Planet Libre

Thuban : LibreSSL 2.7.1

La version 2.7.1 de LibreSSL est sortie !

C'est la deuxième version de LibreSSL qui fera partie d'OpenBSD 6.3 :

  • Un correctif important a été apporté dans le comportement de int_x509_param_set_hosts afin de correspondre au plus près à celui d'OpenSSL. Ce problème a été rapporté par un certain Christian Heimes.
  • Les autres correctifs apportés, le sont pour la phase de compilation sur MacOS, versions 10.11 et plus anciennes.

L'équipe remercie tous ceux qui ont participés aux tests, ont apportés des suggestions et des mises à jour pour le portage par la communauté ; l'objectif de l'équipe est de fournir une version stable final d'ici quelques semaines.

Le projet LibreSSL continue les améliorations de la base du code pour le rendre moderne avec de bonnes pratiques de programmation. Les retours et améliorations sont bienvenus par toute la communauté. Merci à tous les contributeurs qui ont aidé à rendre cette publication possible.

 

Gravatar de Thuban
Original post of Thuban.Votez pour ce billet sur Planet Libre.

Full Circle Magazine FR : Pour fêter le printemps

L'équipe française vous présente des Numéros spéciaux à gogo :

Celui de FreeCAD, contenant les dix articles déjà publiés -

FreeCAD_01.png

ET trois de C&C -

C_C_1.png qui contient les parties 1-11 ;

C_C_2.png pour les parties 12 à 36 ; et

C_C_3.png contenant les parties 37 à 61.







Comme d'habitude, vous pouvez les visionner ou les télécharger sur notre page NUMÉROS ou les télécharger directement en cliquant sur chaque photo de couverture.

Ils ne contiennent pas d'« Easter eggs » (œufs de Pâques), mais amusez-vous bien quand même !

Merci beaucoup à d52fr d'avoir bien voulu mettre ces NS en page !

Gravatar de Full Circle Magazine FR
Original post of Full Circle Magazine FR.Votez pour ce billet sur Planet Libre.

Thuban : LibreSSL 2.7.0

La version 2.7.0 de LibreSSL est sortie ce jour !

C'est la première version de la série des 2.7, qui sera intégrée dans OpenBSD 6.3. Elle intégre les changements suivants :

  • Ajoute le support des API pour les versions 1.0.2 et 1.1 d'OpenSSL
  • Des corrections, améliorations et ajouts important ont été apportés à la documentation des API.
  • Ajoute la prise en charge de l'initialisation automatique de bibliothèques pour libcrypto, libssl et libtls. La prise en charge de pthread_once, ou d'une version compatible, est exigée pour le système d'exploitation cible, ce qui a pour conséquence l'arrêt du support de vieux systèmes, tel que pour MS Windows dont l'OS minimum requis est Vista. 
  • Conversion d'un grand nombre de méthodes de traitement des paquets en CBB, ce qui améliore la résilience lors de la génération de messages TLS.
  • La réécriture du traitement des extensions TLS est achevée, ce qui améliore la cohérence des contrôles pour les extensions malformées et celles en double.
  • Ajout de la prise en charge de la reprise de session du côté client par la libtls.
  • Améliore le support de l'alignement strict pour les architectures ARMv7
  • Corrige des fuites mémoires dans la libtls
  • Suppression de code dupliqué grâce à la fusion du support de DTLS avec le code pour TLS.
  • De nombreuses améliorations ont été apportées aux phases de tests et de compilation sur Windows CMake, en particulier pour Visual Studio.

Le projet LibreSSL continue les améliorations de la base du code pour le rendre moderne avec de bonnes pratiques de programmation. Les retours et améliorations sont bienvenus par toute la communauté. Merci à tous les contributeurs qui ont aidé à rendre cette publication possible.

Gravatar de Thuban
Original post of Thuban.Votez pour ce billet sur Planet Libre.

Framablog : PeerTube bêta : une graine d’alternative à YouTube vient d’éclore

Le 21 novembre dernier, nous annoncions notre volonté de développer PeerTube, un logiciel libre qui pose les bases d’une alternative aux YouTubes et autres plateformes centralisant les vidéos.

Parmi toutes les actions de notre feuille de route Contributopia, celle-ci a reçu une attention et un soutien tout particulier. Il est temps de vous montrer les premiers résultats, de faire un premier point d’étape à l’occasion de la sortie publique de la version bêta de PeerTube.

« Bêta », cela signifie que ceci n’est qu’un début ! Nous espérons que vous verrez combien il est prometteur.

 

ATTENTION : cet article est long, car il compile de nombreuses explications. Pour vous aider à aller droit à ce qui vous intéresse, voici un sommaire.

  1. Ce qu’est PeerTube
    1. Du point de vue d’un hébergeur
    2. Du point de vue d’un vidéaste
    3. Du point de vue d’un spectateur
  2. L’évolution de PeerTube
    1. Aspects Techniques
    2. Aspects Pratiques
    3. Aspects Humains
  3. PeerTube, aujourd’hui et demain
    1. Premiers hébergements
    2. Limites de la bêta
    3. Vers une V1
  4. Conclusion
    1. Liens utiles

 

PeerTube… ? C’est quoi ce « PeerTube », là… ?

Tout le monde ne suit pas assidûment les nombreux projets de Framasoft, alors on s’explique !

Nous allons parler ici des principes au cœur de PeerTube : un logiciel libre qui allie fédération d’hébergements et diffusion en pair à pair pour publier des vidéos en ligne de manière décentralisée.

Vous n’avez pas compris cette phrase… ? Tout va bien : on l’explique juste en dessous ;) (sinon, cliquez ici pour passer à la partie suivante, et le sommaire est là.)

Pour qui sait administrer un serveur, PeerTube c’est…

C’est un logiciel que vous installez sur votre serveur pour créer votre site web d’hébergement et de diffusion de vidéos… En gros : vous vous créez votre propre « YouTube maison » !

Il existe déjà des logiciels libres qui vous permettent de faire cela. L’avantage ici, c’est que vous pouvez choisir de relier votre instance PeerTube (votre site web de vidéos), à l’instance PeerTube de Zaïd (où se trouvent les vidéos des conférences de son université populaire), à celle de Catherine (qui héberge les vidéos de son Webmédia), ou encore à l’instance PeerTube de Solar (qui gère le serveur de son collectif de vidéastes).

Du coup, sur votre site web PeerTube, le public pourra voir vos vidéos, mais aussi celles hébergées par Zaïd, Catherine ou Solar… sans que votre site web n’ait à héberger les vidéos des autres ! Cette diversité dans le catalogue de vidéos devient très attractive. C’est ce qui a fait le succès des plateformes centralisatrices à la YouTube : le choix et la variété des vidéos.

Mais PeerTube ne centralise pas : il fédère. Grâce au protocole ActivityPub (utilisé aussi par la fédération Mastodon, une alternative libre à Twitter) PeerTube fédère plein de petits hébergeurs pour ne pas les obliger à acheter des milliers de disques durs afin d’héberger les vidéos du monde entier.

Un autre avantage de cette fédération, c’est que chacun·e est indépendant·e. Zaïd, Catherine, Solar et vous-même pouvez avoir vos propres règles du jeu, et créer vos propres Conditions Générales d’Utilisation (on peut, par exemple, imaginer un MiaouTube où les vidéos de chiens seraient strictement interdites :) ).

Pour qui veut diffuser ses vidéos en ligne PeerTube permet…

Il vous permet de choisir un hébergement qui vous correspond. On l’a vu avec les dérives de YouTube : son hébergeur, Google-Alphabet, peut imposer son système ContentID (le fameux « Robocopyright ») ou ses outils de mise en valeur des vidéos, qui semblent aussi obscurs qu’injustes. Quoi qu’il arrive, il vous impose déjà de lui céder -gracieusement- des droits sur vos vidéos.

Avec PeerTube, vous choisissez l’hébergeur de vos vidéos selon ses conditions d’utilisation, sa politique de modération, ses choix de fédération… Comme vous n’avez pas un géant du web en face de vous, vous pourrez probablement discuter ensemble si vous avez un souci, un besoin, une envie…

L’autre gros avantage de PeerTube, c’est que votre hébergeur n’a pas à craindre le succès soudain d’une de vos vidéos. En effet, PeerTube diffuse les vidéos avec le protocole WebTorrent. Si des centaines de personnes regardent votre vidéo au même moment, leur navigateur envoie automatiquement des bouts de votre vidéo aux autres spectateurs.

Mine de rien, avant cette diffusion en pair-à-pair, les vidéastes à succès (ou les vidéos qui font le buzzz) étaient condamnés à s’héberger chez un géant du web dont l’infrastructure peut encaisser des millions de vues simultanées… Ou à payer très cher un hébergement de vidéo indépendant afin qu’il tienne la charge.

Illustration : CC-By-SA Emma Lidbury

Pour qui veut voir des vidéos, PeerTube a pour avantage…

Un des avantages, c’est que vous devenez partie prenante de la diffusion des vidéos que vous êtes en train de regarder. Si d’autres personnes regardent une vidéo PeerTube en même temps que vous, tant que votre onglet reste ouvert, votre navigateur partage des bouts de cette vidéo et vous participez ainsi à une utilisation plus saine d’Internet.

Bien sûr, le lecteur vidéo de PeerTube s’adapte à votre situation : si votre installation ne permet pas la diffusion en pair-à-pair (réseau d’entreprise, navigateur récalcitrant, etc…) la lecture de la vidéo se fera de manière classique.

Mais surtout, PeerTube vous considère comme une personne, et non pas comme un produit qu’il faut pister, profiler, et enfermer dans des boucles vidéos pour mieux vendre votre temps de cerveau disponible. Ainsi, le code source (la recette de cuisine) du logiciel PeerTube est ouvert, ce qui fait que son fonctionnement est transparent.

