Planet Libre

genma : Chatonkademy - Billet N°3 - FreshRSS, Yunohost et plusieurs utilisateurs

Série de billets sur le projet Chatonkademy

Dans ce billet je voudrais parler du cas de FreshRSS sur Yunohost avec plusieurs utilisateurs. Pour rappel, FreshRSS est une application de type agrégateur RSS, fort pratique (on peut se connecter dessus via son API pour avoir une application mobile avec EasyRSS (voir Yunohost, FreshRSS et EasyRSS pour Android).

A la suite de la création et de l'installation de l'instance Yunohost, j'ai créer un utilisateur pour moi (Genma), qui est l'utilisateur par défaur puis installer différentes applications dont FreshRSS. J'ai ensuite fait la création des utilisateurs en masse (une quarantaine) sur cette instance.

L'application n'est pas une application publique et partagée, chaque utilisateur a donc l'application disponible pour lui et aura la gestion de son propre contenu.

Le soucis est que les différents utilisateurs au moment du premier usage de FreshRSS (et des fois suivantes), rencontraient différents soucis : pas de possibilité d'importer un fil RSS, pas de possibilité de changement de langue...

La solution est de reprendre le répertoire FreshRSS de l'utilisateur qui était là à l'installation de FreshRSS et de dupliquer ce répertoire nécessaire au bon fonctionnement de FreshRSS.

Cela se fait via

cd /var/www/freshrss/data/users
# On prend comme liste d'utilisateurs ceux qui ont un dossier dans /home (créer automatiquement par Yunohost, à l'exception des dossiers Yuno*
for user in `ls /home -I yuno*` do
# On copie le dossier existant de l'utilisateur qui était initialement présent avant l'installation de FreshRSS
cp -R genma/ $user
# on change les droits car il faut que ce soit www-data le propriétaire du dossier
chown -R www-data: ./$user
done

On remarque donc que les données pour l'application FreshRSS dans Yunohost se trouvent dans le dossier /var/www/freshrss/data/users/
Ces données sont un fichier config.php qui contient des préférences / paramétrage de l'application et un fichier de log, log.txt qui contient des logs spécifiques à l'application (différents des logs liés à nginx qui se trouvent dans /var/log/nginx/).

Les données (fils RSS auxquels on est abonné, catégorie, lu ou non lu...) sont dans la base de données et sont bien sauvegardées par le script de l'application. Seul le paramétrage de l'interface n'est donc pas sauvegardé par défaut. A prendre en compte dans le processus de sauvegarde.

Gravatar de genma
Original post of genma.Votez pour ce billet sur Planet Libre.

Articles similaires

Jehan : GIMP 2.10.0 est sorti!

Salut à tous!

Nous l’annonçons un peu en retard, puisque cela s’est passé le 27 avril, pendant la réunion du Graphisme Libre 2018 (à propos, pouvez-vous repérer l’équipe de ZeMarmot, Aryeom et Jehan, dans la photo d’adieu de la réunion?), mais voilà… après 6 ans de développement effréné, GIMP 2.10.0 est enfin sorti!

C’est une sortie absolument énorme. Jetez un œil aux notes de sorties. La taille de la page, qui défile encore et encore et encore… est à elle seule symptomatique. Et encore, on n’a pas tout mis dans ces notes de version. On a dû mettre certains changements de côté pendant l’écriture pour garder une page lisible.
Et en français, vous pouvez aussi lire cette dépêche sur la sortie de GIMP 2.10.0 (aussi écrite par Jehan, de ZeMarmot) sur LinuxFR!

Pour cette sortie, nous ne ferons pas de compte rendu détaillé sur nos contributions, comme pour les sorties intermédiaires, puisqu’il y a simplement trop, et notre compte-rendu serait aussi gros que les notes de sorties! On va vous épargner. 😛
En deux mots cependant, Jehan est le second plus gros contributeur de GIMP 2.10.0 avec 1126 commits et par conséquent, le projet ZeMarmot est le second plus gros contributeur de GIMP. Cool hein?!

Nous vous souhaitons d’apprécier cette version de GIMP (que vous pouvez télécharger ici) autant que nous avons apprécié la créer pendant 6 ans. Et ce n’est pas fini! À peine rentrés de la réunion du Graphisme Libre, et un peu épuisés (ce qui explique le retard de cette nouvelle d’ailleurs), nous commençons déjà à travailler sur GIMP 3, qui est un port vers GTK+3, en même temps que nous corrigeons un flot de nouveaux bugs (comme toujours après une sortie majeure).
Le futur de GIMP s’annonce ensoleillé!

Un grand merci à tous nos donateurs pour nous aider à créer un logiciel si extraordinaire! Chacune de vos donations a participé au développement du Logiciel Libre. Nous vous aimons!

Équipe ZeMarmot

Rappel: vous pouvez financer notre contribution au Logiciel Libre sur Liberapay, Patreon ou Tipeee (et autre) grâce au projet ZeMarmot.

Gravatar de Jehan
Original post of Jehan.Votez pour ce billet sur Planet Libre.

Articles similaires

OLPC France : Sugarizer v1.0 est disponible

 

Finalement après 5 ans de développement Sugarizer, le portage de la plate-forme pédagogique Sugar sur toutes les plateformes et officiellement disponible en version 1.0.

Au delà d’un simple portage, Sugarizer est le résultat de 10 d’expérience d’OLPC France sur des déploiements à Madagascar et en France et il déjà utilisé en beta dans plusieurs écoles.

Notre ambition est qu’il devienne LA plate-forme pédagogique libre.

A découvrir et à télécharger sur votre plate-forme sur https://sugarizer.org et participez à l’aventure !

Gravatar de OLPC France
Original post of OLPC France.Votez pour ce billet sur Planet Libre.

Articles similaires

Renault : Revue de presse de Fedora 28

Cela fait depuis Fedora 19 que je publie sur la liste de diffusion de Fedora-fr une revue de presse de chaque sortie d'une nouvelle version. Récapituler quels sites en parle et comment. Je le fais toujours deux semaines après la publication (pour que tout le monde ait le temps d'en parler). Maintenant, place à Fedora 28 !

Bien entendu je passe sous silence mon blog et le forum de fedora-fr.

Sites web d'actualité

Soit 7 sites sur les 25 contactés.

Blogs, sites persos ou sites non contactés

Soit 2 sites.

Bilan

Le nombre de sites parlant de Fedora 28 est en légère baisse, deux blogs en moins. Beaucoup d'articles se fondent sur ce que j'ai moi même rédigé (que ce soit la version courte ou longue). Notons que developpez.net m'a contacté pour publier la version longue les prochaines fois, ce que je vais essayer de faire bien entendu.

