renault : Résultats des élections de Fedora 08/17

Comme je vous le rapportais il y a peu, Fedora a organisé des élections pour renouveler partiellement le collège de ses organes.

Le scrutin est comme toujours un vote par valeurs. Nous pouvons attribuer à chaque candidat un certain nombre de points, dont la valeur maximale est celui du nombre de candidat, et le minimum 0. Cela permet de montrer l'approbation à un candidat et la désapprobation d'un autre sans ambiguïté. Rien n'empêchant de voter pour deux candidats avec la même valeur.

Les résultats pour le Conseil sont (seul le premier est élu) :

# votes | noms - --------+---------------------- 505 | Justin W. Flory (jwf / jflory7) - --------+---------------------- 492 | Dennis Gilmore (dgilmore / ausil) 433 | Till Maas (tyll / till) 354 | Langdon White (langdon) 320 | Nick Bebout (nb)

À titre indicatif le score maximal possible était de 5 * 178 (pour 178 votants) soit 890.

Les résultats pour le FESCo sont (seuls les quatre premiers sont élus) :

# votes | noms - --------+---------------------- 458 | Dennis Gilmore (dgilmore / ausil) 438 | Till Maas (tyll / till) 431 | Stephen Gallagher (sgallagh/sgallagh) 330 | Randy Barlow (bowlofeggs/bowlofeggs) - --------+---------------------- 296 | Dominik Mierzejewski (Rathann/rathann)

À titre indicatif le score maximal possible était de 5 * 150 (pour 150 votants) soit 150.

Les résultats pour le FAmSCo sont donc (seuls les trois premiers sont élus) :

# votes | noms - --------+---------------------- 613 | Nick Bebout (nb/nb) 551 | Itamar Reis Peixoto (itamarjp/itamarjp) 541 | Sumantro Mukherjee (sumantro / sumantrom) - --------+---------------------- 523 | Alex Oviedo Solis (alexove/alexove) 490 | Eduardo Echeverria (echevemaster/echevemaster) 469 | Daniel Lara (danniel/Danniel) 467 | Eduard Lucena (x3mboy) 449 | Ben Williams (Southern_Gentlem/jbwillia) 445 | Sirko Kemter (gnokii/gnokii) 443 | Andrew Ward (award3535)

À titre d'indication, la valeur maximale possible est de 10 * 148 (car il y a eu 148 votants) soit 1480.

Nous pouvons noter que globalement le nombre de votants pour chaque scrutin était proche aux alentours de 175-150 votants.. Les scores sont aussi plutôt éparpillés, avec souvent quelques membres assez largement en tête de chaque scrutin.

Bravo aux participants et aux élus, que le projet Fedora avance. :-)

Gravatar de Renault
Original post of Renault.Votez pour ce billet sur Planet Libre.

Articles similaires

Thuban : Mon mail en @ouaf.xyz

Depuis que les 3hg sont un des CHATONS qui proposent notamment l'hébergement de mails, j'avais en tête la possibilité d'avoir des addresses un peu moins "sérieuses". Vous pouvez obtenir votre mail en @ouaf.xyz via le formulaire d'inscription habituel.

Je me suis juste amusé à faire une page d'accueil : http://ouaf.xyz/.

Gravatar de Thuban
Original post of Thuban.Votez pour ce billet sur Planet Libre.

Articles similaires

Journal du hacker : Liens intéressants Journal du hacker semaine #33

Pour la 33ème semaine de 2017, voici 10 liens intéressants que vous avez peut-être ratés, relayés par le Journal du hacker, votre source d’informations pour le Logiciel Libre francophone !

Pour ne plus rater aucun article de la communauté francophone, voici :

De plus le site web du Journal du hacker est « adaptatif (responsive) ». N’hésitez pas à le consulter depuis votre smartphone ou votre tablette !

Le Journal du hacker fonctionne de manière collaborative, grâce à la participation de ses membres. Rejoignez-nous pour proposer vos contenus à partager avec la communauté du Logiciel Libre francophone et faire connaître vos projets !

Et vous ? Qu’avez-vous pensé de ces articles ? N’hésitez pas à réagir directement dans les commentaires de l’article sur le Journal du hacker ou bien dans les commentaires de ce billet :)

Gravatar de Journal du hacker
Original post of Journal du hacker.Votez pour ce billet sur Planet Libre.

Articles similaires

Max Koder : Pourquoi mon blog ne sera jamais connu

pourquoi mon blog ne sera jamais connu

Aujourd’hui, je raconte ma vie. Vous n’apprendrez rien ici, vous pouvez retourner à vos hobbies.
Je rédige mon ressenti sur mes écrits, comment je les vois, comment je vous vois.
Rien d’extraordinaire ici : Pourquoi mon blog ne sera jamais connu.