PeerTube n’est pas juste open-source : il est libre. Sa licence libre garantit nos libertés fondamentales d’utilisateurs ou d’utilisatrices. C’est ce respect de nos libertés qui permet à Framasoft de vous inviter à contribuer à ce logiciel, et de nombreuses évolutions (système de commentaires innovant, etc.) nous ont déjà été soufflées par certain·e·s d’entre vous.

PeerTube, expliqué par MrBidouille, sur PeerTube.

Et sinon, Framatube, ça avance… ?

En novembre dernier, la campagne « Framatube » avait pour objectif de permettre à Framasoft d’embaucher Chocobozzz, le développeur de PeerTube, pour qu’il puisse enfin consacrer son temps professionnel à ce projet personnel.

On va pas se mentir : nous avons mis du « Frama » dedans pour mieux faire connaître le projet et susciter les contributions, financières et humaines. Si nous avons voulu mettre notre réputation (et nos savoir-faire) au service de PeerTube, ce n’est clairement pas Framasoft qui importe ici.

Ce qui compte, ce que l’on va raconter ci-dessous, c’est l’évolution qu’a pu connaître le projet PeerTube. Une évolution technique comme pratique, qui a été rendue possible grâce aux personnes qui se sont impliquées dans le projet (et si vous avez déjà tout suivi, passez à la suite en cliquant ici et le sommaire est là).

Sous le capot, le code

Une des plus grosses évolutions du code de PeerTube a été de le rendre plus visuel, et plus agréable. En effet, le logiciel que Chocobozzz a écrit sur son temps libre permettait déjà de nombreuses choses : créer une instance, des comptes pour les vidéastes, etc. Mais une partie de tout cela se faisait en ligne de commande, dans un terminal. Aujourd’hui, l’interface web permet (presque) tout.

On dit « presque », car la nouvelle fonctionnalité d’import de vidéos en masse depuis d’autres plateformes (YouTube, mais aussi Viméo, Dailymotion, et plein plein d’autres) se fait encore en ligne de commande… Si son utilisation reste réservée aux initié·e·s, l’outil reste bien pratique pour qui veut copier sa chaîne YouTube sur son instance PeerTube ;).

Suite à de nombreux échanges sur notre forum des contributions, le système de fédération a été entièrement revu pour adopter le protocole ActivityPub, qui est utilisé, par exemple, par Mastodon (l’alternative à Twitter libre et fédérée). Concrètement, cela permet à PeerTube de communiquer de manière standardisée avec d’autres logiciels fédérés… qui ne font pas forcément de la vidéo (comme Mastodon !). Pour l’instant, les échanges sont expérimentaux, mais ces tests sont prometteurs.

Enfin, nous avons accompagné Chocobozzz afin qu’il puisse mieux définir des cas d’utilisation, ce qui lui a permis de coder divers rôles d’utilisateurs d’une instance PeerTube. Désormais, l’hébergeur d’une instance peut désigner des admins, des modos, et ainsi créer une communauté autour de son instance et des règles qui ont été adoptées.

Illustration : CC-By-SA Emma Lidbury

Des outils pour faciliter les échanges

Cette fonctionnalité de rôles va de pair avec de meilleurs outils pour gérer les utilisateur·ice·s. Par exemple, un hébergeur peut définir un quota d’espace disque par vidéaste, afin de ne pas avoir une personne prenant tout les gigas disponibles sur son serveur. Les hébergeurs ont aussi la possibilité de définir le nombre de comptes disponibles sur leur instance (une fois dépassé, les inscriptions sont fermées).

Tout cela, bien entendu, dépend des règles que chaque instance aura définies. C’est là qu’intervient un nouvel outil qui permettra de décrire le but de son instance (généraliste, réservée à tel types de vidéos, ou de communauté, etc.) et surtout les règles qui régissent cet hébergement dans les conditions générales d’utilisation. Une fédération d’instances diverses ouvre la porte à une diversité de gouvernances et d’identités : mieux vaut avoir un outil pour afficher tout cela en toute transparence !

Les échanges se font aussi en dessous des vidéos. Pour cela, un outil de commentaires a été créé. Grâce au protocole de fédération ActivityPub, les commentaires de votre compte PeerTube sont automatiquement « pouettés » (un Pouet, c’est comme un Tweet qui se serait libéré de Twitter). Si les commentaires sont fonctionnels, ils sont voués à évoluer, car de nombreuses améliorations sont déjà discutées sur notre forum des contributions (merci à Rigelk et Thoumou au passage !).

Enfin, PeerTube a connu une grosse évolution graphique. On peut évoquer l’outil pour envoyer une miniature personnalisée sur sa vidéo, ou de celui qui permet de définir le contenu comme « Not Safe For Work » (« réservé à un public averti »)… Mais c’est surtout la contribution d’Olivier Massain qu’il faut souligner. Ce dernier a repensé le design de PeerTube et a créé les maquettes visuelles que Chocobozzz a intégré dans cette version bêta du logiciel. Désormais, PeerTube est plus évident à utiliser tout en gagnant une identité visuelle claire.

La dimension humaine de PeerTube

On l’oublie souvent mais un projet logiciel, surtout lorsqu’il est contributif, c’est avant tout des personnes qui y mettent de leur temps, de leurs envies, et de leur talent dedans. Suite à sa proposition initiale de design, Olivier Massain a poursuivi son travail avec Chocobozzz, lorsqu’il fallait créer de nouvelles visualisations, et on ne peut que l’en remercier chaudement.

De même, la catégorie « PeerTube » de notre forum des contributions s’est enrichie d’un contributeur de qualité en la personne de Rigelk. Sa présence, sa bienveillance et sa pertinence ont alimenté de nombreuses discussions avec pour résultat des propositions collaboratives vraiment intéressantes. De telles contributions permettent à Chocobozzz de gagner du temps qu’il peut consacrer au développement de PeerTube.

Ce ne sont là que deux exemples de personnes qui ont grandement contribué à PeerTube (sans forcément apporter du code, d’ailleurs ^^). Il nous serait impossible de citer toutes les personnes ayant participé par leurs échanges, apports, questionnements, etc. Sachez simplement que PeerTube ne serait pas le même si nous l’avions fait juste « dans notre coin », alors merci à vous.

D’ailleurs, vos contributions financières à notre campagne de dons 2017 nous ont permis de renouveler le contrat de Chocobozzz, initialement embauché pour quatre mois. L’avoir avec nous jusqu’à fin 2018 nous permet d’envisager la poursuite du projet PeerTube jusqu’à une version 1, même si cela reste un pari financier pour Framasoft. Mais sa joyeuse présence, son professionnalisme (et ses connaissances en NodeJS) sont un apport indéniable à notre équipe salariée.

Et pis Chocobozzz, il montre même sur PeerTube comment marchent les commentaires PeerTube.

PeerTube : aujourd’hui et demain

Alors non : ce n’est pas aujourd’hui que vous allez brûler vos comptes YouTube ni libérer vos vidéos des chaînes de Google (quoique… sentez-vous libres ^^). Si la sortie de cette bêta n’est pas une révolution, elle marque une étape importante, une première marche essentielle vers une alternative crédible aux plateformes centralisatrices.

Ici, on va parler ensemble de la base commune que nous avons, expliquer pourquoi PeerTube ne répond pas encore à toutes les attentes (nombreuses et pressantes), et nos envies pour cheminer vers la version 1 de ce logiciel (pour aller direct à la conclusion, c’est ici et le sommaire est là).

De beaux débuts communautaires

C’est un bonheur de l’annoncer : le pari est réussi. PeerTube est un logiciel qui marche, et permet de fédérer des sites hébergeant des vidéos diffusées de pairs à pairs. Vous pouvez regarder, commenter, approuver (ou désapprouver) des vidéos, et même découvrir comment soutenir la personne qui les a mises en ligne (si elle a rempli le texte qui se cache derrière le bouton soutenir ou « support »).

Vous pouvez aussi, si vous en avez les capacités techniques, installer cette solution sur votre serveur et rejoindre la communauté naissante des hébergeurs PeerTube. À ce jour, nous comptons près d’une vingtaine d’instances d’hébergement avec qui nous avons travaillé pour mettre en place une proto-fédération. Une mailing-list et un wiki ont d’ailleurs vu le jour pour partager les expériences et mettre en commun les savoirs de chacun·e, tout est sur le site joinpeertube.org

Les vidéos disponibles sont extrêmement variées : du hacking (matériel comme social) à l’éducation populaire, des conférences gesticulées au let’s play, du data-journalisme au librisme… Il y en a tellement pour tous les goûts que nous allons vous détailler cela dans un autre article !

Par contre, peu d’instances d’hébergement vont ouvrir leurs portes à vos vidéos… Car c’est un travail titanesque que d’héberger, modérer, et prendre la responsabilité de mettre sur son serveur le contenu d’autrui. Si votre envie est de publier vos vidéos sur une instance PeerTube, il va falloir que vous dénichiez une instance d’hébergement qui vous va… ou que vous vous organisiez pour le faire vous-même.

Illustration : CC-By-SA Emma Lidbury

Et il est où le Framatube de mes rêves ?

Alors Framatube est là : https://framatube.org , mais le Framatube de vos rêves risque fort d’être… dans vos rêves. Nous l’avions annoncé : Framasoft n’ouvrira pas son hébergement aux vidéos du public. Non seulement par crainte de devenir un point de centralisation dans une solution qui prône la décentralisation, mais aussi parce que nous n’en avons pas les épaules. Entre passer notre énergie à modérer et diffuser vos contenus, et s’investir pour que vous puissiez le faire en toute indépendance, nous avons choisi : nous voulons améliorer l’outil.