La semaine de sa sortie, nous avons eu une augmentation de visites par rapport à la semaine d'avant de cet ordre là :

  • Forums : 4% (soit 250 visites environ)
  • Documentation : baisse de 1% (soit environ 40 visites)
  • Le site Fedora-fr : 43% (soit 500 visites en plus)
  • Borsalinux-fr : 344% (soit 90 visites en plus)

À tenir compte de la situation particulière avec une sortie le 1er mai qui est un jour férié globalement dans l'espace francophone, hors Québec.

Si vous avez connaissance d'un autre lien, n'hésitez pas à partager ! Rendez-vous pour Fedora 29.

Gravatar de Renault
Original post of Renault.Votez pour ce billet sur Planet Libre.

Articles similaires

Framablog : Enquête criminelle en Terre sainte avec Ernaut, un nouveau Framabook

Les aventures médiévales et policières d’Ernaut, après un inquiétant huis-clos maritime et une semaine sanglante, se poursuivent aujourd’hui avec un crime au royaume de Jérusalem.

Pour Ernaut, il va falloir trouver vite le coupable pour sauver d’un combat mortel son propre frère qui s’est porté champion pour un homme injustement accusé.
Heureusement une tempête de sable vient retarder l’échéance mais elle ralentit tout autant l’enquête que mène le colossal sergent.

De manse en casal, du forgeron aux prostituées, des lavandières aux pasteurs paysans, cultivateurs, nomades musulmans, éleveurs, croisés installés de la première heure et nouveaux arrivants, soudards, esclaves évadés, Catalans, Bourguignons et Syriens… c’est tout un monde que croise Ernaut, et bien rares sont ceux qui n’avaient pas une bonne raison de tuer la victime.

Un roman sous licence libre offert par Yann Kervran que nous avons interrogé pour vous.

 

Bonjour Yann ! Alors revoici Ernaut dans « La Terre des morts », brrr pourquoi ce titre ?

Chacun pourra s’en faire une idée. Pour l’essentiel, c’est le sentiment d’appartenir à ce que l’on nommait au Moyen Âge un feu et un lieu : nous existons par nos liens à une communauté humaine et à une zone géographique. Dans des communautés agraires, qu’elles soient de cultivateurs ou d’éleveurs, il est difficile d’exister en-dehors de ces structures qui bornent nos possibilités, d’autant que nous héritons à la fois d’éléments bâtis, aménagés et de cadres sociaux et culturels. C’est la thématique principale de ce tome, qui en illustre diverses articulations.

Il y a ensuite un autre sens, plus anecdotique, lié à l’enquête elle-même, que lecteurs et lectrices découvriront ; j’aime bien jouer sur les différents niveaux de compréhension possibles, en restant suffisamment ouvert pour permettre d’y projeter ce qu’on souhaite.

Le nouveau Framabook est arrivé… Tremblez ! (ou plutôt cliquez sur l’image pour y accéder)

Nous voilà encore dépaysés dans le temps comme dans l’espace ! Pourquoi nous emmener au XIIe siècle au royaume de Jérusalem ?

Ça fait plus de vingt ans que j’y voyage et j’aime parcourir de telles contrées en bonne compagnie. C’est la période de l’histoire que je connais le mieux, elle alimente donc forcément ma réflexion sur le présent. C’est l’un de mes mondes mentaux qui me permet de proposer des récits intéressants et j’espère distrayants, tout en offrant une grille de lecture sur le monde.

J’ai eu l’idée du cycle Hexagora pour rendre moins fantasmatiques les récits de Croisades et le Moyen-orient médiéval. Le lieu et la période historique cristallisent beaucoup de raccourcis et de relectures des faits. L’Histoire sert souvent d’illustration et d’alibi à des décisions et opinions modernes. Il serait naïf de croire que c’est une science dépourvue d’usage politique. Le rôle du poète, de l’écrivain, permet d’assumer un biais, mais le lecteur en est prévenu.
Je tente donc d’apporter ma petite pierre à cet édifice, à ma manière. Je propose à chaque fois les sources qui m’ont inspiré, ceux qui le souhaitent pourront ainsi aller plus loin.

Dans le récit, tu précises chemin faisant, c’est-à-dire sans ralentir le rythme, ce que les personnages mangent et boivent, la saveur particulière d’un breuvage, son amertume dans un gobelet en céramique, comment ils sont vêtus, l’effet du khamsin sur la nature et les êtres etc. On y croirait presque, tu as tout inventé hein ?

En effet, j’invente tout, c’est le travail d’un écrivain que d’inventer, mais en m’appuyant sur des sources scientifiques : ouvrages d’archéologie, textes d’époque (que je lis souvent dans une traduction faite un spécialiste de la langue d’alors, ce que je ne suis pas) ou éléments géographiques voire ethnographiques. C’est une grosse partie de mon travail préparatoire que de recenser les documents, d’y accéder, beaucoup de livres n’étant pas faciles à trouver, ou parfois carrément hors de prix. J’accumule au fil des ans une belle bibliothèque.
C’est de là que naissent aussi mes idées d’enquêtes : je rebondis sur une anecdote (comme c’est le cas pour ce tome), et j’essaie de m’imprégner des lieux, des cultures, des événements pour qu’à la lecture on soit immergé dans un environnement réaliste. Ma longue pratique de la reconstitution historique a aussi nourri bien des aspects sensoriels que je décris. J’aime à dire que je suis un auteur médiéviste qui est déjà monté à cheval en armure, avec lance et bouclier. J’ai aussi une longue familiarité avec des pratiques artisanales, alimentaires, de vie quotidienne, qui se rapprochent, je le pense, de ce qui se faisait à l’époque d’Ernaut.

Dans ce roman, on découvre peu à peu que la victime n’invite guère à la compassion : Ogier est un personnage bien peu sympathique… Pourquoi donc le sergent Ernaut se met-il en tête d’enquêter au lieu d’aller retrouver sa fiancée ?

C’est justement le thème central : le lien aux autres et aux lieux. Ernaut est un déraciné, un immigré en terre étrangère. Il a un besoin viscéral de s’inscrire dans une filiation, une communauté qui atteste de son appartenance au groupe. C’est pourquoi il demeure très proche de son frère, malgré leurs différences. Et par extension, il est dans l’obligation morale de nouer des liens avec les proches de Lambert. Cela ne se fait pas sans heurts dans « l’affaire Ogier », les hésitations et questionnements d’Ernaut le prouvent.