Ce blog est jeune. Bien plus jeune que mon désir de partage.
En effet, je pense que j’ai commencé à partager ma passion alors que je n’y connaissais moi-même pas grand chose, il y a de ça 15 ans environ. À l’époque j’essayais de convertir mes camarades du lycée aux joies de la programmation, de leur faire connaître la satisfaction de dompter sa calculatrice pour qu’elle résolve les équations à notre place. Plus tard, je comprenais malgré moi que mes amis n’avaient pas ce truc que j’avais, cette envie de savoir comment ça marche, ce besoin de créer quelque chose de moi-même et de le partager.

Il y a 15 ans, c’était déjà la même mentalité, que je ressens de mon entourage aujourd’hui : Pourquoi passer son temps sur l’ordinateur à écrire pour des geeks que je ne verrais jamais ? Pourquoi leur expliquer quelque chose qu’ils peuvent trouver ailleurs ? Pourquoi avoir le nez dans le code si ça ne me rapporte pas un rond ?
Je n’avais pas de blog bien sûr, Dieu m’en préserve. Imaginez si j’avais eu un skyblog
Quoi que ces blogs étaient sûrement plus visités que celui où vous vous trouvez.

Je dérive déjà, et ça me donne l’occasion de parler du sujet de ce blog.

Un thème précis

Il n’y a pas réellement de thème défini. J’écris ce que j’ai envie sur le moment, sur plusieurs jours en général. J’en reparlerai plus tard, mais l’écriture d’un article ne se faisant pas dans l’immédiat, il arrive que je touche au bout d’un post, mais que je ne le publie pas. Ça reste alors pour moi, un mémo. C’est le cas par exemple avec un billet que j’ai terminé sur les types d’input en HTML5. Mais je suis tombé sur l’excellent article de Xenos, qui propose exactement ce que mon post comporte. Alors il reste là, inutile de publier un duplicata.

Encore un coup je suis parti, retenez-moi quand c’est comme ça… Je parlais donc du thème du blog. Même si je ne m’impose aucun sujet, il faut avouer que ça tourne quand même pas mal autour de la programmation web, et de l’auto-hébergement en ce moment. Je m’autorise un test de temps en temps sur des projets méconnus ou une critique ouverte, mais ça reste dans la même thématique.
Ces sujets ne sont pas vendeurs. En écrivant, je sais pertinemment que je cible un public restreint : Les développeurs web. De plus, j’aborde généralement un point précis. Par exemple, combien ont déjà fait des recherches ou eu besoin des Values Objects ? Ou alors, cherché à utiliser Ice SSB sous Firefox Nightly ? Faut-il déjà utiliser Ice SSB, qui est un soft initialement exclusif à la distribution Peppermint, et utiliser la version Nightly de Firefox. En terme de public, faut être réaliste, c’est pas ça qui fait vendre.

En même temps, je ne vends rien justement. Tout est gratuit, pas de pub, et je n’ai pas de compte sur une quelconque monnaie virtuelle. Je ne dis pas que j’en aurai jamais, mais je n’en ai pas. Si un jour j’écris un outil utilisé, et que je doive me concentrer dessus régulièrement, alors j’y penserai. Parce que j’aurai une obligation de résultat, de ne pas laisser tomber ces potentiels utilisateurs. Mais aujourd’hui, si jamais je ferme mon blog sur un coup de tête (Cyrille, si tu nous regardes), vous ne vous sentiriez pas biaisés. Parce que je ne vous dois rien. Alors qu’avec un petit bouton ‘Liberapay’, ça change la donne.
Mais ni l’un ni l’autre n’est prévu

Alors, faut-il que je change de sujet ? Qu’ai-je à gagner à augmenter mon nombre de visiteurs ? Je pourrais sortir une liste des 30 thèmes WordPress les plus jolis, que j’aurai au préalable piqué ailleurs. En 1 heure c’est bouclé, avec un fort taux de trafic. Mais dans quel but ? Vais-je toucher un public qui va me suivre dans la durée ? Sûrement pas. Vont-ils prendre le temps de poster un commentaire pertinent ? Pertinent sur quoi, l’article est vide de sens…

Remarquez que j’ai écrit ‘Liberapay’ et pas ‘Patreon’ ou ‘Paypal’. Sans m’en rendre compte, j’adopte un discours en fonction du public qui me lit. C’est d’ailleurs un bon saut de cabri pour lancer la suite : Pour qui j’écris ?