Car PeerTube est loin d’être parfait. Déjà, son interface n’existe qu’en anglais. Oui, cela fait râler les amoureuxses du Français que nous sommes (hihi ^^), mais si nous voulons une solution ouverte sur le monde, l’anglais est une base indispensable (et PeerTube dépasse déjà la simple francophonie). Or, le travail d’internationalisation (préparer un logiciel pour pouvoir traduire son interface en plusieurs langues) n’est pas encore fait… (mais on a des idées pour ça aussi, vous verrez !)

De même, nous avons bien compris que la monétisation des vidéos est un sujet qui vous titille. C’est d’ailleurs étrange de noter combien Google a formaté nos façons de voir la diffusion de vidéos en ligne, à ce sujet… Pour l’instant, la seule solution proposée aux personnes qui mettent en ligne des vidéos est de mettre un texte et un lien qui apparaîtront dans le bouton soutenir (« Support ») sous la vidéo.

Nous ne sommes pas allé·e·s plus loin car favoriser une solution technique serait imposer une vision des partages culturels et de leurs financements. Or nous avons ici une version bêta : de nombreuses améliorations sont à prévoir… Dont celles qui vous permettraient de créer (et choisir) vous-même les outils de monétisation qui vous intéressent !

En route pour la version 1 !

On aimerait bien pouvoir dire à Chocobozzz « Bon, maintenant, va faire une petite sieste jusqu’à la prochaine ère glacière », mais… Il reste tellement de choses à faire ! Déjà, parce qu’avec la sortie d’une version bêta viennent les retours des bêta-tests. Ensuite parce que nous comptons avancer pour proposer une version 1 d’ici la fin de l’année

Or ce ne sont pas les envies qui manquent pour améliorer PeerTube vers sa V1 : stabiliser le code, bien sûr, mais aussi travailler sa capacité à passer à l’échelle (comment se comporte PeerTube sur un petit RaspberryPi ou sur des grrrrrrrrros serveurs). Nous souhaitons aussi avoir un système d’internationalisation pour pouvoir traduire l’interface du logiciel, un outil pour mettre en ligne des sous-titres sur les vidéos, travailler le module de commentaires innovant imaginé sur le forum des contributions…

Dans nos rêves les plus fous, il y a aussi des outils statistiques plus poussés, un système de hooks ou de plugin qui permettent de personnaliser son instance PeerTube (changer l’apparence, ajouter un bouton ici ou là, etc.), une application mobile… Mais tout cela dépendra des énergies qui nous rejoindront comme de notre capacité à les accueillir et à collaborer ensemble.

Car tout cela a un coût : humain, associatif et financier. Si nous avons pu prolonger le contrat de Chocobozzz, c’est grâce à des dons qui ont été faits pour l’ensemble des actions de Framasoft. Ainsi, son temps de développement ne sera plus exclusivement consacré à PeerTube, car d’autres logiciels libres ont aussi besoin de ses talents (rassurez-vous, hein : il va quand même continuer à travailler sur son beau bébé ^^).

Longue vie à PeerTube !

Le fait est que nous allons devoir trouver comment pérenniser le poste de Chocobozzz et le projet PeerTube, qui nous semble avoir toutes les qualités pour proposer, à terme, une alternative éthique et astucieuse aux géants de la vidéo sur le web. Si nous cherchons encore comment faire, nous savons que nous ne voulons pas uniquement nous reposer sur la générosité de la communauté francophone.

En attendant, c’est aujourd’hui le jour où nous pouvons rendre publics les efforts qui ont été menés jusqu’à présent, en espérant que cela titille au moins votre curiosité… et au mieux vos envies de contribuer à cette belle aventure (ça se passe sur notre forum !).

Car oui, la route vers une alternative à YouTube est longue… Mais on vient d’en défricher la voie, et on vous assure qu’elle est Libre !

L’équipe Framasoft, qui lève son chapeau à Chocobozzz.

Pour aller plus loin

Gravatar de Framablog
Original post of Framablog.Votez pour ce billet sur Planet Libre.

Articles similaires

Carl Chenet : Instagram, Whatsapp et Facebook pour les gouverner tous

Facebook, Whatsapp et Instagram : quel est le point commun de ces trois entreprises ? Elles n’ont forment en fait qu’une seule. Et vos données personnelles dans tout ça ?

Vous ne le saviez peut-être pas ou n’en aviez pas conscience, mais Whatsapp et Instagram appartiennent bien à Facebook, l’entreprise fondée par Mark Zuckerberg en 2004. Cela a de lourdes conséquences pour votre vie privée si vous utilisez ces services.

Newsletter hebdomadaire résumant l’actualité du Logiciel Libre, de la vie privée et des libertés individuelles, chaque vendredi dans vos e-mails

E-mail Submit

Les chiffres de 2017 pour Facebook sont monstreux. 15,9 milliards de dollars de bénéfice sur l’année. 98% du chiffre d’affaire provient de la publicité en ligne.

 

Les trois applications Facebook, Instagram et Whatsapp sont très intrusives et collectent agressivement des données sur leurs utilisateurs. Pour Facebook, le business-model est clair depuis un bon moment : la vente de publicité extrêmement ciblée. Les situations de Instagram et Whatsapp sont  beaucoup moins claires. Rapide tour d’horizon.

Instagram

La société Instagram a été acquise par Facebook en 2012 pour la somme d’environ 1 milliard de dollars. Pour rappel, Instagram est une application permettant le partage de photos, de vidéos, mais également d’apprécier et de commenter les contenus des autres utilisateurs. L’application annonce 800 millions d’utilisateurs actifs par mois et 500 millions actifs chaque jour.

Basée  sur le partage d’images et de vidéos, il a été relativement simple d’insérer des publicités et des contenus sponsorisés dans l’interface. Les utilisateurs « historiques » ont pu constater la présence de plus en plus importante de publicité. L’application aurait généré entre 3,64 millards de dollars en 2017 et devrait générer, selon les prévisions, le double en 2018. Instagram a donc été monétisé assez simplement. De plus son achat est depuis longtemps remboursé.

Ce qui ne l’empêche pas de s’intéresser fortement à vos données personnelles et de les remonter à Facebook. Voici les données collectées par le service comme annoncé dans les conditions d’utilisation du service Instagram :

  • Your username, password and e-mail address when you register for an Instagram account.
  • Profile information that you provide for your user profile (e.g., first and last name, picture, phone number). This information allows us to help you or others be « found » on Instagram.
  • User Content (e.g., photos, comments, and other materials) that you post to the Service.
  • Communications between you and Instagram. For example, we may send you Service-related emails (e.g., account verification, changes/updates to features of the Service, technical and security notices). Note that you may not opt out of Service-related e-mails.

Mark Zuckerberg qui qualifiait les premiers utilisateurs de Facebook de « Dumb fucks »

La clé repose évidemment dans une petite phrase discrète et qui se veut rassurante :

We will not rent or sell your information to third parties outside Instagram (or the group of companies of which Instagram is a part) without your consent, except as noted in this Policy.

Donc tout remonte bien chez Facebook, si on en doutait encore. Rien de vraiment étonnant, mais c’est toujours bon à savoir, en particulier pour des personnes peu au courant des problématiques autour de la vie privée sur internet, des adolescents ou de jeunes adultes par exemple.

Un petit lien au passage : la liste des 67 sociétés fusionnées ou rachetées par Facebook, un lien toujours utile à avoir sous la main

Au niveau du traitement des données, un point intéressant à mettre en avant:

Device identifiers:

  • When you use a mobile device like a tablet or phone to access our Service, we may access, collect, monitor, store on your device, and/or remotely store one or more « device identifiers. » Device identifiers are small data files or similar data structures stored on or associated with your mobile device, which uniquely identify your mobile device.

Après le paragraphe traitement des données qui se voulait rassurant en parlant d’anonymisation des données afin de ne pas être identifié, là, c’est un peu raté. Et le groupe des sociétés Facebook va aller un degré plus loin avec Whatsapp.

Whatsapp

La société Whatsapp est acquise en 2014 pour la somme record de 13 milliards de dollars. L’application permet de créer des salons avec un ou plusieurs participants qui échangent des messages écrits ou vocaux, des photos ou des vidéos. Il est également possible de passer des appels téléphoniques.

Whatsapp

L’application est supportée par de très nombreux téléphones, en particulier en dehors des smartphones, ce qui lui a permis de conquérir une très importante base d’utilisateurs. L’année du rachat de Whatsapp, Facebook rend public les premiers résultats de Whatsapp. L’entreprise est très fortement déficitaire avec plus de 232,5 millions de dollars de perte pour un chiffre d’affaire de 15,9 millions au premier trimestre 2014. En 2017, Whatsapp revendique un milliard d’utilisateurs quotidiens. Je n’ai pu trouver aucun chiffre de revenu spécifique à Whatsapp sur la même période.

Certains analystes évaluent la valeur de Whatsapp aujourd’hui à 50 milliards de dollars, compte tenu principalement de la base des utilisateurs et des possibilités de monétisation, en particulier si l’entreprise adoptait une stratégie basée sur l’utilisation de Whatsapp comme moyen de paiement, à la WeChat, une application chinoise.

Rappelons que Whatsapp est toujours exempte de publicité et qu’elle semble s’orienter aujourd’hui vers une stratégie de monétisation par vente de services aux professionnels. Une chose est sûre : Facebook annonce des résultats records dans la même période.

Le logo de Whatsapp Business

 

Mark Zuckerberg avait annoncé lors du rachat de Whatsapp que les données des utilisateurs ne seraient jamais exploitées, ce qui avait fait sourire, connaissant le business-model de Facebook.