Photographie CC BY SA Philippe Dumay

L’auteur en tenue de chasseur médiéval

L’enquête menée par Ernaut est aussi une course contre la montre (hum les montres n’existaient pas au fait, c’est une expression hein), pourquoi est-ce si urgent de trouver le coupable ?

La justice était relativement rapide par rapport à nos pratiques contemporaines et il y a donc un impératif temporel, qui me sert de ressort dramatique. Comme dans le tome 2 Les Pâques de sang, mais sous une forme différente, Ernaut doit composer avec le temps et l’espace. C’est depuis le tome 1 pour moi l’occasion de parler du rapport à ces deux éléments qui diffère du nôtre. Il n’y a pas le rythme quotidien des heures (du moins pas dans notre acception contemporaine) ni de projection rapide de soi en un autre lieu. Le moindre déplacement est en soi une aventure, et on ne sait pas organiser ses tâches de façon aussi fine et détaillée qu’aujourd’hui. Il y a toujours un certain flottement dans l’estimation des distances, du temps et des modalités de leur organisation.

Un peu brutale cette coutume de s’en remettre au jugement « par bataille », il y a forcément mort d’homme et c’est celui qui meurt qui a tort ? Pas très malin pour des Francs et des Chrétiens de tuer leur prochain ! Et en plus on appelait ça « le jugement de Dieu » ?

À l’époque, un certain Usamah ibn Munqidh, diplomate pour le régime damascène à Jérusalem, trouvait en effet cette pratique révoltante, barbare et imbécile. Mais j’ai eu envie d’en montrer le déroulé précis, la logique interne, qui ne se comprend que par référence à cette communauté, avec ses croyances religieuses et sa dynamique interne.

J’ai toujours été frappé par l’imbécillité de la mise en scène dans les représentations contemporaines de ce que l’on nommait alors en général « Jugement par bataille ». On voit souvent juste un des combattants venir vociférer devant l’autre, lui jeter un gantelet de mailles au visage (ce qui n’existait pas). Pour ensuite se battre à la façon de pirates avinés en fracassant autant de meubles que d’accessoires divers autour d’eux, en ahanant comme des bûcherons. Au final, je trouve cela dénué de sens.

Je ne cherche pas à juger une pratique qui peut sembler brutale. J’ai souhaité remettre cette pratique en contexte, évaluer comment elle prenait place véritablement au sein d’un univers mental distinct du mien. C’est similaire à ce que j’ai fait par rapport aux pratiques religieuses dans le tome 2.

Cette idée de la justice médiévale reviendra dans le cycle, vu qu’Ernaut est appelé à résoudre d’autres meurtres…
Pour l’anecdote, je me suis amusé à présenter dans le récit même des contradicteurs à cette pratique, dans le monde latin, en cherchant un effet ironique quand on découvre l’alternative proposée. Je laisserai les lecteurs et lectrices le découvrir par eux-mêmes.
De façon générale, j’aimerais montrer que les notions de justice, de pouvoir pacificateur n’ont pas suivi un développement linéaire jusqu’à nos pratiques, qui seraient l’aboutissement de ces errements passés. Nos ancêtres n’étaient pas naïfs, même s’ils avaient des croyances qui nous semblent irrationnelles. Sur le long cours, je vais me servir d’Ernaut et de son parcours pour illustrer cette idée que comme aujourd’hui, il y a un aspect réflexif intense entre pratiques et analyse.

Mais dis donc, au cours de cette enquête, nous rencontrons avec Ernaut toutes sortes de populations, comme se fait-il qu’on trouve une telle diversité sur un aussi petit territoire ? On ne peut pas dire que ce soit l’entente cordiale d’ailleurs, on se rend compte qu’il peut y avoir de fortes tensions entre toutes les communautés qui vivent là….

Le territoire où se déroulent les enquêtes est au croisement de nombreuses cultures et populations, depuis des millénaires, l’actualité malheureusement nous le rappelle régulièrement avec des événements violents.
La situation n’était pas plus simple voilà 800 ans et, pour coexister, les populations ne s’appréciaient pas pour autant. Cela allait le plus souvent de l’ignorance froide à la franche hostilité. L’arrivée des colons latins s’inscrit dans un mouvement régulier d’arrivées exogènes, qui venaient s’agréger à l’existant, pour finir en un patchwork avec peu de mélanges. Cette tendance humaine ne provient pas forcément d’un rejet de l’autre, mais plutôt d’une préférence envers ce qui nous ressemble. C’est magnifiquement expliqué dans la parabole des polygones.
Au travers des récits Hexagora , et pas seulement dans les enquêtes d’Ernaut, j’ai eu envie de présenter la société dans sa complexité, et pas comme un univers manichéen, avec d’un côté les Croisés et de l’autre les Musulmans. C’est un choix politique assumé.

Le tome 2, disponible chez Framabook.

Tiens en parlant de choix politique, où en es-tu avec tes publications chez Framabook ? Les deux premiers tomes étaient des rééditions et surtout des « libérations », mais celui-ci est inédit et tu le mets directement en licence libre dès sa première publication ?

En effet. je l’ai écrit voilà des années, à la suite des deux premiers et il patientait dans mes tiroirs. Il va donc être le premier directement diffusé sous licence libre. C’est un long processus pour un auteur que de s’affranchir des habitudes de publication traditionnelle, où le droit d’auteur est privilégié par rapport au droit des publics. Je suis finalement content d’avoir eu du temps pour faire ce chemin complexe.

Alors tout le cycle romanesque à venir va désormais être sous licence libre ?

Oui, le cycle d’Ernaut, mais aussi l’intégralité du monde Hexagora (qui comporte en outre plusieurs dizaines de Qit’a, textes courts). Je publie aussi les sources, à savoir un texte le moins mis en forme possible, pour permettre à chacun de bâtir dessus aisément. Pour cela, j’écris en markdown et je mets à disposition mes fichiers sur un dépôt Git.

Et donc si je veux m’emparer de ton personnage d’Ernaut et le faire évoluer dans d’autres époques et d’autres milieux c’est possible ? Tiens par exemple, je verrais bien Ernaut en justicier interplanétaire, chargé par le Grand Continuum de la Galaxie d’enquêter sur la disparition du prince d’Orion, j’intitulerais ça : L’astéroïde des morts, qu’est-ce que t’en dis ? … – hein ? Comment ça c’est nul ?