J’écris pour les libristes

Malgré moi. Vous pouvez faire le tour des articles, aucun n’est une ode aux GAFAM, ni aux services qu’utilise monsieur tout le monde. Au contraire.
Ça commence par moi bien sûr. Je suis sous Linux, alors je m’ôte une grande partie du public, car je ne peux pas expliquer comment supprimer un éventuel Cortana, ou utiliser le dernier IDE à la mode dont tout le monde parle. Et quand bien même, j’en ai pas envie, alors ça tombe plutôt bien ^^
Coté social, je n’échappe pas à la masse légère : J’ai un compte Twitter depuis 2015, date d’ouverture de ce blog. J’ai posté exactement 56 tweets. Ça correspond au nombre des mes articles, dont certains ont disparus de la surface d’internet, et quelques trucs sans intérêt. Un compte Facebook non alimenté si ce n’est ma femme qui est heureuse de me mettre en avatar une photo de mariage. Je suis un peu plus présent sur Mastodon, mais je n’ai rien à dire, ou pas grand chose qui rentre dans les 500 caractères imposés. Alors je poste mes articles, pose une question technique, et retourne dans ma tanière.
Ce qui est drôle, c’est que c’est l’exact opposé de ce que je suis dans la vie. J’ai besoin et cherche le contact des gens. Au boulot, dans la rue, à la caisse du supermarché, partout, il faut que je parle, que j’échange. Mais sur internet je me tais, je fais profil bas. Il y a quelques exceptions bien sûr : Des commentaires sur des blogs que j’apprécie, des mails échangés, quelques posts techniques sur des forums, ce blog bien sûr, mais pas plus. C’est déjà pas mal en fait.

Donc si je ne tweete pas ce que je mange, ou la dernière fourmi croisée dans la rue, ou poste une photo de ma dernière soirée, comment toucher quelqu’un par ces réseaux ? À ne rien poster, on reste seul dans son coin. Peu de personnes me suivent, il s’agit pour la plupart de libristes qui connaissent déjà l’existence de mes articles, seule raison de mon inscription à Twitter.

Un ami me disait régulièrement cette phrase :

On a que ce qu’on mérite.

C’était pas le plus grand des écrivains, je vous l’accorde. Mais j’ai toujours trouvé ça vrai. Et ce blog ne fait pas exception. Je me suis malgré moi enfermé dans un cercle de libristes, que j’apprécie pour sûr, mais ce n’était pas l’objectif de ce blog.

À l’ouverture de celui-ci, j’avais l’idée utopique de réussir à vulgariser des notions que je considérais complexes, afin de les rendre accessibles à tout le monde. Suis-je sur la bonne voie ?
Je pense en toute objectivité que les articles présents sont accessibles, car je prends le temps d’y aller tranquillement. Je relisais cet article de Cascador sur les mots justement, et je pense être à l’opposé du fameux Christophe Gallaire : Ici tout est simple, direct. Je sais que tout n’est pas parfait, qu’il peut arriver que l’on ne me comprenne pas – ça s’est vu dans les commentaires d’ailleurs – mais je fais mon possible, et surtout je ne me la pète pas (enfin pas trop ).
En revanche, il faut bien avouer que le public n’est pas au rendez-vous : Si Firefox représente 14% d’utilisation sur tous les navigateurs confondus sur les 12 derniers mois en France, vous êtes plus de 60% à consulter ce blog avec. Je m’adresse à des personnes averties, qui ont du goût

Vous êtes encore là ? Chapeau, il faut du courage pour lire autant.

Des articles longs

Vous l’aviez vu venir la transition ? Quel talent.
Mes articles sont rares, mais longs. Oui, j’écris peu, mais j’écris beaucoup. Le nombre d’articles est franchement bas par ici, mais chaque billet est le fruit de plusieurs heures, plusieurs jours sur le clavier. Si certains se contentent de poser 5 lignes sur la dernière version de Debian, je passe rarement sous la barre des 2000 mots. Ce n’est pas un signe de qualité bien sûr, mais c’est au moins représentatif du temps que me prend chaque article.

À cela, ajoutez les heures de recherche. Si je fais le choix d’écrire, c’est bien évidemment pour ne pas dire de conneries. J’en dis sûrement, mais je me soigne : Chaque information technique est vérifiée.
Malheureusement, il n’est pas rare de trouver des sites qui se contredisent. Alors les recherches s’éternisent, parfois sur un détail merdique.
Petit aparté d’ailleurs : Je trouve gonflant de tomber sur des articles ou des forums qui ont presque 15 ans : Rien n’est plus valable. Messieurs, un petit délestage s’impose, parce que tomber sur des solutions qui ne fonctionnent plus depuis 10 ans, ou des tutos où l’on explique comment créer un site avec les fonctions mysql_* , c’est lourdingue.