Comme pour confirmer ce que beaucoup soupçonnaient, la Commission Nationale Informatique et Liberté (CNIL) a récemment menacé Facebook de sanctions si l’entreprise américaine ne se conformait pas au droit français concernant en particulier l’obtention du consentement de l’utilisateur pour que son numéro de téléphone soit partagé avec Facebook, une donnée considérée aussi comme cruciale sur le marché de la vente de données personnelles pour évaluer la valeur des informations personnelles échangées. Signalons que l’entreprise a refusé de transmettre un exemple des données en que Whatsapp transmet à Facebook, un signe certain de mauvaise volonté. L’initiative de la CNIL s’inscrit dans un effort commun de plusieurs pays européens. On peut donc supputer l’importante pour Facebook de posséder Whatsapp, qui par croisement d’informations peut encore fiabiliser davantage les informations personnelles en sa possession et donc en augmenter la valeur.

Un parcours rapide des conditions d’utilisation de Whatsapp suffit à comprendre qu’elles ne sont pas respectées, comme la CNIL l’a mis en avant :

Rien de ce que vous partagez sur WhatsApp, vos messages, photos et informations de compte inclus, ne sera partagé dans Facebook ou aucune autre de notre famille d’applications à la vue des autres, et rien de ce que vous publiez sur ces applications ne sera partagé sur WhatsApp à la vue des autres.

Pour conclure

Résumons avant de conclure : Facebook est une société qui collecte agressivement les données personnelles de ses utilisateurs, qui a gagné 15,9 milliards de dollars en 2017 dont 98% provient de la publicité en ligne. Instagram est également un aspirateur à données personnelles qui sont remontées à Facebook (et peut-être à d’autres) et place de la publicité au sein de son service. Whatsapp fournit au moins une information personnelle d’importance majeure sur le marché des données personnelles qui est remontée vers Facebook – à savoir le numéro de téléphone de l’abonné – allant à l’encontre de ses propres conditions d’utilisation.

Des faits et comportements qui j’espère vous auront convaincus de rester très loin des sociétés du groupe Facebook ou d’envisager une migration de vos données vers des applications plus accueillantes et respectueuses de la vie privée.

Me suivre sur les réseaux sociaux

N’hésitez pas à me suivre directement sur les différents sociaux pour suivre au jour le jour mes différentes projets dans le Logiciel Libre :

Gravatar de Carl Chenet
Original post of Carl Chenet.Votez pour ce billet sur Planet Libre.

Articles similaires

Progi1984 : Utiliser Ansible depuis Windows

Ansible est un logiciel libre pour la configuration et la gestion des ordinateurs. Il combine le déploiement sur plusieurs serveurs, l’exécution des tâches ad-hoc, et la gestion de configuration. Les différents serveurs sont gérés via SSH et ne nécessitent aucune installe. La configuration est faite en YAML.

Problème

Ansible est un outil, qui malheureusement n’a pas le support de Windows pour sa machine de contrôle.
La solution : passer par le « Sous-système Windows pour Linux » / « Windows Subsystem for Linux » (WSL).

Solution Pré-requis

Les pré-requis sont :

  • Une copie légale de Windows 10 (build 14393 ou +) en 64 bits ;
  • Une session Windows avec les droits d’administrateur.
Activation du sous-système Windows pour Linux

Pour cela, il faut aller dans :

  • Paramètres,
  • Mise à jour et sécurité,
  • Pour les développeurs.

Arrivé dans ce menu, il faut activer le « Mode développeur ».
L’activation peut prendre plusieurs minutes pour s’appliquer.

Après cela, il faut aller dans :

  • Programmes et fonctionnalités,
  • Activer ou désactiver des fonctionnalités Windows

Il faut dès lors activer la fonctionnalité « Sous-système Windows pour Linux » puis redémarrer le système.

Installation d’Ansible

Tout d’abord, il faut ouvrir un bash (taper bash dans le menu Démarrer) puis installer pip :

sudo apt-get -y install python-pip python-dev libffi-dev libssl-dev

Après cela, on installe Ansible pour l’utilisateur courant :

pip install ansible --user

Voilà c’est installé mais comment le tester ?

Test d’Ansible

Créons un fichier Ansible test.yml :

--- - hosts: localhost tasks: - debug: msg="Ansible fonctionne !"

Pour le tester, la ligne de commande va permettre d’exécuter le playbook :

ansible-playbook test.yml --connection=local

Cela devrait donner le résultat suivant :

Conclusion

Voilà, vous avez installé le sous-système Windows pour Linux, puis Ansible. A vous les playbooks et l’automatisation.

Cet article Utiliser Ansible depuis Windows est apparu en premier sur RootsLabs.

Gravatar de Progi1984
Original post of Progi1984.Votez pour ce billet sur Planet Libre.

genma : Silence vs signal quelle combinaison ?

Attention : Silence est une application pour un échange de SMS chiffré. Signal envoie des Messages chiffrés (nécessité de connexion via un serveur), mais permet aussi l'envoi et la réception de SMS classique (passage par les services des opérateurs téléphoniques). Je précise donc bien SMS chiffré ou Message chiffré. Il existe un comparatif détaillé de pourquoi l'un ou l'autre de ces applications pour des échanges chiffrés et la réponse, en résumé est "Ca dépend". Pour le détail et le pourquoi ce Ca dépend, voir Support Signal vs Silence.

L'objectif ici est de savoir quelle est la combinaison pour avoir à la fois Silence et Signal sur son smartphone, ne pas avoir à choisir l'un ou l'autre mais pouvoir avoir les deux, pour être joignable via deux canaux de communications chiffrés différents, selon l'exposition / le modèle de menace lié à l'échange en cours (qui a la possibilité de voir les métadonnées de l'échange, voir Support Signal vs Silence).

Protocole de test

J'ai deux téléphones, un smartphone personnel et un smartphone professionnel. J'ai donc fait des tests pour déterminer qu'elle était la combinaison gagnante.

Sur le téléphone professionnel, j'ai mis Signal en application SMS par défaut et Silence en application secondaire. Sur le téléphone personnel j'ai mis Silence en application SMS par défaut et Signal en application secondaire.

Envoi de SMS normaux
Les téléphones les reçoivent en clair dans leurs applications SMS par défaut, et ce dans les deux sens (envoi pro vers perso et inversement).

Après activation des canaux de communication chiffré au sein de Silence et au sein de Signal (échanges des clefs entre les deux applications via les numéros des smartphones).

Envoi d'un SMS chiffré depuis Silence du perso vers le pro : le SMS chiffré arrive dans Signal (application par défaut de SMS) est cryptique / chiffré. En même temps, Silence notifie l'arrivée d'un message et permet de le lire de façon déchiffré.

Envoi d'un SMS chiffré depuis Silence du pro vers le perso : le SMS chiffré arrive dans l'application par défaut Silence et peut être lu. Signal pourrai ne pas être présent.

Envoi d'un message chiffré depuis Signal du perso vers le pro. Et envoi d'un message chiffré depuis Signal du pro vers le pro

L'application Signal n'est pas l'application SMS par défaut ne change rien. Dans tous les cas, l'envoi et la réception du message chiffré nécessite l'activation de la connexion data - d'une connexion à Internet (Wifi ou 3-4G). L'envoi ne peut se faire en chiffré que via une connexion au serveur de Signal, la réception nécessite une connexion Internet.

Tant que la connexion n'est pas active, on reçoit les SMS normaux dans Signal (si l'application est l'application SMS par défaut) et les messages chiffrés à l'activation d'une connexion à Internet.

Conclusion : la bonne combinaison ?

La bonne combinaison pour avoir Signal & Silence sur son smartphone est donc d'avoir Signal en application SMS par défaut et Silence en application secondaire. Il faut garder à l'esprit que pour recevoir des messages chiffrés au sein de Signal, il faut activer la data si on veut être joignable. Signal relèvera les SMS dans tous les cas (SMS classiques et SMS chiffrés), ceux qui sont chiffrés seront aussi lisibles dans Silence en clair.

Gravatar de genma
Original post of genma.Votez pour ce billet sur Planet Libre.

Thuban : Syspatch : Patch n°10 disponible pour OpenBSD 6.2

OpenBSD 6.2 nous livre son correctif n°10 : Dans certaines circonstances, l'entête AH d'IPSec pourrait être plus longue que le paquet réseau ne le permet. La conséquence est grave puisqu'elle fait crasher le noyau !!!

Architectures concernées : amd64, arm64, i386

Après avoir lancé la commande syspatch, il faut redémarrer le système.

----

PS : OpenBSD 6.1 est aussi concerné par ce problème ; cf, le correctif 38 !

Gravatar de Thuban
Original post of Thuban.Votez pour ce billet sur Planet Libre.

Journal du hacker : Liens intéressants Journal du hacker semaine #11

Pour la 11ème semaine de l'année 2018, voici 10 liens intéressants que vous avez peut-être ratés, relayés par le Journal du hacker, votre source d’informations pour le Logiciel Libre francophone !

Pour ne plus rater aucun article de la communauté francophone, voici :

De plus le site web du Journal du hacker est « adaptatif (responsive) ». N’hésitez pas à le consulter depuis votre smartphone ou votre tablette !

Le Journal du hacker fonctionne de manière collaborative, grâce à la participation de ses membres. Rejoignez-nous pour proposer vos contenus à partager avec la communauté du Logiciel Libre francophone et faire connaître vos projets !

Et vous ? Qu’avez-vous pensé de ces articles ? N’hésitez pas à réagir directement dans les commentaires de l’article sur le Journal du hacker ou bien dans les commentaires de ce billet :)

Gravatar de Journal du hacker
Original post of Journal du hacker.Votez pour ce billet sur Planet Libre.