Je ne sais pas, on ne peut jamais savoir d’une idée si ce qu’elle produira sera nul, si on adhère à l’idée d’un tel jugement de valeur. Tout le monde a des idées, tout le temps. C’est ce que l’on en fait qui est vraiment intéressant et qui demande du travail. Beaucoup de travail.
Et pour en revenir à ta proposition, pourquoi pas ? J’aime bien la SF et c’est un univers où le policier a toute sa place, même si ce n’est pas le plus développé des sous-genres. Je pense à une série comme The expanse ou un univers comme celui de La culture de Iain Banks où de tels traitements existent.

Est-ce que tu as trouvé de nouveaux lecteurs et nouvelles lectrices grâce à la publication chez Framabook, même si la diffusion en papier demeure un peu anecdotique ?

J’en ai rencontré, en tout cas. La culture libre n’est pas l’aspect le plus connu et le plus mis en avant dans notre société, que ce soit dans les établissements culturels ou même les rencontres libristes. En outre, la diffusion des ouvrages papier est compliquée, les réseaux actuels étant assez étanches à ce genre d’initiative. Cela pose un souci quand on sait que le modèle économique des revenus des écrivains repose sur les ventes de ce support.

Quoi qu’il en soit c’est aussi ce qui m’intéresse dans cette aventure, tenter de décorréler mes revenus d’un produit physique qui ne représente pas l’intégralité de mon travail. D’où l’appel au don, au soutien sous forme de mécénat. Pour un résultat négligeable pour l’instant, je dois l’avouer. Si cela ne s’améliore pas d’ici quelques mois, il va me falloir envisager une reconversion professionnelle. Si jamais vous connaissez des entreprise qui embauchent un spécialiste du 3e quart du XIIe siècle, ça pourrait m’intéresser. ;)

Cliquez sur la couverture pour aller télécharger et/ou acheter la version papier du tome 1 chez Framabook.

Tu as tout de même investi beaucoup de passion, de temps et d’énergie pour élaborer ce cycle romanesque encore en chantier, qu’est-ce qui te donne autant de motivation ?

Desproges aurait répondu « À chacun sa névrose ». Et un de mes amis, John Waller, qui a supervisé pendant longtemps les interprétations historiques au sein du Royal Armouries disait que si quelque chose méritait d’être fait, il méritait d’être bien fait. Aller au-delà de ces aphorismes me coûterait peut-être une fortune en analyse. ;)

Dans quelles sombres et sanglantes aventures vas-tu plonger ce pauvre Ernaut la prochaine fois ? Il va encore voyager, redresser les torts et risquer sa peau ou bien se ranger et fonder une petite famille ?

Je sais à peu près vers quoi je vais pour l’ensemble du cycle narratif, mais le détail n’est pas défini précisément au-delà de quelques volumes. Je suis actuellement en train d’écrire Le souffle du dragon, qui sortira d’ici cet automne. C’est un tome qui verra le personnage prendre de la maturité et où des réseaux relationnels se précisent. On y découvrira comment le personnage d’Ernaut va évoluer. Géographiquement, cela restera encore au cœur du royaume, à mi-chemin entre Jérusalem et la côte, vers Jaffa.
Pour les deux autres enquêtes, je prévois de le faire voyager plus loin. Le tome 5 vers le nord et le 6 vers le sud.
Il y a tant de magnifiques endroits et de lieux passionnants… c’est toujours frustrant de voir le temps que ça prend de mettre les choses en place. J’aimerais pouvoir aller plus vite !

Découvrez le volume 3 des aventures d’Ernaut en vous téléportant sur sa page Framabook !

Gravatar de Framablog
Original post of Framablog.Votez pour ce billet sur Planet Libre.

Articles similaires

genma : Yunohost 3.0 sur Debian 9 - Retour d'expérience rapide

Jusqu'à présent, Yunohost n'était compatible avec Debian 9 Stretch (uniquement Debian 8 Jessie). A l'annonce du passage en phase de test Beta sur le forum pour la compatibilité Debian 9, ayant un peu de temps, pour tester, je me suis lancé.

Yunohost 3.0 ?

Actuellement la version stable est la version 2.7.x. La version 3 apporte la compatibilité avec Debian 9 : une migration sur une instance déjà installée fait que la machine passe sous Debian 9. On a alors des versions plus récentes de PHP (passage de 5 à 7), ce qui sera mieux pour les futures versions à venir de Nextcloud qui nécessitent Php7. Et on est enfin sous Debian 9. Et ça c'est cool aussi.

Test dans une machine virtuelle clone de mon instance de production

Pour avoir un bac à sable qui ne craint rien, j'ai refait un clone complet via Clonezilla de mon instance de production (et j'ai ainsi un backup complet tout frais, en plus des sauvegardes régulières) que j'ai réimporté dans une nouvelle VM Virtualbox. Pour me connecter à celle-ci, j'ai modifié mon fichier hosts pour que l'IP de la VM corresponde aux noms de domaines de mon Yunohost de production. Je résume vite fait car je me suis basé sur mon expérience précédente abordée dans les billets précédemment écrit Yunohost dans Virtualbox et Yunohost, Clonezilla et Virtualbox

Et j'ai trouvé des bugs

J'ai ainsi pu tester plusieurs fois la migration (et repartir du snapshot fonctionnel de la VM), en indiquant à chaque fois les erreurs rencontrées, cherchant des solutions et contribuant ainsi, modestement, à mon niveau à Yunohost. Je suis assez content car mes tests ont permis de détecter des erreurs sur les applications suivantes Sonerezh et Nextcloud.

Dont voici la correction...

Le détail et toute la démarche faite durant quelques heures passées à comprendre et chercher est sur le forum, je donne directement les solutions :

Sonerezh

Il y a deux lignes où il y a des # et non des ; (ancien système de commentaire de PHP non compatible avec PHP 7).
On édite le fichier de configuration pour faire la correction :

nano -l /etc/php/7.0/fpm/pool.d/sonerezh.conf

Nextcloud

Module PHP manquant conduisant à une erreur Interne (500 dans les logs)

apt-get install php7.0-apcu -y
service nginx restart

J'ai au passage vu que les logs de Nextcloud ne sont pas dans /var/log/nginx/monsousdomaine.domaine.log (soit les logs du domaine nginx lié à Nextcloud) mais dans le fichier /home/yunohost.app/nextcloud/data/nextcloud.log

Reste à voir comment on peut faire pour ajouter tout ça en patch / proposée que ces corrections soient faites automatiquement dans les migrations et installations des applications dans YunoHost.

Sachant que pour Sonerezh, le code source de l'application en elle-même n'est plus maintenue, il faut probablement ajouter la modification dans le script de migration ou d'installation de Sonerezh en tant qu'application YunoHost. A voir.

Migrer ou non ?