Encore une fois, il est relativement aisé de créer une liste des 10 choses que fait mieux l’un que l’autre, ou sortir les 10 plugins indispensables pour votre blog. Mais ce n’est pas pour moi. Je laisse ça à ceux qui veulent du trafic. Non, moi je veux qu’on me suive. Peu importe que vous soyez 10 ou 100 ou 1000. Comme IRL, j’ai besoin de partager, et le faire avec ce type d’articles n’aurait aucun sens. Là vous êtes chez moi, je vous raconte ma vie, mes déboires, mon aventure. Mais tout ça, c’est long. Bienvenue chez moi.

Chez moi, c’est loin

C’est le cas de le dire, vous êtes chez moi. Je l’avais déjà dit, mais ce blog est hébergé chez moi, sur une machine peu puissante, reliée à une connexion internet des plus instables. Si ça me fait plaisir à moi, il n’en est pas de même pour Google. Non, lui voit uniquement le fait que le temps de réponse de mon site a pris plus d’une seconde dans la vue. Niveau référencement, ce graphique parle de lui-même :

Ce graphique représente le nombre de fois où les gens atterrissent sur mon site depuis une recherche Google. Le 2 août 2017 correspond à la bascule du blog depuis un mutualisé vers mon serveur Yunohost. S’en suit une interminable chute pour atteindre pratiquement zéro…
Depuis que je suis auto-hébergé, Google m’a presque blacklisté.
Pour info, je suis sur du 15Mo descendant, et Free bloque l’upload à 1Mo sur les ADSL, soit 115Ko/s en réel. Avec une atténuation à 30dB, c’est pas la joie…

Le temps d’affichage. Je suis sûr que pour ceux qui me suivent régulièrement, vous avez dû sentir la différence. Je la ressens moi-même. J’ai alors misé à fond sur le cache (merci Vincent !), et ça fonctionne plutôt pas mal. Mais pas assez pour les moteurs de recherche, qui pénalise mon serveur à cause de cela, le temps.

C’est là que je vois que quelques secondes, c’est important.

Le temps

Entre ma vie professionnelle bien remplie et ma vie personnelle qui n’est pas en reste, il me reste peu de temps pour l’informatique. Chaque billet est une succession de petits moments où je me détache de ma famille pour rentrer dans mon monde.
En ce moment même, je profite d’une pause clope pour rédiger ces lignes. Lorsqu’elle sera éteinte, je redeviendrai « Papa », avec tout ce que cela implique. Ma femme me laisse assouvir ma passion tant que ça n’empiète pas sur les gosses, la maison, notre couple, et son temps libre à elle. Elle doit se dire que ça me fait plaisir de faire ça, avec un arrière goût d’inutilité. Comme on laisse les gosses faire semblant de tondre la pelouse, de repasser le linge.
J’en ai jamais réellement discuté, je ne sais pas ce qu’elle pense réellement de tout ça. Peut-être fait-elle semblant de me croire dans mon délire, en sachant pertinemment que tout ça ne sert à rien, que c’est un combat perdu d’avance. En tous cas, elle se plie sans broncher à mes caprices, tant que ça n’interfère pas sur sa productivité à elle. Aussi elle utilise le nextcloud de la maison, mais pas question de se séparer de son windows, qu’elle utilise au moins pour son boulot. Elle ne ricane pas quand je galère à simplement avoir du son, que VLC me parasite les vidéos du NAS, alors que VLC sous windows ça tourne impeccablement bien, mais sait me faire remarquer quand mes choix de libriste font chier, ou quand les gosses hurlent et que je suis sur devant l’écran. Bref, elle fait des concessions.

Et il faut savoir en faire pour vivre avec un passionné. Tout ça me prend énormément de temps, temps que je pourrais passer avec mes gosses, avec elle. Il m’arrive déjà de m’absenter souvent, faut-il que je m’éclipse encore quand je pourrais être là. Faut-il être con. Mais c’est ma passion, alors elle comprend, ou au moins elle fait semblant.

Je disais plus haut que chaque seconde est importante. Imaginez à présent le nombre d’heures que je passe sur un PC. Et pour quoi au final ?
Personnellement, j’ai au moins la fierté de me dire que je ne gâche pas ce temps en faisant la guerre à un autre individu, un homme qui peut-être vit la même situation que moi. J’essaye de n’offenser personne, mais ça c’est relatif, nous avons tous une sensibilité différente. J’essaye au contraire d’avancer, ou de faire avancer, à ma manière : Se développer moi-même (oui, c’est le slogan génial de ce blog ).