Articles similaires

Miamondo : Le partitionnement d’un support de stockage

  Bonjour à toutes et à tous, Suite à un heureux changement d'activité professionnelle, j'ai quelque peu négligé Miamondo. Ne trouvant plus le temps d'écrire, les articles se sont raréfiés et les ronces  ont commencé à envahir le domaine. Cette triste situation est également le résultat d'une inspiration qui n'était plus au rendez-vous. Il faut... Lire la suite →

Gravatar de Miamondo
Original post of Miamondo.Votez pour ce billet sur Planet Libre.

Articles similaires

Thuban : Appel aux tests pour Firefox 59 - OpenBSD 6.2

Le mainteneur de firefox lance un appel à tests pour firefox 59 sur OpenBSD 6.2 :

Il y a pas mal de changement, ça pourrait l'aider de tester et lui indiquer si ça coince.

Pour tester et lui rapporter d'éventuels soucis :

(avant tout, si vous ne voulez pas devoir être superutilisateur pour les opérations suivantes, suivez les instructions du wiki obsd4a )

  • On récupère l'arbre des ports :
cd /usr # cvs -qd anoncvs@anoncvs.fr.openbsd.org:/cvs get -rOPENBSD_6_2 -P ports # find /usr/ports -type d -print0 | xargs -0r chmod g+w
  • Ensuite, on copie les sources d'origine :
cd /usr/ports/www/ cp -r mozilla-firefox mozilla-firefox-59
  • On va dans le nouveau dossier :
cd /usr/ports/www/mozilla-firefox-59
  • On récupère et applique le patch
ftp -o 59.diff "https://marc.info/?l=openbsd-ports&m=152118233714362&q=p3" patch -p0 < 59.diff
  • On compile et installe :
make doas pkg_delete firefox # suppression de l'ancienne version au cas où doas make install

C'est long, c'est normal, car le portage de Firefox 59 sur la version stable d'OpenBSD actuelle demande de rétroporter de nombreux outils.

Testez puis rapportez les bugs à Landry B. : landry@openbsd.org

Voir aussi les conseils pour tester un port ici : https://wiki.obsd4a.net/doku.php?id=openbsd.org:faq:ports:testing

Gravatar de Thuban
Original post of Thuban.Votez pour ce billet sur Planet Libre.

Articles similaires

nIQnutn : Manette 8Bitdo ZERO GamePad

Après une envie compulsive d'achat, j'ai fini par acheter la manette 8Bitdo ZERO GamePad. Moi aussi j'ai envie de contribuer à la pollution de notre planète en consommant des produits inutiles. On a tous nos petits défauts, pour Nicolas Hulot c'est la collection de véhicules à moteur, moi, je contribue plus modestement avec ma collection de manettes à 12€ (difficile pour moi de rivaliser face au millionnaire en ULM, soutenez-moi ).

Sans vouloir justifier cet achat inutile, c'est l'objet pratique pour jouer quand je suis en déplacement avec sa taille (facile à ranger), pas besoin de piles et une connexion sans fil en Bluetooth. La disposition des boutons et de la croix directionnelle est traditionnelle et devrait permettre de jouer facilement à la plupart des jeux et émulateurs.

Fiche technique Boutons
  • Croix directionnelle
  • 4 boutons
  • 2 gâchettes
  • Boutons Start / Select
Compatibilité
  • Windows
  • Android
  • macOS
  • Linux / Raspberry Pi
Connectivité
  • Sans-fil : Bluetooth
Alimentation
  • Batterie 180mAh Li-on, rechargeable
  • 18 heures de jeux pour 1/2 heure de charge
Dimension / Poids
  • 73mm x 35mm x 10mm
  • 50g
Contenu de la boîte
  • Manette
  • Câble micro-USB
  • Dragonne
  • Notice

Un peu déçu de ne pas exploser mon empreinte carbone, l'emballage est minimaliste et comprend la manette, une dragonne, un câble USB/micro USB qui se mesure avec un pied à coulisse et une pseudo notice (qui rivalise avec les projets les mieux documentés du libre).

On ne va pas se mentir, la taille est surprenante (plus petite qu'une boîte de Tic Tac). Ceci dit, elle se prend plutôt bien en main même si les gâchettes ne sont pas très accessibles. Soyons clair, compte tenu de la taille et de l'ergonomie, c'est pas fait pour jouer des heures et ça va pas être facile de faire des combos sur Street Fighter.

Utilisation

La compatibilité avec GNU/Linux n'est pas toujours indiquée clairement sur les sites mais ça fonctionne chez moi sans aucune modification ou configuration.

Pour allumer la manette il faut maintenir appuyer 2 secondes la touche Start. Ensuite, pour l'appairer, il faut maintenir appuyer 2 secondes la touche Select.
La manette dispose de plusieurs modes de connexion différents. Lorsqu'on l'allume, il faut maintenir les touches correspondant au mode:

ModePower OnPlatformNote GamepadStartAndroidAndroid games and emulators iCadeStart + AiOS- KeyboardStart + BOSXKeyboard games JoystickStart + RWindowsSupport multiplayer ShutterSelect-Shutter

La manette dispose également d'une LED qui permet de déterminer si elle est appairée (et son mode) et avoir un indicateur de batterie.

  • LED bleue clignotante : appairage
  • LED bleue fixe: manette connectée
  • LED verte clignotante: batterie en charge
  • LED verte fixe: batterie chargée
  • LED rouge clignotante: batterie faible

J'ai rencontré un problème avec cette manette, notamment avec le bouton Select. Il sert de bouton pendant le jeu mais aussi pour l’appairage, du coup, on se met à appairer la manette au milieu d'une partie. J'imagine que ça peut faire la même chose avec le bouton Start bien que je n'ai pas rencontré le cas.

J'ai pas beaucoup eu l'occasion de l'utiliser, principalement une petite session dans le train de 45 minutes sans aucun soucis. Je ne suis pas déçu compte tenu du prix.

Reconfigurer les boutons

Avec QJoyPad, il est possible de reconfigurer les boutons de la manette. Il permet d'attribuer des touches clavier/souris et mouvement de souris aux touches de la manette. Utile pour l'utiliser avec n'importe quel logiciel.

Pour installer QJoyPad et jstest-gtk:

[codeRoot]apt install qjoypad jstest-gtk[/codeRoot]

C'est un peu long à configurer la première fois mais rien de difficile (on peut s'aider de jstest-gtk).
Pratique, on peut définir différents profils et les changer rapidement depuis la zone de notification.

Problème, je n'ai pas réussi à attribuer la touche ? (seulement Maj et ,)
Par hasard, si quelqu'un à une solution à me proposer.

Conclusion

Je n'ai pas suffisamment testé pour définir l'autonomie réelle mais ça semble être correct.
Sur une courte période, l'utilisation est sympa mais éviter certains jeux comme les jeux de combat à cause de la croix directionnelle et des gâchettes.
La grande interrogation, c'est la durée de vie de ce type de matériel (boutons et batterie) ? On verra bien ce que ça donne dans le temps.
La seule chose que je peux affirmer maintenant, c'est que ça fonctionne parfaitement sous Debian.

Ressources nIQnutn CC-BY

Gravatar de nIQnutn
Original post of nIQnutn.Votez pour ce billet sur Planet Libre.

blog-libre : Sigal pour générer une galerie photo statique et minimaliste

Dans l’article Un bref retour sur le Raspberry Pi 3 Modèle B j’avais dit que j’allais me servir du Pi notamment pour une galerie photo.

Mon fils a maintenant plus de deux ans et très régulièrement mes proches demandent des photos. Je n’avais pas de solution satisfaisante. En général soit les gens mettent leurs photos dans Drive/Dropbox/iCloud etc. bref dans le cloud puis partagent le dossier soit ils font une grosse archive compressée de nombreuses photos, l’uploade sur un service comme WeTransfer et font tourner le lien.

D’un côté je n’ai aucun service cloud et ça me gêne de mettre ces photos en ligne, de l’autre l’archive compressée j’ai toujours eu la flemme d’en faire et vous pouvez être sûr que les vieux n’arriveront pas à décompresser l’archive. C’est aussi un des rares besoins que j’estime ne pas pouvoir traiter en dehors de chez moi. Je me vois mal stocker plusieurs Go de photos personnelles et familiales sur un hébergement web chez OVH par exemple, l’idée me dérange.

Cahier des charges et Piwigo

Voici mon cahier des charges :

  • Une application minimaliste et simple car je veux avoir le moins d’énergie à dépenser pour entretenir ce service
  • Une application qui fasse la part belle aux photos, ça peut paraître cocasse mais la plupart des applications sont alourdies par tout le système de gestion des photos, upload, possibilité de commenter, identification…
  • Idéalement pas de base de données donc exit MariaDB/MySQL
  • Simple également pour la personne qui va consulter les photos de cette galerie, beaucoup d’applications sont disponibles mais niveau utilisabilité…

Après une recherche chez Sebsauvage (gallery, photo gallery, galerie), un lien fort pertinent, j’ai retenu Sigal. Avant d’en parler, je m’arrête sur Piwigo qui pourrait vous intéresser. Piwigo est activement maintenu, GPLv2, relativement simple à installer mais… base de données, interface lourde et je trouve mal pensée avec des icônes petites, peu compréhensibles. Voici la démo Piwigo et une photo. Voici la démo Sigal et une photo.

Piwigo est une application PHP, c’est ce que vous trouverez comme galerie photo 95% du temps. Sigal est un générateur de galerie photo. Sigal va générer une galerie photo avec vos photos/vidéos dedans, c’est vers ce site que devra pointer votre configuration apache ou nginx.