La version est encore en Beta. Je ne l'ai pas testé assez longtemps pour voir si il n'y a pas d'autres soucis. J'attendrai donc la sortie officielle en version stable courant juin pour migrer mon instance de production (que j'utilise tous les jours), en attendant, dès que j'ai un peu de temps, je continuerai sur l'instance de test dans Virtualbox pour voir comment je peux continuer à aider un peu un projet que j'utilise quotidiennement. La moindre des choses étant, à mon niveau, d'aider un peu.

Mais dès à présent, de ce que j'ai pu voir, les applications suivantes sont fonctionnelles : Amapache, Dokuwiki, FreshRSS, Kanboard, Shaarli, Roundcube, Wallabag, Sonerezh (suite à la correction), WemaWema, Phpmyadmin et Nextcloud. Reste quand même à tester ça en profondeur.

Gravatar de genma
Original post of genma.Votez pour ce billet sur Planet Libre.

Articles similaires

Journal du hacker : Liens intéressants Journal du hacker semaine #19

Pour la 19ème semaine de l'année 2018, voici 10 liens intéressants que vous avez peut-être ratés, relayés par le Journal du hacker, votre source d’informations pour le Logiciel Libre francophone !

Pour ne plus rater aucun article de la communauté francophone, voici :

De plus le site web du Journal du hacker est « adaptatif (responsive) ». N’hésitez pas à le consulter depuis votre smartphone ou votre tablette !

Le Journal du hacker fonctionne de manière collaborative, grâce à la participation de ses membres. Rejoignez-nous pour proposer vos contenus à partager avec la communauté du Logiciel Libre francophone et faire connaître vos projets !

Et vous ? Qu’avez-vous pensé de ces articles ? N’hésitez pas à réagir directement dans les commentaires de l’article sur le Journal du hacker ou bien dans les commentaires de ce billet :)

Gravatar de Journal du hacker
Original post of Journal du hacker.Votez pour ce billet sur Planet Libre.

Articles similaires

blog-libre : Autour de SSH

Depuis que j’ai commencé mon nouveau boulot, j’ai bricolé des trucs mais je suis bien incapable de reconnaître si c’est bien ou cruellement mauvais. Pour rappel je suis autodidacte, il est parfois difficile de savoir quand on suit une mauvaise voie alors je partage avec vous

Complétion SSH

On tape ssh luig, on appuie sur Tab, la complétion affiche alors ssh luigi.pizza.net.

Dans mon ~/.bashrc, j’ai complete -W "$(<~/.ssh/hosts)" scp ssh sshfsu qui me permet d’avoir la complétion pour scp, ssh et ma fonction sshfsu. Le fichier hosts n’est pas un fichier système, c’est moi qui le maintiens avec une liste des serveurs sur lesquels je me connecte. Ça marche parfaitement, rien à dire, je ne peux plus m’en passer. J’ai vu que certains parsent le fichier ~/.ssh/know_hosts. Sur Ubuntu par défaut le nom des hosts est hashé . On peut via une option SSH afficher... Lire la suite

Gravatar de blog-libre
Original post of blog-libre.Votez pour ce billet sur Planet Libre.

Articles similaires

Miamondo : antiX-17_386-core.iso

Bonjour, J'aime bien la distribution antiX. La majuscule se trouve à la fin et rien que ce genre d'excentricité suffit à me la rendre sympathique. Ce weekend, je me suis donc amusé à installer la version core en l'occurrence antiX-17_386-core.iso. Cette image iso ne dépasse pas les 325.1 MB et vous permet d'installer un système d'exploitation... Lire la suite →

Gravatar de Miamondo
Original post of Miamondo.Votez pour ce billet sur Planet Libre.

Articles similaires

Okki : Création du programme de stages GNOME

En plus de son investissement dans les programmes Google Summer of Code et Outreachy, la fondation GNOME vient d’annoncer la création d’un nouveau programme de stages propre au projet GNOME, aux objectifs bien plus complexes et stratégiques.

Pour reprendre l’annonce officielle, « l’objectif du programme de stages GNOME est d’amener le développement vers des sujets qui sont essentiels à la réalisation des objectifs de GNOME. Pour accomplir des tâches aussi importantes, les projets de génie logiciel et les projets non techniques sont les bienvenus, et tout le monde est encouragé à poser sa candidature. Puisque ces tâches sont considérées comme étant plus complexes que ce que l’on trouve dans les autres programmes de stages de la communauté du logiciel libre, les stages GNOME auront une allocation de 8000$ pour une période de trois mois. La fondation GNOME est désormais en mesure de réorienter les fonds vers des thèmes spécifiques qui peuvent être levés par le biais de campagnes et d’autres initiatives. »

Les premiers projets proposés sont axés autour de la sécurité et du respect de la vie privée, comme la protection contre les attaques par le biais de l’USB (en se basant sur USBGuard), la création d’une application pour la gestion des mots de passe et autres identifiants, un nouveau portail PipeWire, la création d’une session invité, facilité l’utilisation de matériel cryptographique tel que TPM ou pouvoir ajuster automatiquement les politiques de sécurité en fonction de la position géographique de l’utilisateur (domicile, travail, lieu public, conférence).

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter la page du programme ou celle des différents projets.

Gravatar de Okki
Original post of Okki.Votez pour ce billet sur Planet Libre.

Okki : Liste des projets acceptés pour le Google Summer of Code 2018

Cet été, 16 étudiants travailleront à l’amélioration de GNOME grâce au programme Google Summer of Code.

Les différents projets incluent la mise à jour automatique de Journaux quand de nouvelles entrées apparaissent dans l’historique des événements. La possibilité de modifier la vitesse d’une vidéo dans Pitivi, de réduire temporairement la résolution lors du montage et l’amélioration de son interface. Le portage de Fichiers en GTK+ 4. L’ajout de la consommation énergétique des applications et du matériel dans Utilisation. L’ajout de nombreuses fonctionnalités à l’application de messagerie Fractal (préférences utilisateur, amélioration de l’interface, internationalisation…). L’ajout de diverses améliorations à Jeux (tri de la liste des jeux par plateforme ou développeur, affichage de métadonnées pour les jeux (description, note, nombre de joueurs…), ainsi que la possibilité de sauvegarder des statistiques telles que le nombre d’heures jouées et si le jeu a été fini). L’ajout de fonctionnalités non précisées à l’application de messagerie Dino. L’amélioration des greffons Todo.txt et Todoist de To Do pour qu’ils soient utilisables en production. La réécriture du jeu Cinq ou plus en Vala et la modernisation du code pour une meilleure maintenabilité.