Alors, est-ce que ça vaut le coup ? Pour sûr. J’ai foi en ce que je fais, sans quoi je n’aurai pas le courage de le faire. Écrire est un réel plaisir, même si ce n’est pas naturel. Certains sont nés pour communiquer, d’autres pour vendre. Je crois que je suis doué pour faire, alors que j’adore communiquer, échanger. C’est pour ça que ce blog existe.

Voilà tout, je pense avoir fait le tour de mes idées, dans un grand fourre-tout. J’aurai pu appeler ce billet de bien des façons, tellement le contenu part dans tous les sens. C’est un peu les coulisses en fait, et pourquoi mon blog ne sera jamais connu.

L’article Pourquoi mon blog ne sera jamais connu est apparu en premier sur Max-Koder.

Gravatar de Max Koder
Original post of Max Koder.Votez pour ce billet sur Planet Libre.

Thuban : obsd4a est un miroir OpenBSD

Le portail obsd4a vous propose désormais un miroir aux dépôts d'OpenBSD mis à jour quotidiennement.

Pour l'utiliser, il vous suffit d'ajouter dans le fichier /etc/installurl :

http://mirror.obsd4a.net/pub/OpenBSD

 

Enjoy !

Gravatar de Thuban
Original post of Thuban.Votez pour ce billet sur Planet Libre.

Thuban : Noizy - un RSS vers rézosocio

Il y a une fonctionnalité de blogotext que j'aimerais utiliser davantage : les marque pages. C'est exactement le même principe que shaarli, c'est juste intégré à blogotext et me paraît très adapté pour de la prise de note rapide, le partage d'une idée simple qui ne mérite pas un billet complet.

À côté de ça, je vois plusieurs personnes relayer manuellement ou automatiquement leurs articles vvers diaspora ou mastodon. C'est notamment le cas du journalduhacker. J'ai demandé à Carl Chenet comment il automatisait le tout, c'est avec deux outils en python séparés dont feed2toot. J'aime bien python, mais ça me semblait peu pratique pour deux raisons :

  • Relayer un flux RSS devrait pouvoir se faire même si je n'ai pas de serveur dédié. Je pense à tous ceux qui ont un hébergement mutualisé. Python, c'est pas possible dans ce cas.
  • Si j'enregistre des messages au boulot, dans les transports, il faudrait attendre d'être rentré à la maison pour que mes nouveaux flux RSS soient publiés par mon ordinateur. Une page hébergée sur mon serveur que je visiterai le ferai à ma place. Ça marche de n'importe où.

Me voilà donc parti à l'aventure pour coder un truc en PHP qui fonctionnerait. J'en suis arrivé à ça : Noizy.
Pour l'instant, ça fait son boulot. Il y a une interface de configuration très minimaliste, et il supporte uniquement mastodon :

Cependant, j'ai besoin de vous :

  • Je ne sais pas écrire du PHP, je n'ai jamais appris. Ce code est le fruit de recherches et d'essais successif. Il doit rester des erreurs, des failles peut-être.
  • Le plus intéressant serait d'ajouter d'autres réseaux sociaux, comme diaspora par exemple. Je n'ai pas été en mesure de trouver une API pour ce dernier ou un moyen quelconque. Pourtant, cela existe en python (diaspy), ça ne devrait pas être trop difficile à traduire pour un habitué du PHP.

Le code est , je vous le laisse en espérant le voir modifié et torturé dans tous les sens :) .

À vous ;)

Gravatar de Thuban
Original post of Thuban.Votez pour ce billet sur Planet Libre.

Carl Chenet : Debian a 24 ans !

Le projet Debian a atteint le vénérable âge (pour un projet logiciel) de 24 ans, comme annoncé hier sur le blog officiel de Debian. La distribution GNU/Linux est l’une des plus anciennes disponibles et représente le socle sur lequel repose la majorité des distributions GNU/Linux aujourd’hui disponibles.

Cette année a vu la publication de Debian Stretch, nouvelle version stable du projet, ainsi que l’élection au poste de Debian Project Leader de Chris Lamb par la communauté des développeurs Debian.

 

On souhaite encore de très nombreuses années d’activité au projet Debian !

Gravatar de Carl Chenet
Original post of Carl Chenet.Votez pour ce billet sur Planet Libre.

Articles similaires

Pages