Installation et utilisation

# Je me connecte sur mon Raspberry Pi apt install libjpeg-dev libopenjp2-7-dev python3-dev python3-pip pip3 install pillow pip3 install sigal sigal --help mkdir -p /var/www/galerie/bestiole/{2015,2016,2017,2018} # Je crée les dossiers cd /var/www/galerie sigal init

Voici les principales modifications que j’ai apporté au fichier de configuration sigal.conf.py qui se trouvera dans /var/www/galerie après le sigal init.

title = "Une belle bestiole" # Le titre de la galerie photo source = 'bestiole' # Là où sigal va chercher les photos/vidéos destination = 'site' # Là où sigal génère la galerie photo donc dans le dossier courant, il va créer un dossier 'site' theme = 'photoswipe' # Le thème utilisé : colorbox (default), galleria, photoswipe use_orig = True # Use originals in gallery (default: False). If True, this will bypass all processing steps (resize, auto-orient, recompress, and any plugin-specific step) orig_link = True # Originals will be symlinked if orig_link = True, else they will be copied

Maintenant on va naturellement mettre des photos dans le dossier bestiole. Je le fais avec scp -r 'MAI 2017' pi@192.168.3.10:/var/www/galerie/bestiole/2017/ mais vous faites comme vous voulez : clé USB, FTP (il faut installer un serveur FTP bien-sûr), SSHFS…

sigal build # Pour générer la galerie sigal serve # Pour faire tourner un serveur web basique, c'est UNIQUEMENT pour tester le rendu, allez contempler votre œuvre sur http://adresseipdelaraspberrypi:8000/

Voici le rendu (thème photoswipe). Je sais mon fils est magnifique, normal il ressemble à son père hi hi hi.

Le minimalisme c’est bien mais il faut protéger un minimum htpasswd -c /var/www/galerie/site/.htpasswd bestiole. Si vous utilisez apache, la configuration donnera ceci en gros.

DocumentRoot /var/www/galerie/site Alias /photos /var/www/galerie/site AuthUserFile /var/www/galerie/site/.htpasswd AuthName "Merci de taper les identifiants" AuthType Basic Require valid-user Allowoverride All

La prochaine fois que vous voudrez ajouter des photos.

scp -r 'MARS 2018' pi@192.168.3.10:/var/www/galerie/bestiole/2018/ cd /var/www/galerie && sigal build /# Sur votre Raspberry Pi

Pour modifier les informations sur les albums voir Album information (avec markdown), ça va donner /var/www/galerie/bestiole/2017/MAI 2017/index.md par exemple. Pour modifier les informations sur les images voir Image information, ça va donner /var/www/galerie/bestiole/2017/MAI 2017/20170513_085643.md par exemple. Personnellement je ne fais rien.

Avantages et inconvénients

Avantages :

  • Aucune maintenance à effectuer puisque c’est un site statique (il génère juste html, css, javascript, pas de code exécutable côté serveur) au contraire d’une application php qu’il faut mettre à jour, à la limite pip3 install sigal --upgrade tous les 6 mois
  • Statique ne veut pas dire sans animation, JavaScript est là pour charger les photos suivantes quand on scrolle vers le bas par exemple
  • Il ne génère que ce qui est nécessaire. Si vous ajoutez un nouveau dossier, il ne va pas regénérer les dossiers déjà présents. Si vous voulez forcer une regénération complète, sigal build -f
  • Ça rend très bien sur smartphone/tablette (responsive)
  • Possibilité de désactiver tout traitement des photos/vidéos, c’est ce que j’ai fait (use_orig = True et orig_link = True) ainsi 1/ La génération du site est plus rapide 2/ Vous évitez une duplication de vos photos stockées dans /var/www/galerie/bestiole dans /var/www/galerie/site. Par exemple moi le dossier bestiole pèse 1,3 Go (vidéos…) et le dossier site pèse 5,1 Mo (il fait des liens symboliques vers les photos/vidéos du dossier bestiole)
  • Il y a un vrai plaisir à avoir ses photos disponibles en ligne, on y retourne souvent (quand on a un petit coup de mou par exemple). Plus les photos sont aisément accessibles, plus on en profite en fait

Inconvénients :

  • Gère les vidéos mais les présente de la même manière que les photos, on ne peut donc pas les reconnaître entre elles
  • J’ai un bug très pénible qui ressemble à ça, dès que je sigal build, plus rien n’apparaît sur le prompt de mon terminal. J’ai compris le truc donc après chaque sigal build, je me déconnecte (Ctrl + d) puis je me reconnecte. Je ne sais pas si ça vient de ma config. Si vous avez le même souci, laissez un commentaire et je m’occuperai de creuser l’issue

Un besoin traité grâce au Libre, au suivant !

Gravatar de blog-libre
Original post of blog-libre.Votez pour ce billet sur Planet Libre.

Articles similaires

Nono : Certificat wildcard avec letsencrypt

Petite note de service : j'ai mis en place notre certificat wildcard pour m0le.net via letsencrypt de façon relativement simple.

Grosso modo, il n'y a plus qu'un certificat pour tous les sous-domaines que nous utilisons (ainsi qu'un certificat pour m0le.net tout cours)

Je devais :

  • générer un nouveau certificat wildcard *.m0le.net
  • supprimer les anciens certificats pour les sous-domaines
Génération et activation du certificat
  • L'activation doit se faire par DNS (en ajoutant un champ TXT dans vos entrées DNS)
  • Il faut utiliser l'api 02 de letsencrypt
  • avoir un client compatible (dans mon cas, certbot en version >= 0.22.0)

Voici en gro la manip (sous Debian) :

# certbot --version

# certbot certonly --manual -d *.m0le.net --preferred-challenges dns-01 --server https://acme-v02.api.letsencrypt.org/directory

Suppression des anciens certificats (après test 😉 )

# certbot -delete --cert-name sub.m0le.net //autant de fois que de sous domaine

Et bim, je ne dois renouveler plus que deux certificats (un pour m0le.net, un pour *.m0le.net)... Merci letsencrypt !

Gravatar de Nono
Original post of Nono.Votez pour ce billet sur Planet Libre.

Articles similaires

fgallaire : Quel DPL pour 2018 ?

Le temps passe vite, et cela fait déjà presque un an que Chris Lamb a été élu Debian Project Leader (DPL). Chaque développeur Debian pouvait se porter candidat entre le 4 et le 10 mars à la suite du traditionnel appel à candidatures.

La question de la légitimité d’un scrutin avec un seul candidat, posée en 2016 par Paul Wise lorsque Mehdi Dogguy fut seul à se présenter, est malheureusement à nouveau d’actualité. En effet, seul le DPL sortant s’est porté candidat cette année :

Et force est de constater que les candidats ne se bousculent encore et toujours pas au portillon pour devenir DPL. Peu de développeurs semblent motivés par cette charge comme l’exprimait déjà Lars Wirzenius il y a deux ans :

After some serious thinking, I’ve decided not to nominate myself in the Debian project leader elections for 2016. […] Why not run? I don’t think I want to deal with the stress. I already have more than enough stress in my life, from work.

En plus de son rôle de développeur Debian et de DPL 2017, Chris Lamb est un important contributeur du projet Reproducible builds ainsi que du framework web Python Django et de son écosystème.

Les presque mille développeurs Debian seront libres de voter du 1er au 14 avril lors d’un vote utilisant la méthode Condorcet car, même en l’absence d’autres candidats, Chris Lamb reste en concurrence avec le choix None Of The Above.

Vous pouvez retrouver tous les débats de la campagne sur la mailing list debian-vote.

Tweet

Gravatar de fgallaire
Original post of fgallaire.Votez pour ce billet sur Planet Libre.

Articles similaires

Littlewing : Installation de Vagrant

Vagrant est un outil permettant de construire des environnements de travail virtualisés hébergés sur vmware, virtualbox ou encore docker. Il permet par exemple de construire et gérer une VM dans un seul et même workflow et d’éviter les exports et partages de machines virtuelles ( tout est déclaré dans un seul et même fichier ).

Vagrant

Voici comment je l’ai installé sur ma debian 9.

Installation

Le paquet fourni dans la distribution n’est pas compatible avec la version de virtualbox fournie dans le repo virtualbox.org. j’ai donc installé la version disponible sur le site de vagrant.

# dpkg -i vagrant_2.0.2_x86_64.deb Configuration Proxy

Si vous avez un proxy, il faut effectuer le paramétrage suivant

$ export http_proxy="http://user:password@host:port" $ export https_proxy="http://user:password@host:port" $ vagrant plugin install vagrant-proxyconf $ export VAGRANT_HTTP_PROXY="http://user:password@host:port" $ export VAGRANT_NO_PROXY="127.0.0.1" $vagrant box add \\ precise64 https://files.hashicorp.com/precise64.box $ export VAGRANT_DEFAULT_PROVIDER=virtualbox Installation d’une VM

Voici un exemple pour une VM virtualbox basée sur ubuntu

$ mkdir ~/vagrant $ cd ~/vagrant $ vagrant init pristine ubuntu-budgie-17-x64 $ vagrant up

Avec ces quelques commandes j’obtiens un environnement ubuntu hébergé sur virtualbox sans avoir à installer et configurer la vm. Pour l’instant je ne rentre pas trop dans les détails de la construction des images. Peut-être que je m’y plongerai prochainement…

Gravatar de Littlewing
Original post of Littlewing.Votez pour ce billet sur Planet Libre.

Articles similaires

RaspbianFrance : Sortie de la nouvelle Raspberry Pi 3B+, quelles nouveautés, quel prix, où l’acheter ?