Notez qu’il ne s’agit que de la liste des projets qui ont été acceptés. Il n’y a aucune garantie sur le fait que les étudiants pourront mener leur projet à terme, et que la qualité du travail soit suffisamment bonne pour qu’il soit un inclus dans les différentes applications.

Rien ne dit que nous retrouverons donc toutes ces fonctionnalités dans la prochaine version de GNOME.

Gravatar de Okki
Original post of Okki.Votez pour ce billet sur Planet Libre.

Articles similaires

Damien Pobel : Veille de la semaine #19 de 2018

Et un peu hors-sujet :

(En plus du flux RSS global, les billets veille et uniquement ceux là sont listés dans le flux RSS veille)

Gravatar de Damien Pobel
Original post of Damien Pobel.Votez pour ce billet sur Planet Libre.

Articles similaires

Thuban : Syspatch : Patches 6 et 7 pour OpenBSD 6.3

L'équipe OpenBSD nous livre deux nouveaux correctifs, principalement pour OpenBSD 6.3 !

  • patch n°6, à-propos d'IPSec : une mauvaise manipulation des fragments peut entraîner un plantage système. Une version pour OpenBSD 6.2 existe - cf, le patch 13... Ce patch nécessite de redémarrer !
  • patch n°7, dans la libcrypto : des vérifications incorrectes dans la bibliothèque peuvent empêcher des opérations Diffie-Helmann Exchange de fonctionner !

Architectures concernées : amd64, arm64 et i386.

 

Gravatar de Thuban
Original post of Thuban.Votez pour ce billet sur Planet Libre.

Thuban : Syspatch : Patches 7 et 8 pour OpenBSD 6.3

L'équipe OpenBSD nous livre deux nouveaux correctifs, principalement pour OpenBSD 6.3 !

  • patch n°6, à-propos d'IPSec : une mauvaise manipulation des fragments peut entraîner un plantage système. Une version pour OpenBSD 6.2 existe - cf, le patch 13... Ce patch nécessite de redémarrer !
  • patch n°7, dans la libcrypto : des vérifications incorrectes dans la bibliothèque peuvent empêcher des opérations Diffie-Helmann Exchange de fonctionner !

Architectures concernées : amd64, arm64 et i386.

 

Gravatar de Thuban
Original post of Thuban.Votez pour ce billet sur Planet Libre.

Journal du hacker : Liens intéressants Journal du hacker semaine #18

Pour la 18ème semaine de l'année 2018, voici 10 liens intéressants que vous avez peut-être ratés, relayés par le Journal du hacker, votre source d’informations pour le Logiciel Libre francophone !

Pour ne plus rater aucun article de la communauté francophone, voici :

De plus le site web du Journal du hacker est « adaptatif (responsive) ». N’hésitez pas à le consulter depuis votre smartphone ou votre tablette !

Le Journal du hacker fonctionne de manière collaborative, grâce à la participation de ses membres. Rejoignez-nous pour proposer vos contenus à partager avec la communauté du Logiciel Libre francophone et faire connaître vos projets !

Et vous ? Qu’avez-vous pensé de ces articles ? N’hésitez pas à réagir directement dans les commentaires de l’article sur le Journal du hacker ou bien dans les commentaires de ce billet :)

Gravatar de Journal du hacker
Original post of Journal du hacker.Votez pour ce billet sur Planet Libre.

Articles similaires

wilfried caruel : Présentation SpaRSS sous android et opensource

Présentation SpaRSS

 

Je vais vous présenter une application qui va vous permette de voir vos flux “rss” en effet “SpaRSS” est une application Android libre disponible sur Fdroid.

 

La définition d’un flux “rss” d’après wikipedia

Un produit RSS est une ressource du World Wide Web dont le contenu est produit automatiquement (sauf cas exceptionnels) en fonction des mises à jour d’un site Web. Les flux RSS sont des fichiers XML qui sont souvent utilisés par les sites d’actualité et les blogs pour présenter les titres des dernières informations consultables.

 

Ce flux “rss” a été créé par le regretté “Aaron Swartz” qui a fait beaucoup pour le web , que ce soit co créer “reddit” et plus encore en étant un des responsables de la création des célèbres licences Créative commons appelées aussi “CC”.

 

Revenons à l’application en question.

C’est un fork d’une autre application libre “flym” ce fork est disponible sous la licence “GPLv3

Concernant les fonctionnalités de ce lecteur de flux rss :
  • ajout rapide de flux via GoogleNews et la fonctionnalité de recherche
  • ajout de flux par le menu partager des navigateurs
  • thèmes foncé et clair
  • lecteur hors-ligne des articles complets, avec images, y compris pour les site nécessitant un compte utilisateur.
  • import et export de la liste des flux au format OPLM
  • indiquez en favoris vos articles préférés
  • recherche parmi les actualités
  • filtre par mot clé ou expression régulière
  • widget

Cette application a été développé par “RENAUD-GOUD Arnaud

La vidéo

Mon avis

Ce lecteur est léger , avec beaucoup de fonctionnalités.

Il n’est pas reliable à d’autres lecteurs de flux rss (comme freshrss ou un autre)

j’ai apprécié cette application durant mon utilisation , même si je préfère “ EasyRSS “ car il est relié à freshrss , mais je l’utilise un peu pour différencier ma veille , même si en même temps je veille beaucoup moins.

Personnellement je me suis tourné vers les lecteurs de flux rss libre après la fermeture de “google reader”.

Je ne  pensais pas retrouver aussi bien voir mieux que celui de google.

Ce n’est pas le seul lecteur de flux rss sur android libre ou opensource mais c’est sans conteste un des meilleurs.

Et vous utilisez vous ce genre d’application pour lire vos flux rss sur votre androphone ?

Ies autorisations

Photos/multimédia/fichiers

  • Lire le contenu de la mémoire de stockage USB
  • Modifier ou supprimer le contenu de la mémoire de stockage USB

Espace de stockage

  • Lire le contenu de la mémoire de stockage USB
  • Modifier ou supprimer le contenu de la mémoire de stockage USB

Autre

  • afficher les connexions réseau
  • bénéficier d’un accès complet au réseau
  • s’exécuter au démarrage
  • contrôler le vibreur

spaRSS (Gratuit, Google Play) →

Liens ;

Projet github

Téléchargement (Play store)

Téléchargement (Fdroid)

Gravatar de wilfried caruel
Original post of wilfried caruel.Votez pour ce billet sur Planet Libre.