Aujourd’hui c’est la journée du chiffre π (il existe vraiment une journée pour n’importe quoi), et la fondation en a profité pour annoncer la sortie d’une nouvelle version de la Raspberry Pi 3, la Pi 3B+ !
Connection réseau, processeur amélioré, nous allons voir ensemble quelles nouveautés nous réserve cette Raspberry Pi 3B+ qui est disponible dès maintenant chez notre partenaire Kubii.fr aux alentours de 38€.
Voir la raspberry P 3B+ chez kubii.fr

La Raspberry Pi 3B+ améliore la connectique réseau

Avec la Raspberry Pi 3B+, la fondation semble surtout s’être concentrée sur la partie connexion réseau de la Pi principalement en améliorant l’existant. Trois points sont donc améliorés, le Wi-Fi, l’Ethernet, ainsi que le Bluetooth.

Une puce Wi-Fi dual-band

Au niveau du Wi-Fi, on passe d’un Wi-Fi type 802.11n à un Wi-Fi type 802.11ac, avec un Wi-Fi sur la bande 2.4 Ghz seulement, à un Wi-Fi sur l bande 2.4 ET 5 Ghz. Plusieurs avantages sont à noter.
Tout d’abord, une amélioration de la vitesse théorique du Wi-Fi (même si dans les faits il est loin d’être certain que la différence sera flagrante), ensuite un meilleure compatibilité avec les routeurs, puisqu’il sera désormais possible de connecter la pi à une routeur 5 Ghz. Enfin, une plus faible interférence avec les réseaux voisins, le Wi-Fi 5 Ghz étant moins utilisé que le 2.4.

Un port Ethernet plus rapide

Concernant l’Ethernet, les choses sont plus simples, la Raspberry Pi 3B+ offrira un port Ethernet à 300Mbps, contre seulement 100Mbps pour la Pi 3. Une très bonne nouvelle donc pour ceux qui voudraient monter un NAS avec la Raspberry Pi.

Notez qu’il devient aussi possible d’alimenter la Pi directement par le port Ethernet en y ajoutant le Power Over Enternet Hat (PoE Hat pour les intimes), lequel devrait être disponible sur le marché d’ici peu.

Passage au Bluetooth 4.2

Enfin, pour ce qui est du Bluetooth, on passe d’un bluetooth 4.1 à un bluetooth 4.2.

Ce dernier offre une meilleure sécurité du Bluetooth, avec notamment l’ajout d’une fonctionnalité censée empêcher de suivre la position de l’utilisateur sans son accord. Le bluetooth 4.2 propose aussi des vitesses de transfert accrues, annoncées comme 2,5 fois plus rapides (en théorie bien entendu, les faits seront probablement un peu différents). Enfin, la consommation électrique devrait être plus faible.

Meilleure sécurité, vitesse améliorée, consommation réduite, le Bluetooth 4.2 devrait donc être une bonne nouvelle pour tout ce qui est domotique et objet connecté !

Un processeur légèrement plus rapide

En dehors des améliorations au niveau de la connectique réseau, la Raspberry Pi 3B+ offre également une mise à jour du processeur, en passant d’un Broadcom BCM2837 cadencé à 1.2 GHz à un Broadcom BCM2837B0 cadencé à 1.4 GHz.

La différence n’est pas énorme et ne devrait pas impliquer de pics de performances énormes comme nous avons pu les connaître entre les Pi 2 et 3, mais elle est tout de même d’environ 15% et permet ainsi d’obtenir, de base, une cadence plus intéressante que celle d’une Pi 3 overclockée.

Si les performances pures ne devraient pas s’envoler, la fondation a néanmoins annoncé que ce nouveau processeur améliore grandement la dissipation thermique ainsi que la stabilité de l’alimentation électrique. Là encore donc, bonne nouvelle pour les bidouilleurs fans de domotique et d’IoT.

Acheter la Raspberry Pi 3B+, prix et disponibilité

Dernière question mais pas des moindres, celle du prix et de la disponibilité du produit. Comme à son habitude la fondation a tenu à conserver le prix historique de la pi et la Raspberry Pi 3B+ devrait donc être disponible aux alentours de 35€.

Contrairement à la Pi Zéro, la Raspberry Pi 3B+ devrait, à terme, remplacer totalement la Raspberry Pi 3, et sa disponibilité ne devrait donc pas poser de problème.

Pour le moment la Raspberry Pi 3B+ est disponible aux alentours de 38€ chez kubii.fr.

Voir la raspberry P 3B+ chez kubii.fr

Elle n’est en revanche pas encore disponible sur Amazon, mais cela ne devrait pas tarder, nous mettrons à jour l’article dès que ce sera le cas !

 

L’article Sortie de la nouvelle Raspberry Pi 3B+, quelles nouveautés, quel prix, où l’acheter ? est apparu en premier sur Raspbian-France.

Gravatar de RaspbianFrance
Original post of RaspbianFrance.Votez pour ce billet sur Planet Libre.

Articles similaires

Thuban : Trouver le miroir OpenBSD le plus rapide pour vous

Il y a pléthore de miroir OpenBSD disponibles, il faut choisir dans la liste.
Jusqu'à présent, je me contentait de regarder l'emplacement géographique pour savoir quoi mettre dans le fichier /etc/installurl afin d'installer les paquets facilement.
Malheureusement, je trouvais que ça manquait un peu de précision.

Vous me connaissez, qu'à cela ne tienne, j'ai fait un script qui s'appelle ffom : find fast openbsd mirror
Ce qu'il fait :

  • Il récupère la liste des miroire à partir de la liste officielle
  • Il teste les uns après les autres les miroirs
  • Lorsque vous appuyez sur ctrl-c ou attendez la fin de tous les tests, il le trie en ordre croissant de temps de réponse : le premier est donc le meilleur. J'aurais découvert la commande "trap", vraiment cool!
  • Il n'a besoin que de curl.

Je ne doute pas qu'on puisse faire mieux, mais ça marche bien pour l'instant :)

Vous pourrez trouver ce script ci-dessous ou :

#!/bin/sh # ffom : find fast openbsd mirror # Auteur : thuban # licence : MIT # Description : cherche le miroir OpenBSD le plus rapide # Depends : curl t=$(mktemp) MIRRORS="$(curl -s https://www.openbsd.org/ftp.html | grep -Eo "(https?|ftp)://.*/pub/OpenBSD/" |uniq)" NB=$(echo $MIRRORS | wc -w | tr -d ' ') COUNT=1 end() { clear echo 'RESULTS:' echo '--------' sort -g $t rm $t exit } trap end INT echo "Hit ctrl-c to stop and see results" for URL in $MIRRORS; do echo "...testing $URL [${COUNT}/${NB}]" time=$(curl --silent --output /dev/null --max-time 30 --write-out %{time_total} "$URL") echo "$time : $URL" >> $t COUNT=$(($COUNT + 1)) done end

Voici le classement pour moi :

0.170478 : http://ftp2.fr.openbsd.org/pub/OpenBSD/ 0.176536 : http://mirror.ox.ac.uk/pub/OpenBSD/ 0.202198 : http://mirror.exonetric.net/pub/OpenBSD/ 0.203528 : http://ftp.man.poznan.pl/pub/OpenBSD/ 0.206931 : http://www.obsd.si/pub/OpenBSD/ 0.300705 : http://ftp.aso.ee/pub/OpenBSD/ 0.308147 : http://mirror.switch.ch/ftp/pub/OpenBSD/ 0.325268 : http://openbsd.mirrors.pair.com/pub/OpenBSD/ 0.357502 : https://ftp.hostserver.de/pub/OpenBSD/ 0.369432 : https://mirrors.ircam.fr/pub/OpenBSD/ 0.380675 : https://anorien.csc.warwick.ac.uk/pub/OpenBSD/ 0.384045 : http://mirrors.mit.edu/pub/OpenBSD/ 0.390400 : https://www.mirrorservice.org/pub/OpenBSD/ 0.392840 : https://mirror.hs-esslingen.de/pub/OpenBSD/ 0.407639 : http://mirrors.gigenet.com/pub/OpenBSD/ 0.409608 : https://ftp2.eu.openbsd.org/pub/OpenBSD/ 0.430520 : https://mirror.bytemark.co.uk/pub/OpenBSD/ 0.431837 : https://ftp.spline.de/pub/OpenBSD/ 0.450512 : https://mirrors.dotsrc.org/pub/OpenBSD/ 0.465088 : https://fastly.cdn.openbsd.org/pub/OpenBSD/ 0.465551 : http://piotrkosoft.net/pub/OpenBSD/ 0.474384 : https://mirrors.dalenys.com/pub/OpenBSD/ 0.514941 : https://ftp.cc.uoc.gr/pub/OpenBSD/ 0.522097 : https://ftp.nluug.nl/pub/OpenBSD/ 0.549315 : http://mirrors.unb.br/pub/OpenBSD/ 0.574759 : https://openbsd.ipacct.com/pub/OpenBSD/ 0.596792 : https://ftp.bit.nl/pub/OpenBSD/ 0.601835 : https://openbsd.delfic.org/pub/OpenBSD/ 0.614496 : https://mirror.litnet.lt/pub/OpenBSD/ 0.632571 : https://mirrors.pidginhost.com/pub/OpenBSD/ 0.647992 : https://openbsd.mirror.netelligent.ca/pub/OpenBSD/ 0.658851 : http://ftp.jaist.ac.jp/pub/OpenBSD/ 0.691112 : https://ftp.fau.de/pub/OpenBSD/ 0.695468 : https://mirror.csclub.uwaterloo.ca/pub/OpenBSD/ 0.699224 : https://mirrors.nav.ro/pub/OpenBSD/ 0.715067 : ftp://mirror.exonetric.net/pub/OpenBSD/ 0.717398 : http://mirror.rise.ph/pub/OpenBSD/ 0.731446 : https://openbsd.cs.toronto.edu/pub/OpenBSD/ 0.739496 : ftp://mirrors.ircam.fr/pub/OpenBSD/ 0.767239 : https://ftp.fsn.hu/pub/OpenBSD/ 0.775231 : https://openbsd.mirror.garr.it/pub/OpenBSD/ 0.796890 : https://ftp4.usa.openbsd.org/pub/OpenBSD/ 0.838188 : http://kartolo.sby.datautama.net.id/pub/OpenBSD/ 0.843364 : https://ftp.eu.openbsd.org/pub/OpenBSD/ 0.867719 : https://ftp5.usa.openbsd.org/pub/OpenBSD/ 0.872131 : ftp://ftp.bytemine.net/pub/OpenBSD/ 0.873076 : ftp://ftp.bit.nl/pub/OpenBSD/ 0.876426 : https://ftp.halifax.rwth-aachen.de/pub/OpenBSD/ 0.906848 : https://ftp.heanet.ie/pub/OpenBSD/ 0.910614 : ftp://mirror.switch.ch/pub/OpenBSD/ 0.917422 : ftp://ftp.mirrorservice.org/pub/OpenBSD/ 0.951280 : https://ftp.OpenBSD.org/pub/OpenBSD/ 0.992542 : https://mirror.esc7.net/pub/OpenBSD/ 0.997968 : https://mirrors.ucr.ac.cr/pub/OpenBSD/ 1.002347 : ftp://ftp.nluug.nl/pub/OpenBSD/ 1.004686 : https://ftp3.usa.openbsd.org/pub/OpenBSD/ 1.018899 : https://mirrors.sonic.net/pub/OpenBSD/ 1.028484 : ftp://mirror.hs-esslingen.de/pub/OpenBSD/ 1.047536 : ftp://mirror.ox.ac.uk/pub/OpenBSD/ 1.072567 : ftp://ftp.irisa.fr/pub/OpenBSD/ 1.075051 : https://cloudflare.cdn.openbsd.org/pub/OpenBSD/ 1.146726 : ftp://ftp.man.poznan.pl/pub/OpenBSD/ 1.156617 : https://ftp.bytemine.net/pub/OpenBSD/ 1.220939 : https://openbsd.c3sl.ufpr.br/pub/OpenBSD/ 1.225577 : ftp://ftp.piotrkosoft.net/pub/OpenBSD/ 1.228718 : ftp://ftp.icm.edu.pl/pub/OpenBSD/ 1.261707 : ftp://mirror.bytemark.co.uk/pub/OpenBSD/ 1.276578 : ftp://ftp2.eu.openbsd.org/pub/OpenBSD/ 1.286102 : https://mirror.vdms.io/pub/OpenBSD/ 1.289844 : ftp://ftp.heanet.ie/pub/OpenBSD/ 1.290457 : ftp://ftp.ulak.net.tr/pub/OpenBSD/ 1.298279 : ftp://mirror.yandex.ru/pub/OpenBSD/ 1.308601 : https://mirror.leaseweb.com/pub/OpenBSD/ 1.320563 : ftp://ftp.hostserver.de/pub/OpenBSD/ 1.328281 : https://openbsd.mirror.constant.com/pub/OpenBSD/ 1.353299 : https://openbsd.hk/pub/OpenBSD/ 1.384652 : ftp://mirrors.dalenys.com/pub/OpenBSD/ 1.408751 : ftp://mirrors.pidginhost.com/pub/OpenBSD/ 1.462666 : ftp://ftp.spline.de/pub/OpenBSD/ 1.510367 : ftp://ftp.aso.ee/pub/OpenBSD/ 1.515511 : ftp://ftp.eu.openbsd.org/pub/OpenBSD/ 1.582234 : ftp://mirror.one.com/pub/OpenBSD/ 1.629271 : ftp://ftp.cc.uoc.gr/pub/OpenBSD/ 1.643345 : ftp://openbsd.ipacct.com/pub/OpenBSD/ 1.765213 : https://mirrors.syringanetworks.net/pub/OpenBSD/ 1.799737 : ftp://mirrors.mit.edu/pub/OpenBSD/ 1.860721 : ftp://mirror.esc7.net/pub/OpenBSD/ 1.954544 : http://mirror.internode.on.net/pub/OpenBSD/ 1.984793 : https://mirror.one.com/pub/OpenBSD/ 1.995199 : ftp://mirror.csclub.uwaterloo.ca/pub/OpenBSD/ 2.006020 : ftp://ftp.fsn.hu/pub/OpenBSD/ 2.007276 : ftp://ftp2.fr.openbsd.org/pub/OpenBSD/ 2.013689 : ftp://ftp4.usa.openbsd.org/pub/OpenBSD/ 2.025392 : ftp://ftp5.usa.openbsd.org/pub/OpenBSD/ 2.028912 : ftp://mirror.litnet.lt/pub/OpenBSD/ 2.268570 : ftp://ftp.obsd.si/pub/OpenBSD/ 2.299880 : ftp://openbsd.cs.toronto.edu/pub/OpenBSD/ 2.365331 : ftp://mirrors.dotsrc.org/pub/OpenBSD/ 2.416547 : https://ftp.icm.edu.pl/pub/OpenBSD/ 2.516440 : ftp://mirrors.sonic.net/pub/OpenBSD/ 2.528243 : ftp://ftp3.usa.openbsd.org/pub/OpenBSD/ 2.533396 : https://mirror.aarnet.edu.au/pub/OpenBSD/ 2.772639 : ftp://mirrors.syringanetworks.net/pub/OpenBSD/ 3.161285 : ftp://openbsd.c3sl.ufpr.br/pub/OpenBSD/ 3.478581 : ftp://mirrors.unb.br/pub/OpenBSD/ 3.589945 : https://mirror.yandex.ru/pub/OpenBSD/ 3.689257 : https://ftp.rnl.tecnico.ulisboa.pt/pub/OpenBSD/ 3.760751 : ftp://ftp.jaist.ac.jp/pub/OpenBSD/ 3.962318 : ftp://mirror.rise.ph/pub/OpenBSD/ 4.074385 : https://ftp.yzu.edu.tw/pub/OpenBSD/ 4.943132 : ftp://ftp.yzu.edu.tw/pub/OpenBSD/ 5.158715 : ftp://mirror.internode.on.net/pub/OpenBSD/ 6.345436 : https://ftp.fr.openbsd.org/pub/OpenBSD/ 6.390462 : ftp://anorien.csc.warwick.ac.uk/pub/OpenBSD/ 14.369035 : https://www.ftp.ne.jp/pub/OpenBSD/ 18.108227 : ftp://ftp.kddilabs.jp/pub/OpenBSD/

Ces tests seraient à réaliser un certain nombre de fois pour être plus précis.
Tiens, un version javascript de ce truc serait pas mal... AJAX risque de bloquer les requêtes cross-domain, donc ça dépasse un peu mon niveau... À bon entendeur ;)

Gravatar de Thuban
Original post of Thuban.Votez pour ce billet sur Planet Libre.

Articles similaires

Renault : [F28] Participez à la journée de test consacrée à l'internationalisation

Aujourd'hui, ce mardi 13 mars, est une journée dédiée à un test précis : sur l'internationalisation de Fedora. En effet, durant le cycle de développement, l'équipe d'assurance qualité dédie quelques journées autours de certains composants ou nouveautés afin de remonter un maximum de problèmes sur le sujet.

Elle fournit en plus une liste de tests précis à effectuer. Il vous suffit de les suivre, comparer votre résultat au résultat attendu et le notifier.

En quoi consiste ce test ?

Comme chaque version de Fedora, la mise à jour de ses outils impliquent souvent l’apparition de nouvelles chaînes de caractères à traduire et de nouveaux outils liés à la prise en charge de langues (en particulier asiatiques).

Pour favoriser l'usage de Fedora dans l'ensemble des pays du monde, il est préférable de s'assurer que tout ce qui touche à l'internationalisation de Fedora soit testée et fonctionne. Notamment parce qu'une partie doit être fonctionnelle dès le LiveCD d'installation (donc sans mise à jour).

Les tests du jour couvrent :

  • Le bon fonctionnement d'ibus pour la gestion des entrées claviers ;
  • La personnalisation des polices de caractères ;
  • L'installation automatique des paquets de langues des logiciels installés suivant la langue du système ;
  • La traduction fonctionnelle par défaut des applications ;
  • Les nouvelles polices chinoises,japonaises et coréennes de Google Noto (changement de Fedora 28) ;
  • Synchronisation de glibc avec les dernières normes CLDR (changement de Fedora 28) ;
  • Boîte de dialogue IBus pour récupérer un Emoji à partir de son annotation et de sa description UNICODE (changement de Fedora 28) ;
  • Test de Fontconfig 2.13 (changement de Fedora 28).

Bien entendu, étant donné les critères, à moins de savoir une langue chinoise, l'ensemble des tests n'est pas forcément réalisable. Mais en tant que francophones, de nombreuses problématiques nous concernent et remonter les problèmes est important. En effet, ce ne sont pas les autres communautés linguistiques qui identifieront les problèmes d'intégration de la langue française.

Comment y participer ?

Vous pouvez vous rendre sur la page des tests pour lister les tests disponibles et rapporter vos résultats. La page wiki récapitule les modalités de la journée.

Si vous avez besoin d'aide lors du déroulement des tests, n'hésitez pas de faire un tour sur IRC pour recevoir un coup de main sur les canaux #fedora-test-days et #fedora-fr (respectivement en anglais et en français) sur le serveur Freenode.

En cas de bogue, il est nécessaire de le rapporter sur le BugZilla. Si vous ne savez pas faire, n'hésitez pas à consulter la documentation correspondante.

De plus, si une journée est dédiée à ces tests, il reste possible de les effectuer quelques jours plus tard sans problème ! Les résultats seront globalement d'actualité.

Gravatar de Renault
Original post of Renault.Votez pour ce billet sur Planet Libre.

Articles similaires

Pages