Articles similaires

Framablog : Storify est mort. Longue vie à…

Storify.com, service bien pratique qui permet de construire des histoires sous forme de pages web, à partir d’éléments divers (textes, tweets, vidéos, etc), fermera ses portes le 16 mai 2018. Framasoft, accompagné par d’autres acteurs, met à disposition une pré-version d’un logiciel permettant à des millions d’utilisateurs et utilisatrices, de ne pas rester sur le carreau.

Le jour où tout s’est arrêté

C’est l’histoire d’un tweet qui croise un autre tweet.

Au premier coup d’oeil, c’est l’amour, ils décident de vivre ensemble. Rien de trop ronflant au début, un petit fil sur Twitter ira bien. Mais la relation s’épanouit et ils décident un beau jour de sauter le pas, d’officialiser leur union : ils veulent vivre ensemble pour le reste de leurs jours et s’afficher au grand jour, pas juste auprès de leurs copains sur Twitter.

Comment faire ?

Storify ! Les deux tweets peuvent vivre au chaud sous un joli toit commun, avec pignon sur rue, et même inviter leurs amis… Enfin une vie hors de Twitter ! Tous les internautes peuvent désormais les trouver facilement, la maison est agréable à vivre, une unité, une esthétique… et pour ne rien gacher, le loyer est gratuit. Imaginez un peu ça : chauffage inclus, été comme hiver, tout ça pour que vos gazouillis un peu fouillis ne finissent plus en vague bouillie dans le Cyber-oubli… mais qu’ils soient lus et relus pour toute l’éternité !

Storify - Esther Vargas - CC-by-sa 2.0

Storify – Esther Vargas – CC-by-sa 2.0

Enfin presque.

Car l’éternité se raccourcit : le propriétaire du lotissement annonce qu’il vend tout. Adieu veau, vache, cochon, couvée de tweets… il va falloir trouver ailleurs où se loger. Storify ferme.

Le jour où tout a recommencé

C’est l’histoire d’un autre tweet, celui de Silvère Mercier, qui réagit à cette annonce :

J’apprends avec horreur que storify va fermer en mai 2018 L’impression qu’une partie de ma vie aussi, triste que ce magnifique outil de curation n’ait pas trouvé de modèle ! 😞😤😢 Tragédie du code fermé, les convaincre d’ouvrir pour en faire un communs ! https://t.co/hY5U1EaxML

— Silvère Mercier👇 (@Silvae) 13 décembre 2017

Framasoft, qui passait par là, propose de « voir ce qui existe dans le libre » et de créer un « commonstory » : une sorte de lotissement en co-gestion où les murs appartiendraient à tout le monde.

Yannick François, qui passait aussi par là, mets la DINSIC dans le coup en lui faisant le joli compliment d’être un peu « les framasoft de l’état » (sic). Mais au fait, c’est quoi la DINSIC ? C’est la « Direction interministérielle du numérique et du système d’information et de communication de l’État » – merci Wikipédia ! Oui… mais encore ? Eh bien c’est un peu la DSI des DSI ministérielles, la direction qui anime la transformation numérique de l’État, et la politique d’ouverture des données publiques est portée par l’une de ses missions, Étalab. D’accord… mais quel rapport avec le logiciel libre ? C’est simple : depuis la loi pour une République numérique de 2016, les logiciels produits par l’administration publique sont des documents administratifs qui doivent être « ouverts par défaut », ou « open source par défaut », comme l’explique très bien Lionel Maurel. (Si vous n’avez pas encore senti que mon ton devient corporate, ça ne saurait tarder : je travaille en ce moment pour la mission Étalab de la DINSIC.)

Et donc Henri Verdier, qui dirige la DINSIC, répond… « Go ! » et met Laurent Joubert sur le coup pour suivre le dossier.

Merci du compliment. Pourquoi pas soutenir ? Contactez nous ;)

— _DINSIC (@_DINSIC) 17 décembre 2017

Quelques semaines plus tard, nous nous retrouvons dans le bureau de Laurent avec Silvère, Pierre-Yves, Thomas Citharel (développeur chez Framasoft) et moi-même, fraîchement embarqué dans le programme Entrepreneur d’intérêt Général (EIG). Nous faisons un point sur le travail de Thomas qui a déjà développé un prototype nommé « Storia » permettant de créer un compte et de sauvegarder les « stories » de feu Storify.com. Il manque la peinture et le chauffage, mais c’est un super début, nous décidons de repartir de là.

Voici les besoins dont Thomas nous fait part : rencontrer de vrais utilisateurs, travailler sur le design, anticiper l’évolution et la maintenance du projet pour la suite.

Comment faire ? Nous proposons de faire un garagethon.

– Un quoi ? !

Un garagethon ! C’est comme un hackathon sauf qu’on travaille pour de vrai et que le nombre de personnes est limité au nombre de celles qui tiendraient dans un garage, soit une douzaine. (Toute ressemblance avec cette vision de quelques « gus dans un garage » n’est pas fortuite.)

Nous voici donc partis pour l’organisation d’une journée le 30 mars. Nous mobilisons nos contacts : Silvère pour trouver des utilisateurs aguerris, Thomas pour contacter des développeurs Elixir, le langage dans lequel est développé la partie serveur du projet, Pouhiou pour trouver des concepteurs UX/UI et des graphistes, moi-même pour mobiliser des volontaires du programme EIG qui s’intéresseraient à VueJS pour le développement de l’interface Web.

La jour du Garagethon

Nous passons notre garagethon dans les locaux du Liberté Living Lab, nous avons pu y réserver une salle pour toute la journée. La salle est spacieuse et agréable, avec un espace à l’écart pour ceux qui souhaitent travailler en petit groupe.

Nous voici donc dans notre « garage » : Arnaud Rachez (datascientiste, EIG), David Panou (datascientiste, EIG), Gaël Dauvillier (BPI), Isabelle Degrange (BnF), Jean-Baptiste Le Dévéhat (concepteur UX/UI, EIG), Laurent Joubert (DINSIC), Louis Vinet (concepteur UX/UI), Silvère Mercier (ex-BPI), Tam Kien Duong (DINSIC), Thomas Citharel (développeur, Framasoft), Tristram Gräbener (ex-EIG, Codeurs en Liberté), Vincent Lara (Codeurs en Liberté), Xavier Damman (à distance, Open Collective).

Nous commençons la matinée par des présentations rapides, puis nous nous attaquons illico à l’exploration de storify.com, en tâchant d’expliciter nos besoins et notre expérience en tant qu’utilisateurs.

Ensuite, Thomas nous fait un point sur le prototype qu’il a développé, et nous commençons à y projeter les besoins évoqués plus tôt.

Après quelques pizzas bien méritées, nous avons une longue et intéressante entrevue à distance avec Xavier Damman, fondateur de Storify actuellement investi dans le projet Open Collective, dont le but est d’aider des projets ouverts à assurer leur financement… collectivement. Cet entretien permet de mettre le doigt sur des aspects structurants pour le projet qui nous occupe :

  • l’importance du nom (le premier nom était PublicTweet, nettement moins bon…) ;
  • l’importance du design : c’est un élément dont Xavier nous dit qu’il l’a sous-estimé au début ;
  • l’importance du juste degré de liberté accordé à l’utilisateur : il est tentant d’ajouter plein d’options (par exemple pour la mise en page) mais attention à ne pas retarder le moment de satisfaction de l’utilisateur.

Après cette entrevue captivante, nous nous répartissons en groupes : certains pour travailler sur des maquettes, d’autres sur l’exploration du code, d’autres encore sur la création d’éléments de documentation et d’un mini-site pour le projet, etc.

Maquette pour la création d'une liste pour Storia

Maquette pour la création d’une liste pour Storia, © Louis Vinet

Le jour d’après

Et maintenant ?

Aujourd’hui, Framasoft annonce la sortie d’une version beta (= « en travaux ») de Framastory, un service pour vous permettre de sauvegarder vos anciennes Stories, destiné à évoluer avec vos retours, vos contributions. Attention : peinture fraîche ! Le calendrier nous presse car le site storify.com ne sera plus accessible à partir du 16 mai. Prenez bien note que pour l’instant, l’énergie a été concentrée sur le fait que vous puissiez importer vos stories existantes depuis Storify dans Framastory. La création de stories/picks dans Framastory est possible, mais encore très très largement « en travaux ». Les fonctionnalités et l’interface seront améliorées dans les semaines et mois qui viennent, mais Framasoft préfère publier le logiciel immédiatement, afin d’éviter aux utilisateurs et utilisatrices de Storify de perdre les heures passées à bichonner leurs stories.

 

Insérer un tweet dans une story, sur Framastory.org

Insérer un tweet dans une story, sur Framastory.org

 

D’autre part, Thomas Citharel publie un nouveau logiciel nommée PickWeaver, qui est le logiciel faisant tourner ce nouveau service.

Page d'accueil du logiciel PickWeaver

Page d’accueil du logiciel PickWeaver

PickWeaver est en version beta : comme pour tous les projets de Framasoft, les contributions sont les bienvenues !

Voici comment vous pouvez aider :

Voilà. À vous de jouer ! Découvrez la nouvelle version d’un service de curation qui vous a été indispensable ou un nouveau service qui vous sera sûrement utile. Partagez avec nous les idées que vos avez pour rendre ce projet viable sur le court, le moyen, le long terme.

J’en profite ici pour remercier chaleureusement tous les participants de ce premier garagethon : l’ambiance était à la fois conviviale et productive, cela laisse augurer de belles choses pour la suite. Mention spéciale à Laurent Joubert qui nous a sustenté le midi.

Et n’hésitez pas à nous rejoindre si vous voulez contribuer.

Ce n’est qu’un combat, continuons le début !

Gravatar de Framablog
Original post of Framablog.Votez pour ce billet sur Planet Libre.

Articles similaires

Damien Pobel : Veille de la semaine #18 de 2018

(En plus du flux RSS global, les billets veille et uniquement ceux là sont listés dans le flux RSS veille)

Gravatar de Damien Pobel
Original post of Damien Pobel.Votez pour ce billet sur Planet Libre.

Articles similaires

Full Circle Magazine FR : Mieux vaut tard que jamais

Bonjour,

L'équipe du FCMfr est heureuse de vous présenter le numéro 131 en français, bien mis en page et presque sans erreur ou coquille. Nous essayons de faire un travail de "pro", mais nous ne sommes que trois. D'accord, nous sommes tous en retraite et vous devez penser que nous avons « tout notre temps ». À cela, je dirais « Quid de la famille ? Quid de nos vacances à nous ? Quid de journées ensoleillées où nous n'avons envie de rien faire à part profiter du jardin ou des parcs dans les environs ». Jusqu'à présent, je pense que je peux dire que nous avons appliqué la philosophie de l'Open Source à la lettre, à savoir fait ce que l'on veut quand on peut. Mais, là, ça devient très, très difficile...

Pour pouvoir sortir une revue de la qualité voulue, il faudrait nettement plus de relecteurs sérieux : pas besoin de connaître l'anglais - une anglophone -moi - vérifie toutes les traductions (que de temps passé à cela !) ; mais il faut savoir lire ce qui est écrit et connaître la grammaire et l'orthographe française. Rassurez-vous, vous avez droit à vos dictionnaires pour cet exercice et, croyez-moi, les relecteurs que nous sommes les utilisent très, très souvent.

Sans aide, le moment viendra où nous prendrons notre retraite, bien méritée, du FCM. Si la version française est chère à votre cœur, trouvez, s'il vous plaît, le temps de venir nous aider régulièrement.

Merci.

Le numéro 131 est disponible sur notre page NUMÉROS ou, directement, en cliquant sur la photo de couverture ci-dessous. N'hésitez pas, car il est rempli d'articles intéressants et, parfois, étonnants même. Je vous laisse les découvrir tout seul...

issue131fr.png Bonne lecture,

Bab, notre scribeur, AE et d52fr, les traducteurs, et AE, Bab et d52fr les relecteurs. Avant d'être incorporé dans le PDF chaque article fut relu par deux personnes différentes. Avant la sortie du PDF final, chaque article fut relu, puis vérifié, version après version, par nous trois. On fait du bon boulot, mais nous sommes au bord du burn-out...Si vous voulez qu'une version en français du FCM continue à paraître, venez nous aider.

Gravatar de Full Circle Magazine FR
Original post of Full Circle Magazine FR.Votez pour ce billet sur Planet Libre.

Articles similaires

Guillaume Kulakowski : Fedora 28 est là !

C’est aujourd’hui que le projet Fedora, après une phase de développement de plus de 6 mois, vient de libérer le 28ème opus de la distribution Linux Fedora. Comme d’habitude, vous pouvez consulter la liste complète des changements sur le wiki du projet : Fedora 28 Changeset. On y remarquera rapidement : GNOME 3.28, GCC 8, […]

Cet article Fedora 28 est là ! est apparu en premier sur Guillaume Kulakowski's blog.

Gravatar de Guillaume Kulakowski
Original post of Guillaume Kulakowski.Votez pour ce billet sur Planet Libre.

Pages